Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Economie

Bay Ayiti yon chans: Manifestations de masse et révolution fiscale (3 de 3)

martelly bay haiti yon chans touthaiti

par Leslie Péan, 1er mars 2015 --- Le système politique criminel de gouvernance occulte et inculte[i] qui existe en Haïti a encore manifesté sa voracité en faisant couler le sang du peuple lors du carnaval de février 2015. L’organisation folklorique a accouché la mort et toutes sortes de magigridi. Le gouvernement des Tèt Kale a vite récupéré le tragique événement en badigeonnant les murs et en distribuant des T-shirts sur lesquels sont écrits les slogans Kite peyi’m mache, Bay Ayiti yon chans. Les bandits légaux exploitent la « mentalité populaire primitive » dont parlait le Dr Louis Mars dans son texte sur « le « délire mystique de type vaudouesque » pour donner toutes sortes d’explications occultes et fantaisistes à un crime. La gravité de la négligence qui a causé la mort de 17 jeunes devant le stand du cimetière de Port-au-Prince est manifeste. Dans tous les cas de figure, le gouvernement Martelly doit en porter la responsabilité. Qu’il s’agisse d’un rituel comme certains le prétendent ou qu’il soit le résultat de l’improvisation et de la gabegie de l’équipe au pouvoir.

Moralement, personne n’a le droit d’être neutre dans le débat actuel sur la nécessité de détruire ou de sauvegarder le système socio-économique et politique criminel qui sévit en Haïti. Il n’y a pas moyen de le rafistoler. Dans un pays où 60% de la population vit de l’agriculture et contribue à hauteur de 25% à la création du PIB, le budget ne consacre pas 10% d’investissements à l’agriculture. Sous l’administration Préval 2006-2011, on a vu le montant du budget consacré à l’agriculture passer de 4% en 2008 à 6% en 2009 et à 9% en 2010. Ces pourcentages nettement inférieurs au minimum nécessaire pour sortir du système criminel en vigueur ont nettement diminué sous le gouvernement Martelly. En effet, ce pourcentage a été ramené à 6% en 2011-2012 et dans le dernier budget 2014-2015, il n’est que de 6.1%, soit 7.49 milliards de gourdes sur un budget de 122 milliards de gourdes. Dans ce contexte, toute tentative de composer avec un État en décomposition est vouée à l’échec. La pourriture actuelle qui se veut être un État et qui gruge la population de taxes sur les carburants afin de satisfaire les dépenses extravagantes de l’équipe au pouvoir ne doit être tolérée sous aucun prétexte. La révolution nécessaire et incontournable en Haïti passe entre autres par une révolution fiscale pour mettre les pendules à l’heure.

Par-delà la dilapidation du fonds PetroCaribe qui hypothèque l’avenir d’Haïti avec une dette de plus de 1.6 milliard de dollars américains, une économie criminelle s’est installée et a pris racine avec les « bandits légaux » de la bande à Martelly au pouvoir. Suite à sa mission de novembre 2O12 en Haïti, un an et six mois après la prise du pouvoir par Martelly, Michael Forst, expert indépendant des Nations Unies déclarait : « Instaurer l’État de droit c’est d’abord garantir un État légal, dans lequel les lois sont proposées par le gouvernement, votées par le parlement et mises en œuvre par l’exécutif sous le contrôle du parlement[ii]. » Il a prêché dans le désert car le gouvernement Martelly a persévéré dans sa volonté de ne pas faire des élections et de mener une politique aboutissant à la caducité du parlement. Reproduction d’une situation vécue sous le gouvernement du président René Préval avec la 46ème Législature en 1999.

 

Une usine de fabrication de bandi legal

 

Les progressistes haïtiens ont immédiatement dénoncé la supercherie du gouvernement Martelly consistant à ne pas organiser des élections en novembre 2011. D’ailleurs, dès le 19 avril 2011, le constitutionnaliste Georges Michel[iii], a agité la question électorale et rappelé au président « élu » Martelly l’obligation constitutionnelle d’organiser les élections de novembre 2011. Il sera suivi trois mois plus tard notamment par le sénateur Stevens Benoit[iv] dans sa lettre du 9 août 2011 à l’Honorable Rodolphe Joazil, Président du Sénat. En soulignant cet héritage d’échec, le sénateur Benoit a justement évoqué ce moment de sa carrière politique le 24 février 2015 au micro de Marie-Lucie Bonhomme à la radio Vison 2000. Mais, tête baissée, le président Martelly s’est engagé dans sa mission d’étrangler l’État de droit, persuadé qu’étant pernicieux, il arriverait à déstructurer toute la société.

Le président Martelly a préféré transgresser au quotidien toutes les règles établies et même procéder à l’arrestation du député en fonction Arnel Bélizaire, violant ainsi l’immunité parlementaire de ce dernier. Dix organisations de la société civile ont vite rebondi et tenté de remonter les bretelles à Martelly en signalant au trait rouge les violations de la Constitution et autre dérives de ce pouvoir macoute déguisé. Selon Edouard Paultre, responsable du Conseil haïtien des acteurs non étatiques, « les élections pour renouveler le tiers du Sénat devraient avoir lieu depuis le mois de novembre de l'année dernière. Cependant, le pouvoir en place n'a rien fait en ce sens. Une situation qui contribue à déstabiliser le pays[v]… » L’empreinte de la volonté d’accaparement et de domination du chef d’État se voulant omnipotent, éclate au grand jour.

Dès sa première année, le gouvernement Martelly s’et révélé un échec. L’attitude dictatoriale du président l’a mis en marge des démocrates. En préférant le présidentialisme absolu au dialogue démocratique, Martelly n’a cessé de tirer la couverture à lui. La sonorité de sa musique n’a pas été bien reçue dans les oreilles de la classe politique en particulier et de la population en général. Les plus avisés ne sont guère étonnés de sa mauvaise pointure car le président Martelly a dit lui-même qu’il ne connaît rien aux partitions. Et depuis lors, il n’y a aucun changement dans son répertoire que la population refuse d’écouter. Pas moyen d’avoir un récital agréable dans un environnement délétère et mafieux avec une acoustique qui veut faire de chaque haïtien un bandi légal et d’Haïti une usine de fabrication d’une telle engeance criminelle. Ce contexte si particulier a été dénoncé par les démocrates qui affirment qu’on ne peut rien essaimer en pareilles circonstances. Ils appellent à un nouvel ordre en disant : « Il est nécessaire de construire un État de droit en lieu et place de cet État mafieux qui encourage le développement d’une économie criminelle en tolérant en son sein des criminels et des violeurs[vi]. »

 

La forme électorale et le fonds mafieux

 

Aujourd’hui, les commanditaires internationaux du bluff Martelly sont à l’œuvre pour lui confectionner une nouvelle stratégie d’ensemble de communication basée sur le faux et la tricherie afin qu’il puisse tromper le peuple haïtien à nouveau comme il l’avait fait aux élections de 2010. Tel est l’objectif du Conseil Électoral Provisoire (CEP) qui cache difficilement sa finalité de conduire l’opération électorale de 2015 orchestrée pour « la présidence dont les malsaines intentions concernant les élections sont un secret de polichinelle »[vii]. Les avocats haïtiens ont déjà déclenché des poursuites légales contre la mafia haïtienne et internationale qui veut maintenir le peuple haïtien dans la boue et la misère. Les délinquants qui ont réalisé la plus grande prévarication de l’histoire d’Haïti ne sauraient s’échapper.

L’objectif de la mystification électorale en gestation est de tromper la population et d’empêcher que le procès de Bautista en République Dominicaine n’ait d’incidences en Haïti. En battant la grosse caisse, les bandi legal utilisent toutes les techniques de communication pour cacher leur véritable motivation. Les militants progressistes se doivent de lutter de toutes leurs forces pour empêcher que la forme électorale ne se substitue au fonds mafieux. Aujourd’hui, le CEP n’affiche même pas une apparente neutralité avec à sa direction le même personnage qui a exécuté avec solennité la mascarade électorale de 2010.

La communication est utilisée pour tromper lourdement les citoyens en bourrant leurs cranes avec une propagande ciblée. Le mouvement de masse est la réponse à tous les communicateurs qui croient pouvoir ainsi tromper les citoyens. Le matraquage des esprits a ses limites. Les pressions de la rue doivent continuer pour mettre fin au système criminel toujours prêt à sacrifier ses alliés et complices pour maintenir ses fondements d’exploitation et d’inégalité. Le peuple haïtien doit prendre toutes les dispositions pour faire défiler devant les juges les bandi legal et les comparses internationaux qui les protègent. Vive une opération « Mains Propres »  en Haïti !

Leslie Pean
Economiste - Historien

[i] Leslie Péan, « Gouvernance occulte, gouvernance inculte, gouvernance superficielle », texte en 4 parties, AlterPresse, 3, 5, 9 et 12 juin 2014.

[ii] Michel Forst, Rapport de l’Expert indépendant, op. cit., p. 4.

[iii] Georges Michel, Lettre ouverte au Président élu de la République Monsieur Michel Joseph Martelly, Le Nouvelliste, 25 avril 2011.

[iv] « Les dérives de Martelly » énumérées par le sénateur Steven Benoit, Le Nouvelliste, 4 octobre 2011.

[v] Robenson Geffrard, « Le pouvoir dérive, la société civile sonne l'alarme », Le Nouvelliste, 28 Février 2012.

[vi] Isabelle L. Papillon, « Martelly-Lamothe : Haïti en mauvaise posture ? Haiti-Liberté, Vol. 6, No. 22, 12 au 18 Décembre 2012, p. 4.