Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Dim08252019

Last update12:57:33 AM

Economie

Baisse du coût du panier alimentaire

panier-economique

 

Par Carl-Henry CADET  - Evaluée à 1 870 kilocalories journalières par individu, la diète alimentaire en Haïti ne correspond pas au standard nutritionnel requis, à savoir 2 200 kilocalories par personne par jour. Malgré une amélioration dans le coût du panier alimentaire, de mars à mai 2012, le problème d'une alimentation équilibrée, en quantité et en qualité suffisantes, reste entier

De mars à mai 2012, le panier alimentaire est devenu moins cher, a observé la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA). Après un rebond de plus de 10% entre janvier et février, une tendance à la baisse a été constatée en rythme mensuel sur le prix des produits constituant les préférences et les stratégies alimentaires des individus et des ménages : en mars (-4%), en avril (-1,3 %) et en mai (- 2,1%). Cette chute du coût du panier alimentaire s’explique, selon la CNSA,  par la baisse du prix des principaux  produits qui le composent, notamment le riz, qui a connu un recul considérable en mars avant de se stabiliser les deux mois suivants.

Cette baisse reflète la tendance observée sur le marché international à travers la  chute du prix des produits importés tels que le riz, le blé, le sucre et l’huile de cuisine, a expliqué le bulletin #1 de la CNSA sur le panier alimentaire en Haïti. Ainsi, le prix des haricots, du sucre et de l’huile végétale a chuté respectivement de -2%, -4,3% et 4,1% alors que le prix du maïs et celui du blé semblent se stabiliser. « Pour le mois de mai 2012, notamment, le prix du panier a chuté sur presque tous les marchés et de façon significative sur ceux de Jacmel (-6,13%), de Fond-des-Nègres (-3,8%), de Hinche (-3%) et de Ouanaminthe (-2,9%) », lit-on dans le bulletin.

Ainsi, de février à mai dernier, l’accès aux aliments s’est légèrement amélioré ; toutefois, les 1 870 kilocalories journalières par personne composant le panier alimentaire ne sont pas à la portée des ménages les plus pauvres. « Pour atteindre un tel niveau de consommation, leur revenu mensuel devrait augmenter de près de 500 % », analyse la CNSA. D’ailleurs, même les 10% les plus riches de la population haïtienne ne disposeraient pas de moyens suffisants pour couvrir leur besoin en kilocalories journalières. « Pour y arriver, il leur faudrait accroître leur revenu de près de 8 à 10 % », précise le bulletin.

A ce problème de revenu pour l’accès à une alimentation équilibrée s’ajoutent les insuffisances qualitatives de la nutrition : la diète alimentaire de 1 870 per capita ne correspond pas au standard nutritionnel requis, à savoir 2 200 kilocalories par personne par jour. Le panier alimentaire des ménages est structuré, à 66% de céréales (riz, maïs, blé),  de haricot, de sucre et d’huile de cuisson. Le riz en est l’aliment le plus représentatif : il fournit près de 32% des 1 870 kilocalories consommées par jour par un individu en Haïti. Avec l’huile de cuisine et le sucre, il représente 71% du coût total du panier de consommation alimentaire.

Le panier alimentaire est un nouvel instrument d’analyse dont dispose la CNSA pour donner une idée de l’accès et, de là, dégager la tendance de la sécurité alimentaire dans le temps et l’espace. Cet instrument peut être utile dans le suivi et l’évaluation des politiques et programmes de sécurité alimentaire, dans le ciblage des individus et des zones vulnérables en Haïti. Il servira, en outre, dans l’orientation des politiques publiques, dont l’objectif principal est de réduire la pauvreté et la faim dans le pays.
 L’analyse du panier alimentaire est basée sur les informations relatives aux prix, aux revenus, à la diète alimentaire, fournis respectivement par la CNSA, la Banque mondiale et la FAO.

Carl-Henry CADET
==============

Connstruction et évaluation du panier alimentaire

Le panier alimentaire est construit sur la base des hypothèses suivantes:
I. 1. Il est composé de 6 produits: riz, blé, maïs, haricots, sucre et huile végétale, lesquels représentent 1 870 kilocalories consommées par personne par jour.
I. a. il est donc constitué de telle sorte que 100% de consommation de calories proviennent justement de ces six produits alimentaires, ceci à cause du manque d'information pour d'autres produits, dont en particulier les racines et les tubercules;
 
II. b. ce panier alimentaire ne prend pas en compte la part de la production locale dans la consommation; par conséquent il fait l'hypothèse que tous les produits alimentaires sont achetés ouvertement sur les marchés;
 
III. c. les données relatives à la consommation de calories proviennent du site FAOSTAT, à l'adresse www.FAOSTAT.FAO.ORG.

IV 2. Il est supposé que ce panier alimentaire moyen soit consommé à travers le pays, tous groupes de revenus confondus. Cependant, il est spécifiquement construit sur la base des préférences alimentaires des groupes à faible revenu (décile le plus bas de la population).

I. a. un panier alimentaire par département serait plus approprié. Par exemple celui proposé par ACDIVOCA pour le Sud-Est serait plus représentatif que celui de la CNSA.

II. 3. L'approche du panier alimentaire ignore les effets de substitution étant donné qu'il est fixé dans le temps.

Par conséquent, cette approche capte seulement les effets des changements de prix.

I. a. Le coût total du panier alimentaire est calculé comme suit:

Cout total= (prix total du riz x quantité consommée totale)+....+(prix total du maïs x quantité consommée)

I. 4. La finalité de cette approche est de mesurer l'accès aux aliments, tenant compte du poids, du coût du panier alimentaire dans le revenu des ménages.
I. a.Ce revenu est calculé sur la base de la parité du pouvoir d'achat per capita (PPAP) obtenue de la Banque mondiale.

II. b. Le revenu est alors distribué entre les différents déciles en utilisant les mesures de la distribution de revenus établies par la Banque mondiale.

III. c. Finalement, un ratio du coût du panier alimentaire au revenu est calculé pour mesurer l'accès; une variation négative du ratio implique une amélioration de l'accès, tandis qu'une variation positive en indique une détérioration.

Source: Le Nouvelliste