Actualités

Libération du conseiller de Martelly Calixte Valentin: Pour le RNDH On ne peut pas parler d’Etat de droit sous l’administration Martelly- Lamothe

octanol-derisaint-calixte-valentin

Titre original: Calixte Valentin libéré, le RNDDH scandalisé

Après avoir passé six mois en prison sans être jugé pour son implication présumée dans l'assassinat d'Octanol Dérissaint, Calixte Valentin a été libéré mercredi. Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) se dit scandalisé par la libération du conseiller politique du président de la République.

Calixte Valentin a bénéficié d'une mesure de mainlevée d'écrou du juge instructeur Paul Fernaud Jude. Cependant, pour son implication présumée dans l'assassinat d'Octanol Dérissaint, le 18 avril 2012, à Fonds-Parisien, un premier juge instructeur, Etzer Aristide, avait ordonné le renvoi du conseiller de Michel Martelly devant le tribunal correctionnel.

Le secrétaire exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance, a dénoncé la libération, mercredi après midi, de Calixte Valentin. « On ne peut pas parler d'Etat de droit sous l'administration Martelly- Lamothe », a critiqué le défenseur des droits de l'homme.

« Même si la famille de la victime avait trouvé une entente avec l'exécutif ou avec Calixte Valentin qui avait été « illégalement » chargé de collecter les taxes au niveau des douanes, aucun juge qui se respecte ne devrait prendre la décision de libérer l'accusé sans être jugé », a déploré le responsable du RNDDH. L'ordonnance de non-lieu du juge dont il n'avait pas voulu révéler l'identité était très intéressée. Selon Pierre Espérance, le juge en question aurait reçu des ordres de l'exécutif.

« L'Etat de droit clamé par le pouvoir en place est un leurre. On ne peut pas construire un Etat de droit avec des gens qui n'ont aucun respect pour la vie humaine et qui violent systématiquement la loi. C'est de l'impunité purement et simplement », a poursuivi Pierre Espérance qui intervenait jeudi à l'émission Panel Magik sur Radio Magik 9.

M. Espérance a par ailleurs dénoncé le fait que le pouvoir en place n'avait accepté que la liberté de circuler de Calixte Valentin soit réduite que sous les pressions des manifestants, mais ce dernier n'a pas été dans un centre de détention. « Il a eu un traitement de faveur », s'est s'insurgé Pierre Espérance.

Emmené dans un premier temps au sous-commissariat du Canapé-Vert, le conseiller du chef de l'Etat y organisait librement ses réunions politiques, a révélé le responsable du RNDDH. Il a été transféré ensuite au commissariat de Carrefour parce que tout simplement ses réunions visaient à empêcher l'accession de Laurent Salvador Lamothe au poste de Premier ministre à l'époque, a fait savoir Pierre Espérance.

Dans une interview accordée à Radio Magik 9 le 30 mai dernier, l'ancien commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Croix-des-Bouquets, Mario Beauvoir, avait indiqué qu'il avait été remercié par le ministre de la Justice pour avoir ordonné l'arrestation de Calixte Valentin. Une accusation que Me Jean Renel Sanon avait rejetée.

Selon les conclusions du rapport du RNDDH sur le dossier, le 18 avril 2012, les responsables de la douane et du service de l'Immigration à Malpasse avaient décidé de fermer la frontière à cinq heures trente de l'après-midi, soit trente (30) minutes avant l'heure de fermeture habituelle.

« Cette décision avait créé la panique sur la frontière, et plusieurs individus, dont des syndicalistes, avaient essayé de parlementer avec Mercidieu Valentin Calixte pour le porter à revenir sur cette décision.»

Face au refus catégorique qui leur a été opposé, une vive dispute s'en est suivie au cours de laquelle des propos grossiers ont été prononcés de part et d'autre. « ...Mercidieu Valentin Calixte, selon le rapport du RNDDH, accompagné de trois autres individus, a fait son apparition à bord d'une Nissan Patrol de couleur blanche. Ces individus répondent aux noms de Jean Joseph Fred Lavaud, un agent de la PNH, Guy Alexandre, Reynold Bourdeau. En passant tout près, l'un des accompagnateurs de Mercidieu Valentin Calixte a pointé le groupe du doigt. Sans réfléchir, il a dégainé son arme pour la seconde fois et a tiré deux balles dont l'une a atteint Octanol Dérissaint à la tête, au niveau de l'occipital, ressortant par l'avant du crâne... »

Danio Darius et Robenson Geffrard
Source: Le Nouvelliste

A Lire Aussi:

  1. Indignation après la libération sans jugement d’un conseiller de Michel Martelly accusé de meurtre
  2. Rapport-Enquête, Avril 2012 Assassinat d' Octanol DERISSAINT : Le RNDDH exige le jugement des coupables.