Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Actualités

Michel Martelly est porté « disparu » il a pris le large avec sa famille…

martelly wife sophia Michel Martelly est porté « disparu »

UNE SEMAINE AVANT LA CONFÉRENCE DE LA CARIFEST A 

Jugeant la situation « i n t e n a b l e», il a pris le large avec sa famille…

Où a disparu Sweet Mickey ? C’est la question que se posent les journalistes, se faisant l’écho de la préoccupation générale des citoyens, à la suite du départ du Président haïtien du pays avec toute sa famille. Il aurait déclaré qu’il serait absent d’Haïti pour une période de deux semaines.

Nul communiqué officiel n’est venu expliquer où se trouve le chef de l’État. D’aucuns s’inquiètent que Michel Martelly ait décidé de s’absenter du pays au moment où il se trouve confronté à une série de cri - ses et de fortes possibilités de dérapages. C’est bien le cas de dire que le chef suprême de la nation « went AWOL » (Ab - sent Without Leave).

 À la capitale haïtienne, on sait tout simplement que M. Martelly a quitté la capitale haï tienne depuis vendredi der - nier (16 août) pour une destination inconnue. Sur place, à Port-au-Prince, ni la primature, ni le porte-parole de la présidence n’a pu informer de l’itinéraire du chef de l’État. C’est le mutisme à tous les ni - veaux. Mais au Palais national aussi bien qu’à la primature, personne ne semble trop s’inquiéter de cette absence inopinée.

On sait, par contre, que M. Martelly projette de se rendre à la conférence de la CARI - FESTA, qui doit se dérouler à Surinam. C’est ce qu’a laissé en tendre la ministre de la Culture, Josette Darguste, qui a précisé que M. Martelly y arrivera le samedi 23 août, soit deux jour avant la clôture de cette réunion, qui se tiendra du 16 au 25 août.

Haïti doit participer à cette importante rencontre régionale. Les artistes et groupes d’artistes appelés à représenter le pays sont déjà sur place. On peut citer, notamment, Ballet Ba koulou d’Haïti, Mikaben, Ta bou Combo, Tikoka, qui doivent participer à plusieurs niveaux, soient peinture, sculpture, mode, bijouterie, musique et artisanat.

On apprend, à Port-au- Prince, que les ministres du Tourisme et de la Culture seront également présents à cette rencontre. Ces derniers devraient quitter le pays le 21 août, à la tête d’une forte délégation, pour rejoindre les autres artistes déjà sur place.

Cette réunion de la CARI - FESTA a lieu tous les deux ans, dont le pays hôte est choisi par rotation. Sous le thème « Culture pour le développement », les 34 pays appelés à participer auront une occasion exceptionnelle de « célébrer » leurs cultures.

 Haïti accueillera cette rencontre en 20115. Le président Martelly va recevoir le flambeau de son homologue du Surinam.

Réfugié à Miami avec sa famille

 L’absence du président Martelly du pays avec toute sa famille a donné lieu à toutes sortes de commentaires et à des rumeurs les plus abracadabrantes. Certains voient déjà la fuite en « exil prématuré » des Martelly, en prévision des « remous » qui s’annoncent et qui pourraient même changer en «émeutes ».

 Nonobstant les mille et une conjectures et suppositions colportées en Haïti et à l’étranger, et dont certaines d’entre elles sont diffusées sur l’inter - net, le président Martelly est « réfugié » à Miami avec toute sa famille, ayant pris logement dans son hôtel de prédilection, le Fontainbleau.

 Durant son séjour à Miami, Martelly se garde d’attirer trop d’attention sur lui. Il a réduit au strict minimum la liste de personnes autorisées à lui rendre visite. Selon les arrangements qui ont été faits, il partira pour Surinam le 23 août. On pense qu’il est possible qu’il revienne à Miami pour boucler son séjour de deux semaines hors d’Haïti.

 Lamothe laissé pour gérer les crises

 Michel Martelly parti pour un séjour indéterminé à l’étranger, il a laissé à son Premier ministre, Laurent Lamothe, la responsabilité de gérer les crises déjà en gestation, et qui l’ont déterminé à prendre le large.

 Durant son absence du pays, ont éclaté deux nouvel - les crises, dont la gestion ne sera pas aussi facile que voudraient croire les autorités. L’arrestation assortie de bastonnade d’Érold Florestal qui, avec les avocats André Michel et Louis Newton Saint-Juste, ont déposé plainte contre Sophia Saint-Rémy Martelly et Oliver Martelly, un scandale transfuge du décès du juge Jean Serge Joseph. La révocation du commissaire du gouvernement Dellile, qui est remplacé par Francisco René, ne fait qu’aggraver la situation. En attendant que Lamothe trouve la formule idéale pour calmer les esprits agités par la bastonnade qui a été infligée à Florestal, après son arrestation par des éléments de la Police nationale, il faut craindre que les manifestants de rue ne surgissent à tout instant.

 Par ailleurs, des voix se son élevées contre Francisco René, nommé pour remplacer Luckman Dellile comme chef du parquet de Port-au-Prince. Car au moins sept femmes ont porté plainte contre lui, l’accusant de faire des propositions indécentes à leur endroit, et de harcèlement sexuel. En plus de cela, le Barreau de la capitale serait prêt à dénoncer cet avocat, l’objet de nombreuses plaintes auprès de cette institution.

 L’affaire Florestal enlève le sommeil à Martelly

 Déjà en proie à des nuits blanches provoquées par la mort suspecte du juge d’instruction Jean Serge Joseph, principale raison de sa fuite du pays, Michel Martelly voit ses problèmes se multiplier avec l’arrestation d’Érold Florestal, qui a été sévèrement torturé par des policiers.

 De sa cachette, en Floride, Sweet Mickey s’insurge contre Laurent Lamothe qu’il aurait accusé de susciter ce dernier scandale afin de renforcer les persécutions contre lui. Il aurait, dit-on, proféré des menaces à peine voilées contre Lamothe, lui faisant fait comprendre, dit-on, qu’il ne doit pas se mettre en tête qu’il pourrait hériter du pouvoir au cas où les circonstances au - raient mis le président dans l’obligation d’écourter son mandat.

 Haiti Observateur

.A Lire Aussi: