Actualités

La Digicel serait-elle impliquée dans le blanchiment d’argent en Haiti? Sommation de Maitres Newton et André Michel

Damian-BlackburnA

AFFAIRE DIGICEL VERSUS MES. ANDRE MICHEL/ NEWTON LOUIS ST JUSTE


Suite aux déclarations du Ministre de l'Economie et des Finances, du Commerce et de l'Industrie Wilson LALEAU lors de la séance de convocation du Gouvernement au Sénat de la République le mardi 4 juin 2013, selon lesquelles les festivités organisées le 14 mai 2013 pour commémorer le deuxième anniversaire du pouvoir Tèt Kale ont été financées par des partisans du Président MARTELLY et non par le Trésor Public, les citoyens André Michel et Newton Louis St-Juste ont adressé en date du 6 juin 2013 une sommation au Directeur Général de l'UCREF, Jean Ostrick HERCULES lui enjoignant de procéder dans un délai de 8 jours francs à l'ouverture d'une enquête sur la provenance de ces fonds qui seraient estimés à plusieurs centaines de millions de gourdes.



Et, le 10 juin 2013 , les deux hommes de loi ont adressé une sommation au Directeur Exécutif de la DIGICEL en Haïti, Damian Blackburn, lui enjoignant de communiquer à l'UCREF conformément à la loi du 21 février 2001 relative au blanchiment des avoirs provenant du trafic illicite de la drogue et d'autres infractions graves, l'identité des personnes ayant conclu le contrat relatif aux messages envoyés aux clients de la DIGICEL les invitant quelques jours avant à se rendre dans les rues le 14 mai. Et ce, sous peine d'être poursuivi tant en Haïti qu'à l'étranger pour complicité de blanchiment et autres infractions d'origine telles que trafic illicite de stupéfiants et enlèvement (Kidnapping).

En réplique, la UNIGESTION HOLDING S.A, Société Anonyme, opérant sous le nom commercial Digicel, ayant pour avocats Mes. Maude Louis Jean et André Robert Romain, du Cabinet Mayard Paul, ont riposté en date du 13 juin 2013 en déclarant auxdits avocats qu'elle n'a aucun lien juridique avec eux et en leur faisant injonction de présenter à la DIGICEL dans un délai ne dépassant pas 24 heures des excuses publiques.

Dans une sommation responsive datée du 14 juin 2013, Mes. André Michel et Newton Louis St ont notifié à la DIGICEL qu'ils n'entendent présenter aucune excuse publique en l'invitant à saisir le Tribunal compétent si elle s'en estime lésée tout en réitérant leur sommation datée du 6 juin 2013. Et, au-delà du dernier délai d'un jour franc imparti à la DIGICEL, ces avocats menacent de dénoncer ces faits infractionnels au Parquet de ce Ressort et auprès des Instances Internationales impliquées dans la lutte contre le blanchiment d'argent provenant de la criminalité organisée.

Enfin, Mes. André Michel et Newton Louis St Juste rappellent à la DIGICEL qu'elle n'a pas le droit d'envoyer des messages à des citoyens, prétendus clients, avec lesquels elle n'entretient aucun lien juridique selon ses dires, à partir de contrats mafieux conclus avec des inconnus pour des montants dont la provenance reste inconnue et que les fonds mobilisés pour les festivités du 14 mai par des partisans du Président MARTELLY dont on ignore les nom, prénom et adresse, sont d'origine douteuse et ont été décaissés contrairement à la loi du 21 février 2001 relative au blanchiment des avoirs provenant du trafic illicite de la drogue et d'autres infractions graves.
Il faut noter qu'une sommation similaire a été adressée au Directeur Général de l'ULCC Antoine Atouriste lui accordant un délai de quinze (15) jours francs pour mettre sous enquête tout le Gouvernement de Laurent Lamothe suite au déroulement de la séance de convocation du 4 juin 2013 vu que le Premier Ministre haïtien était incapable de fournir aux Sénateurs de la République les explications nécessaires sur les dépenses des fonds d'urgence (les cinq milliards de gourdes), de Pétro Caribe (près d'un milliard de dollars US) et du budget de la République.
Ces actions citoyennes disent-ils, visent surtout à combattre la perception et la thèse selon lesquelles le Pays est dirigé par une association de malfaiteurs en cravate ou des criminels en col blanc.

 

NSJ

 

AFFAIRE DIGICEL VERSUS MES. ANDRE MICHEL/ NEWTON LOUIS ST JUSTE

Suite aux déclarations du Ministre de l’Economie et des Finances, du Commerce et de l’Industrie Wilson LALEAU lors de la séance de convocation du Gouvernement au Sénat de la République le mardi 4 juin 2013, selon lesquelles les festivités organisées le 14 mai 2013 pour commémorer le deuxième anniversaire du pouvoir Tèt Kale ont été financées par des partisans du Président MARTELLY et non par le Trésor Public, les citoyens André Michel et Newton Louis St-Juste ont adressé en date du 6 juin 2013 une sommation au Directeur Général de l’UCREF, Jean Ostrick HERCULES lui enjoignant de procéder dans un délai de 8 jours francs à l’ouverture d’une enquête sur la provenance de ces fonds qui seraient estimés à plusieurs centaines de millions de gourdes.

Et, le 10 juin 2013 , les deux hommes de loi ont  adressé une sommation au Directeur Exécutif de la DIGICEL en Haïti, Damian Blackburn, lui enjoignant de communiquer à l’UCREF conformément à la loi du 21 février 2001 relative au blanchiment des avoirs provenant du trafic illicite de la drogue et d’autres infractions graves, l’identité des personnes ayant conclu le contrat relatif aux messages envoyés aux clients de la DIGICEL les invitant quelques jours avant à se rendre dans les rues le 14 mai. Et ce, sous peine d’être  poursuivi tant en Haïti qu’à l’étranger pour complicité de blanchiment et autres infractions d’origine telles que trafic illicite de stupéfiants et enlèvement (Kidnapping).

En réplique, la UNIGESTION HOLDING S.A, Société Anonyme, opérant sous le nom commercial Digicel, ayant pour avocats Mes. Maude Louis Jean et André Robert Romain, du Cabinet Mayard Paul, ont riposté en date du 13 juin 2013 en déclarant auxdits avocats qu’elle n’a aucun lien juridique avec eux et en leur faisant injonction de présenter à la DIGICEL dans un délai ne dépassant pas 24 heures des excuses publiques.

Dans une sommation responsive datée du 14 juin 2013, Mes. André Michel et Newton Louis St ont notifié à la DIGICEL qu’ils n’entendent présenter aucune excuse publique en l’invitant à saisir le Tribunal compétent si elle s’en estime lésée tout en réitérant leur sommation datée du 6 juin 2013. Et, au-delà du dernier délai d’un jour franc imparti à la DIGICEL, ces avocats menacent de dénoncer ces faits infractionnels  au Parquet de ce Ressort et auprès des Instances Internationales impliquées dans la lutte contre le blanchiment d’argent provenant de la criminalité organisée.

Enfin, Mes. André Michel et Newton Louis St Juste rappellent à la DIGICEL qu’elle n’a pas le droit  d’envoyer des messages à des citoyens, prétendus clients, avec lesquels elle n’entretient aucun lien juridique selon ses dires, à partir de contrats mafieux conclus avec des inconnus pour des montants dont la provenance reste inconnue et que les fonds mobilisés pour les festivités du 14 mai par des partisans du Président MARTELLY dont on ignore les nom, prénom et adresse, sont d’origine douteuse et ont été décaissés contrairement à la loi du 21 février 2001 relative au blanchiment des avoirs provenant du trafic illicite de la drogue et d’autres infractions graves.

Il faut noter qu’une sommation similaire a été adressée au Directeur Général de l’ULCC Antoine Atouriste lui accordant un délai de quinze (15) jours francs pour mettre sous enquête tout le Gouvernement de Laurent Lamothe suite au déroulement de la séance de convocation du 4 juin 2013 vu que le Premier Ministre haïtien était incapable de fournir aux Sénateurs de la République les explications nécessaires sur les dépenses des fonds d’urgence (les cinq milliards de gourdes), de Pétro Caribe (près d’un milliard de dollars US) et du budget de la République. 

Ces actions citoyennes disent-ils, visent surtout à combattre la perception et la thèse selon lesquelles le Pays est dirigé par une association de malfaiteurs en cravate ou des criminels en col blanc.

 

La Digicel serait-elle  impliquée dans  blanchiment d’argent en Haiti ? Sommation de Maitres Newton et André Michel

d’être  poursuivi tant en Haïti qu’à l’étranger pour complicité de blanchiment et autres infractions d’origine telles que trafic illicite de stupéfiants et enlèvement (Kidnapping).

 

Les actions illégales de la digicel en Haiti pointes du droit par les avocats Newton Saint J     

La digicel somme de