Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Economie

Les Haïtiens se serrent la ceinture pour régler leurs affaires

leslie pean sourire

Par Leslie Péan, 25 juillet 2016  ---  Six ans après le traumatisme du tremblement de terre, les Haïtiens semblent avoir fini par comprendre que pour sortir des affres qui jalonnent leur quotidien, ils doivent prendre les devants et agir vite. Cela demande de remettre les pendules à l’heure. Pour éviter coûte que coûte l’imposition d’un candidat se réclamant du « banditisme légal » comme vainqueur aux prochaines élections présidentielles du 9 octobre 2016, les Haïtiens n’ont d’autre choix que d’emprunter la seule voie qui correspond à la souveraineté : l’autofinancement. Une initiative du président provisoire Jocelerme Privert qui risque d’avoir l’effet d’un électrochoc sur les mentalités. La crédibilité des élections à tous les échelons est à ce prix par la mise en place d’un processus ouvert, démocratique et responsable.

Le défi d’autofinancement est aussi important que la vérification du scrutin réalisée par la Commission Indépendante d’Évaluation et de Vérification Électorale (CIEVE) qui a invalidé, preuves à l’appui, les résultats des élections du 25 octobre 2015. Cette annulation électorale est assimilée à une insolence, voire une impertinence, par certains de nos partenaires qui s’en tiennent moins aux résultats frauduleux proclamés qu’à l’argent dépensé pour assister le processus électoral. Nous comprenons leurs appréhensions et nous voulons les assurer de notre volonté de bien faire avec leur participation technique. Ils demeurent des partenaires privilégiés sur lesquels nous comptons pour nous aider à renforcer la confiance de notre population dans la construction de la démocratie et l’établissement de l’État de droit.

Mettre fin à la clochardisation de l’État

Le repli des bailleurs de fonds traditionnels est toutefois un heureux mécompte ! Qui doit porter les Haïtiens à recourir à d’autres réflexes surtout rationalistes dans leurs comportements au moment des élections mais aussi en général. Cette prise de conscience est essentielle pour renforcer le sens civique et national et éviter de déboucher sur le scénario-catastrophe des élections de 2010 au cours desquelles la communauté internationale a imposé Michel Martelly comme président de la République. La recolonisation qui s’était faite au cours des 40 dernières années par la bande des organisations non gouvernementales a changé d’échelle et est devenue carrément ingérence. De plus en plus grande et non plus par la bande. Il importe de mettre fin à ce phénomène de clochardisation de l’État dénoncé en son temps par nulle autre personne que la secrétaire d’État Hillary Clinton[i]. En effet, avec plus de 10 000 organisations non gouvernementales transnationales (ONGT) opérant sur le terrain, Haïti est devenue la « République des ONGT ».

Le challenge est de taille dans un pays où bien des membres de la classe politique sont prêts à utiliser tous les raccourcis pour satisfaire leurs ambitions personnelles au détriment des intérêts nationaux. L’objectif consistant à financer ses propres élections est nécessaire. Un vrai défi à relever avec des mesures radicales pour marquer un tournant en instituant des mécanismes de financement national des élections. Cette initiative jette les bases et fondements d’une rationalisation du processus électoral afin qu’Haïti ne soit plus à la traîne et devienne compétitive dans ce domaine. En effet, Haïti doit tout mettre en œuvre pour diminuer le coût du vote par électeur qui était de 11 dollars en 2005[ii]. Dans certains pays de la zone Caraïbes, ce coût est nettement inférieur. C’est le cas au Nicaragua où il est à $7.5 en 1996, à El Salvador où il est à $3.1 en 1997 ou encore au Guatemala où il est à $5 en 2004.

Le besoin d’efficacité se fait ressentir aussi dans la gestion électorale. Un pays dont les ressources humaines et financières sont faibles ne peut pas recommencer à zéro à chaque élection. Depuis la Constitution de 1987, Haïti en est à son 19ème Conseil Électoral Provisoire (CEP). L’ancrage dans la culture du provisoire traduit la volonté de contrôler le processus électoral. Même quand cela est camouflé sous un astucieux Conseil Électoral Permanent comme a voulu le faire le gouvernement Martelly en imposant un Conseil à sa botte. D’ailleurs la crise électorale actuelle est la résultante des échéances électorales non respectées sous le gouvernement Martelly. Dénaturation du processus électoral renvoyant aux calendes l’élection du 3ème tiers du Sénat. Nous n’avons pas le courage de faire cet examen de conscience contre la fascination de notre classe politique à balancer entre l’accessoire et l’essentiel.  

Gouverner est impossible du fait même que le pouvoir exécutif n’a aucune disposition constitutionnelle pour dissoudre le Parlement si ce dernier le prend en otage. Comme c’est le cas en France avec la dissolution de l’Assemblée nationale en 1962 et 1968 par le président De Gaulle, puis par le président Mitterrand en 1981 et 1988 et enfin par le président Chirac en 1997, d’autres pays ont cette disposition qui permet d’appeler à de nouvelles élections législatives. En clair, le refus de la minorité d’accepter d’être minoritaire ne peut que maintenir la politique dans le rouge mais aussi l’économie.

Toutefois, en décidant de financer les élections par leurs propres moyens, les Haïtiens initient le processus d’une véritable reconquête de leur souveraineté. La démarche consiste à associer tous les secteurs de la vie nationale et tous les Haïtiens vivant en Haïti et à l’étranger au financement de la consultation nationale. Par-delà les batailles appelées à opposer les candidats, la cote d’Haïti qui se dégradait dans les luttes intestines va ainsi retrouver une certaine restauration.

Pari tenu, pari gagné

La déresponsabilisation des Haïtiens qui allait crescendo est désamorcée. Tout comme il l’a fait avec la création de la Commission Indépendante d’Évaluation et de Vérification Électorale (CIEVE), le gouvernement de Jocelerme Privert a relevé le défi. Le bilan est sans appel. Les travaux de la CIEVE mettent un point final aux menées des fraudeurs qui ont atteint leur paroxysme lors des élections frauduleuses du 25 octobre 2015. L’ancien Conseil Électoral Provisoire (CEP) de Pierre-Louis Opont est bien mort. Il est tombé en déliquescence et les preuves sont établies qu’il a été géré on ne sait trop comment. La CIEVE a démontré l’existence d’Haïtiens aux nerfs assez solides pour ne pas céder aux sirènes de la corruption et dire la vérité. Pari tenu, pari gagné.

Le président Jocelerme Privert a pris son courage à deux mains et appelé le peuple en ses comices le 19 juillet 2016, en conseil des ministres en présence de son premier ministre Enex Jean-Charles. Il s’est porté aussi garant du financement des prochaines joutes électorales d’un coût estimatif de 55 millions $US. Un coût qui pourrait être revu à la baisse de 20% en tenant compte des contingences de prix et de quantités. Le coût total serait ainsi ramené à 44 millions de dollars, soit 7,5 dollars par électeur. Le plan de financement inclurait plusieurs sources publiques et privées, en espèces et en nature. Le plus grand contributeur demeure l’État qui a inscrit 800 millions de gourdes (14 millions de dollars) dans le budget rectificatif. Tenant compte de la balance des 6 millions de dollars restants dans le fonds commun électoral, il resterait donc l’équivalent de 24 millions de dollars à financer dans le meilleur des cas et 35 millions de dollars dans le pire.

En dépit du fait que la minorité de l’opposition parlementaire refuse de rendre les armes et préfère bloquer le processus légal, le président Privert ne s’est pas gêné pour neutraliser les « bandi legal » et ainsi sauver les meubles. En effet, le monde perdure sans le moindre souci et continue de tourner. L’hostilité n’est plus soignée et Privert est voué aux gémonies. L’appétit des chefs des bandes tribales préfère torturer Haïti avec des menaces de catastrophes. L’intransigeance de la minorité d’opposition essaie de faire oublier que si nous en sommes là, c’est parce que le gouvernement Martelly du PHTK n’a pas fait d’élections pendant cinq (5) ans. Intransigeance insultante héritée des vertigineuses absurdités des tontons macoutes. Des fantaisistes de haut vol qui ont perpétué le ridicule et la comédie au sommet de l’État. Qui ont planté les graines de la situation de disfonctionnement de la société haïtienne accouchant « l’anomalie » actuelle d’un président de facto, d’une Chambre des députés qui part en vacances à partir du deuxième lundi de septembre 2016 jusqu’au second lundi de Janvier 2017 et d’une Cour de Cassation dont seulement deux (2) juges sur douze (12) sont légitimes. Une « anomalie » qui se porte bien à la manière socratique avec le président Privert affichant cette vitalité exceptionnelle en convoquant la population aux urnes le 9 octobre prochain. Un désir de dialogue irrépressible !

Le désespoir dans lequel notre peuple s’est trouvé face à la communauté internationale depuis 1804 a engendré dans la classe politique une posture augmentant la fracture sociale héritée de l’esclavage. Et depuis ce coup d’envoi, la vision d’une Haïti partagée entre la dictature et l’anarchie connaît des rebondissements d’apocalypse. Avec tout ce que cela produit de chefs tribaux et d’imposteurs qui pullulent. Sans complexes. D’où toutes sortes de basses arrière-pensées, de misères et de tribulations.   Il importe donc de revoir tous les engagements pris par le CEP afin de déterminer conjointement leur pertinence en fonction des disponibilités et des contributions exprimées par plusieurs acteurs qui ont offert leurs services gratuitement. C’est le cas avec l’Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH) qui a fait l’offre de diffuser gratuitement les spots publicitaires relatifs aux activités électorales ou la diaspora haïtienne qui a manifesté son intérêt de participer à cet effort national. La contribution en nature (prêts de locaux, de terrains ou de matériel à titre gratuit, mise à disposition de personnel, etc.) est offerte par des organisations religieuses, des universités et des organismes de défense des droits de l’homme pour diminuer les coûts.

L’honnêteté n’est pas une malédiction

Dans ce contexte de sensibilisation pour augmenter la capacité d’ingénierie financière, le gouvernement se propose de mobiliser les ressources internes provenant des sources suivantes :

1)Versement d’une partie des salaires du Président, des ministres, directeurs généraux et directeurs des organismes autonomes (APN, AAN, EDH, OAVCT, FAES, BRH, BNC, AGD, ONA, OFATMA, etc). Dans cette mouvance, douze Sénateurs ont déjà offert deux mois de leurs é;

2)Application d’une redevance infinitésimale sur les communications;

3)Ajustement du prix des produits de luxe tels que l'alcool, le tabac, et du gallon d’essence pour refléter la forte dépréciation de la gourde provoquée par le gouvernement PHTK de 2011 à;

4)Ouverture d’un compte devant recevoir les contributions volontaires des citoyens et des entreprises privées dont la gestion est assurée avec l’appui des institutions bancaires privés de la place, de l’Association des comptables, du Forum du secteur privé, de l’Association Haïtienne des Économistes et de l’Association des Professionnels de Banque.

5)Lutte contre la contrebande pour récupérer les 40 millions de dollars US perdus par mois à travers la sous facturation, les exemptions et exonérations, les trafics de franchises et les bordereaux impayé;

Elle a de quoi faire parler d’elle, cette contrebande à la frontière dominicaine : depuis des années les industriels haïtiens font des révélations fracassantes provoquant à chaque occasion un véritable tabac médiatique. En 2015, selon Carl-Frédéric Madsen, Président de l’Association Des Industries d’Haïti (ADIH), l’État haïtien perdait 300 millions de dollars l’an[iii] avec la contrebande. Un point essentiel sur lequel revient Georges B. Sassine, nouveau Président de l’Association Des Industries d’Haïti (ADIH). Pour ce dernier, le montant de la contrebande est estimé à 500 millions de dollars US l’an[iv] en 2016. Le ton monte et le secteur industriel montre les dents. Mais indique aussi, sans être provocateur, où l’argent peut être aisément trouvé pour financer les élections. Dans un milieu où les caïds sont décidés à faire la loi. De quoi donner des palpitations aux dirigeants politiques qui ne veulent pas s’incliner devant la prolifération des « bandi legal ».

Mais par-delà le financement par les Haïtiens du processus électoral, le message véhiculé est plus profond. Haïti peut se développer par une meilleure gestion de ses propres ressources. Tel est le message à faire pénétrer dans les esprits. On s’imagine le déclic qu’un tel message dans toutes les radios, églises, écoles peut provoquer pour dynamiser la confiance en soi du citoyen. Dans cette optique de justice, il ne faudrait pas écarter, entre autres, la récupération des sommes dilapidées par les responsables des administrations antérieures. On en revient à « l’annonce du président provisoire de "forcer" la Cour des comptes et du contentieux administratif et l’UCREF à faire l’audit de l’administration qui retient l’attention. Il faut un "task force" composé de fonctionnaires de ces institutions pour réaliser cet audit, souhaité par tous ou presque tous les acteurs politiques rencontrés ces derniers jours »[v]. Le "Task force" doit donc travailler dans l’esprit que la justice est égale pour tous et surtout que l’honnêteté n’est pas une malédiction.

Se serrer la ceinture sans se serrer le cœur

En se serrant la ceinture, les Haïtiens sont sur la bonne voie pour donner le change aussi à leurs propres démons. Pour sortir de ce long traumatisme des répressions sanglantes du macoutisme, des ninjas, des chimères, des attachés, des bandi legal qui veulent lui imposer le silence des cimetières. Le silence de la zombification. Enfin, en corrigeant leur déficit démocratique, les Haïtiens augmentent leur crédibilité et de ce fait leur écoute des autres. Pour que dans la danse de la coopération vienne un jour où l’aide publique au développement (APD) s’applique à mettre en valeur les besoins d’Haïti et non simplement les intérêts stratégiques des donateurs. À cette nouvelle chorégraphie appelant à un pas-de-deux d’une autre nature avec chaque bailleur de fonds, la diplomatie haïtienne se doit de travailler à changer les règles du jeu. En commençant par démontrer un changement au niveau interne. Un changement qui accepte l’alternance politique et met fin à la politique du « vainqueur prend tout » (winner takes all).

Après le gaspillage de fonds publics provoqués par son mariage en 1980, on se rappelle l’anecdote de Jean-Claude Duvalier demandant par câble les résultats d’une mission envoyée à Washington pour négocier un prêt du Fonds Monétaire International (FMI). La réponse donnée par le FMI était sans ambigüité : les Haïtiens devaient se serrer la ceinture. Alors, Jean-Claude Duvalier répondit « envoyez ceinture » !!! Aujourd’hui, des sacrifices s’imposent pour trouver une porte de sortie à la crise de valeurs qui menace d’engloutir le pays. Ces sacrifices doivent être partagés par toutes les couches de la nation. Et c’est en les faisant que la communauté internationale se penchera sur Haïti avec d’autres yeux et d’autres oreilles. La responsabilité nous revient de faire le premier pas. Nous devons le faire en se serrant la ceinture mais sans se serrer le cœur. Il faut de l’enthousiasme pour qu’Haïti sorte du tunnel, se rassure et mette fin aux doutes sur ses capacités.

 Leslie Pean
Historien - Economiste


[i] Georgianne Nienaver and Dan Beeton, « Haiti : From original sin to electoral intervention », Center for Economic and Policy Research, Washington, D.C., February 2014.

[ii] How much do elections cost ? - ACE Electoral Knowledge Network, http://aceproject.org/ace-en/focus/core/crb/crb03

[iii] Note de Presse de l’ADIH, ADIH-Contact, volume 2, numéro 6, Juin 2015, p. 2. Lire aussi « Contrebande à la frontière : l'ADIH s'inquiète », Le Nouvelliste, 30 juin 2015.

[iv] ADIH, Note de presse de l’ADIH, 15 avril 2016.