Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Culture & Société

Lancement du Forum National sur le Civisme et l’Ethique (3 Décembre 2015)

ceis logo


Hôtel Le Plaza, 10 rue Capois, 8h30 -11h a.m.  (Jeudi 3 décembre 2015)

LANCEMENT DU FORUM NATIONAL SUR LE CIVISME ET L'ETHIQUE

I.-CONTEXTE ET JUSTIFICATION

L’histoire des civilisations et des sociétés, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, demeure, pour nous, vivants du monde contemporain confrontés à des défis majeurs, une source intarissable d’enseignements et d’informations nous permettant de mieux comprendre que les sociétés tout comme les hommes meurent. Même quand il s’agit de mort lente passant par des phases de « périclitement », de tassement, de crises répétitives et multiples, de pathologies sociales parfois incurables, de décomposition voire, de déconstruction structurelle, les sociétés meurent et nous avec.

Lire la suite...

Haiti: Démocratie mon œil!

caricature - opont cep comptage des votes

Cela ne fait que deux cent douze ans depuis que nous ergotons matin, midi et soir, de démocratie, du respect des droits et libertés, de progrès et de développement sans jamais vraiment y croire.

Les faits pour le démontrer sont multiples et se sont étalés à vue d'œil tout au long de notre périple au cours de ces deux derniers siècles.

Lire la suite...

Leslie Pean: Au bord de l’implosion et de l’explosio - Une analyse comparative de la politique du rien en Haïti et aux États-Unis (3 de 3)

kolektif justice touthaiti

Par Leslie Péan, 9 novembre 2015  ---  La zombification demeure le trait dominant du paysage politique en Haïti depuis la prise du pouvoir par Duvalier en 1957. Sa tendance lourde. Sa doxa. Le gouvernement continue d’agir de manière inadmissible avec des pratiques qui compromettent gravement l’avenir national. Les atouts majeurs que dispose le pays sur le plan géologique et minier sont gérés d’une manière scandaleuse qui empêche l’adoption d’un contrat social où chaque citoyen trouvera sa juste part. Les éléments communs qui structurent le discours politique se retrouvent dans le champ économique. La mentalité archaïque qui a permis de dilapider les 2 milliards de dollars du Fonds Petrocaribe et les taxes sur la diaspora pour constituer des fortunes personnelles travaille aujourd’hui pour étendre l’espace d’illégalité dans le secteur minier avec la connivence de la communauté internationale. Comme le souligne le journaliste Tate Watkins, les mines d’or découvertes risquent de porter à Haïti autant de malédiction que l’aide étrangère[i].

Lire la suite...

Leslie Pean: Au bord de l’implosion et de l’explosio - Une analyse comparative de la politique du rien en Haïti et aux États-Unis (2 de 3)

A droite, Maxo Gaspard de Pitit Dessalines froidement assassiné par regime Martell - Kplim

Par Leslie Péan, 8 novembre 2015  ---L’assassinat de Max Gaspard du parti Pitit Dessalines à Delmas 33 entrave lamentablement l’élan démocratique et constitue un signe clair que les couteaux sont tirés par les groupes paramilitaires dans le sillage des élections. Max Gaspard était engagé à fond dans le combat électoral et il a été tué de sang-froid par les balles des bandits hostiles aux droits humains et à la démocratie. En mode attaque, la mafia du pouvoir a ouvert les hostilités. Le candidat Moïse Jean-Charles a dénoncé le crime sur les ondes de Radio Kiskeya. Suite à son intervention, « des témoins crédibles ont également appelé la radio pour confirmer qu’effectivement le militant politique Maxo Gaspard a été abattu ce Jeudi 5 Novembre 2015 par des policiers de [la Brigade d'Opération d'Intervention Départementale] BOID à bord d’une Honda de couleur Verte sans plaque d’immatriculation[i]. »

Lire la suite...

Au bord de l’implosion et de l’explosion: Une analyse comparative de la politique du rien en Haïti et aux États-Unis (1 de 3)

11-06-2015-manifestation contre resultat oct 25-7

Par Leslie Péan, 7 novembre 2015  ---  La politique politicienne en Haïti s’apparente à la politique monétaire et financière aux États-Unis et sur le plan international. Avec les mêmes inégalités, les mêmes procédés machiavéliques, les mêmes dynamiques d’instabilité et de fuite en avant. D’un côté, en Haïti, c’est la réponse illusoire par l’organisation des élections fictives du 25 octobre 2015 avec 915 675  mandataires dans les bureaux de vote, soit 60% des 1 538 393 votants, c’est-à-dire 26% de l’électorat estimé à 5,8 millions. Les trois-quarts des électeurs ont boudé les urnes. Les 13 725 mandats délivrés à chacun des 54 candidats ont fait l’objet d’un commerce interlope scandaleux. Crise de confiance ! On devait s’y attendre du fait même que la feuille de route pour l’organisation de ces élections ait été confiée à Pierre-Louis Opont. Ce dernier avait révélé la fausseté des résultats déclarés lors des élections de 2010 orchestrées sous sa direction. Les fraudes massives du 25 octobre 2015 ont tout détraqué. Muller Julmiste et Gesner Jean-Geffrard, deux militants du parti Pitit Desalin,  ont été arrêtés au Cap-Haïtien. De plus, Maxo Gaspard, une étoile montante de ce parti, «  a été tué de balles à la tête, non loin du siège central du parti à Delmas 33 »[i] après la proclamation des résultats le 5 novembre. Enfin, Sandra Paulemon, candidat de Pitit Desalin, a été incarcérée. La réponse populaire contre le coup d’état électoral ne s’est pas fait attendre avec des manifestations des partis LAPEH, Pitit Desalin, Fanmi Lavalas et Renmen Ayiti.

Lire la suite...