Economie

Attaques armées contre des entreprises privées à Port-au-Prince

marriott digicel haiti touthaiti

Alors que le pays fait face à des incertitudes politiques, des individus non identifiés ont ouvert le feu, tôt vendredi matin, sur plusieurs entreprises privées dans l’aire métropolitaine. La présidence condamne, la police nationale ouvre une enquête, des Chambres de commerce dénoncent. Le P.D.G. de la Digicel, Maarten Boute, qualifie ces attaques d’actes violents visant à déstabiliser le pays.

 Digicel, Natcom, Marriott, le siège social de la Sogebank, Behrmann Motors,  Automeca sont entre autres entreprises privées dans l’aire métropolitaine attaquées par des individus armés  vendredi matin. « Des individus non encore identifiés ont tiré environ 13 cartouches sur la Natcom avec de gros calibres, quatre ou cinq sur le Marriott, environ la même quantité sur la Digicel », a dénoncé Maarten Boute, P.D.G. de la Digicel. « On condamne ce type d’actes violents de déstabilisation visant à créer un climat d’insécurité. Cela me fait penser aux attaques contre les stations-service. Je pense qu’il y a une certaine  frange de la population qui essaie d’envoyer un message clair de déstabilisation », a-t-il interprété. 

« On est des symboles de l’investissement étranger en Haïti. Je pense que ces gens ne se rendent pas compte de l’impact que cela va avoir sur le pays. C’est un message négatif envoyé aux autres investisseurs étrangers potentiels », a dit M. Boute. Il a souligné qu’il n’y a pas eu de pertes en vie humaine ni de blessés pendant ces attaques à main armée, mais, a-t-il ajouté, des vitres ont été touchées et les impacts sont bien visibles.

Maarten Boute a fait savoir que grâce à des caméras de surveillance des entreprises attaquées, les autorités policières pourraient identifier les malfrats et les déférer par-devant la justice. 

La AmCham appelle les autorités à prendre des mesures urgentes 

La Chambre de commerce américaine en Haïti (AmCham) a dit condamner avec la plus grande rigueur les attaques armées, « gratuites et lâches qui ont été perpétrées dans la nuit du jeudi 23 au vendredi 24 juin 2016, contre les locaux de plusieurs entreprises du secteur privé des affaires, principalement, l’hôtel Marriott, la Digicel, la Natcom, la Sogebank, la Behrmann Motors, la Automeca, pour ne citer que celles-là. »

Dans un communiqué publié vendredi, la AmCham a fait savoir que ces attaques « coordonnées » ont clairement pour but de décourager les investisseurs haïtiens et étrangers, tout en jetant la population générale dans un climat de peur et de désespoir. Elle rappelle que le secteur privé haïtien évolue déjà dans un environnement extrêmement précaire et qu’il consent des sacrifices énormes pour se maintenir et maintenir les nombreux emplois qu'il assure. 

« S’il est évident que la conjoncture politique génère des clivages, crée des rivalités et polarise notre société, ces actes de vandalisme et de vagabondage, préjudiciables à la collectivité tout entière, ne font que réduire en lambeau un secteur privé déjà en grande difficulté, qui essaie, de son mieux, de jouer son rôle dans le développement économique et social du pays », a avancé la AmCham. Elle a appelé « de façon impérative et urgente, les autorités compétentes à  prendre toutes les dispositions nécessaires pour identifier les auteurs de ces actes insensés et les traduire en justice. » Elle a demandé  à la PNH de prendre immédiatement des mesures concrètes pour éviter que de pareils actes ne se répètent. 

La CCIO alarmée…

De son côté, la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Ouest a elle aussi dénoncé les attaques par balle contre des entreprises privées dans l’aire métropolitaine. Elle dénonce aussi « les vols de voitures et les agressions armées contre des citoyens vaquant à leurs activités et profite pour étendre ses sympathies à toutes ces victimes ». « Ces actes odieux contre la population civile et des investissements qui créent des milliers d’emplois interviennent quelques semaines après des actes similaires contre des stations d'essence et même des institutions étatiques », a rappelé la CCIO dans un communiqué.

La Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Ouest se dit alarmée par la croissance de la criminalité visant les citoyens et le secteur privé et condamne toute entrave à la sécurité de la population et à la bonne marche des entreprises par l’intimidation, la violence et la destruction des biens.

« Aucune société ne peut évoluer dans un tel contexte d’instabilité et de qui-vive où sa population est exposée et souffre de divers assauts par des individus malintentionnés voulant maintenir notre cher pays dans un état perpétuel de désordre, de destruction et de misère. Seul un climat social calme est susceptible de conduire à la stabilité tant souhaitée par toutes les couches de la nation pour favoriser le retour des investissements directs afin de créer des emplois, réduire les inégalités sociales, et recouvrer la plénitude de l’indépendance nationale », a soutenu la CCIO.

La présidence fait ce qu’elle sait faire de mieux, elle condamne

La présidence a dit condamner avec « la plus grande fermeté les actes de banditisme et de terreur survenus dans la nuit du jeudi au vendredi 24 juin 2016, prenant pour cibles des propriétés et installations commerciales appartenant au secteur privé national et international ». Dans un communiqué, le secrétaire général du palais national, Anthony Barbier, a déclaré que « ces actes criminels qui visent à intimider la population et à menacer les intérêts du secteur privé, créateur de richesses et d’emplois, sont totalement inacceptables et sont contraires aux valeurs démocratiques et aux principes régissant l’État de droit. » 

« La Présidence a instruit le Gouvernement et la Police nationale pour prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des vies et des biens, ainsi que le bien-être de la population. Les auteurs, coauteurs et complices seront appréhendés, poursuivis et punis avec toute la rigueur de la loi », a dit M. Barbier. Ce que la présidence avait déjà dit lors de l’attaque contre le commissariat de police des Cayes il y a environ deux mois. Depuis, rien n’a été fait.

La police diligente une enquête 

Le directeur général de la police nationale, qui s’était rendue sur les lieux, notamment à la Natcom, a annoncé l’ouverture d’une enquête. Selon Michel-Ange Gédéon, la police dispose déjà des informations sur ces attaques. « La semaine dernière c’étaient les stations d’essence, aujourd’hui c’est à peu près le même mode opératoire. Laissez la DCPJ faire son travail pendant que nous prenons les dispositions pour prévenir ce type d’incidents », a-t-il dit. 

A la suite de ces attaques, le chef de la police a eu plusieurs rencontres vendredi avec le ministre de la Justice et de la Sécurité publique et les commissaires de police de l’aire métropolitaine.  

Un employé de la Digicel tué par balle vendredi 

Pendant la même journée du vendredi, un employé de la Digicel a été assassiné par des individus circulant à moto à Port-au-Prince. Dans un échange de tirs avec la police, un des bandits a été tué et un autre appréhendé. 

Depuis l’accession de Jocelerme Privert au pouvoir le 14 février, plusieurs attaques armées spectaculaires ont été opérées à Port-au-Prince et dans des villes de province. On peut citer à titre d’exemple : l’attaque contre le commissariat de police des Cayes, l’attaque à l’Arcahaie, les tentatives d’incendie de plusieurs stations-service à Port-au-Prince, des attaques contre des ministères. A nos jours, aucune des enquêtes diligentées à la suite de ces attaques n’a abouti… 

Robenson Geffrard
Source Le Nouvelliste

Les Dernieres Nouvelles