Actualités

Message de Fin d’année 2013 Du Mouvement Patriotique De L’opposition Démocratique (Mopod)

mopodL'année 2013 qui s'en va a été pour nous riche en événements sociopolitiques et en enseignements historiques de toute nature, mais malheureusement pauvre en termes de renforcement de la dignité nationale et de progrès socio-économique. La population haïtienne végète encore en dessous du seuil de pauvreté absolue et n'entrevoit toujours pas une réelle opportunité capable de susciter l'espoir et de créer des emplois durables afin de faire reculer, de manière sensible, le chômage chronique qui sape les bases de la paix sociale et du vouloir vivre ensemble. Nous devons donc faire preuve de plus de créativité, de rigueur et d'imagination pour satisfaire les besoins essentiels de la population et lancer le pays sur la voie du développement humain durable.

Chers Concitoyens, Chères Concitoyennes,

Cette année 2013 a été pour nous celle de tous les défis. Nous en sommes encore à gérer les conséquences de ce cataclysme majeur du 12 janvier 2010 qui a fait près de 250 000 morts et plus d'un million de déplacés et de sans-abris dans le département de l'Ouest et du Sud-est, dont la majorité attend toujours un toit et l'amélioration de ses conditions de vie ; nous subissons toujours les effets dévastateurs de l'introduction et de la propagation du choléra qui a fait plus de 8400 décès et plus de 389.000 infectés, lesquels attendent encore d'être indemnisés par les Nations Unies qui ont introduit le bacille dans le pays à travers la MINUSTAH. En dépit d'une faible croissance, notre économie stagne et se contracte avec une augmentation du coût de la vie et une détérioration notable du pouvoir d'achat des citoyens. Notre dépendance vis-à-vis de l'étranger s'accentue tandis que notre balance commerciale, toujours déficitaire, continue de se détériorer au regard d'un produit intérieur brut considéré comme le plus bas de la Caraïbe, à l'aube du 21ème siècle.

Face à ce tableau affligeant, le MOPOD se retrouve encore une fois dans la regrettable situation de faire le constat et le bilan des dérives antidémocratiques et anticonstitutionnelles d'un pouvoir Martelly-Lamothe, nostalgique des régimes populistes qui se sont succédé en Haïti. Il arrête les opposants politiques et casse toutes les manifestations pacifiques de l'opposition démocratique au gaz lacrymogène avec la complicité agissante de la police nationale qu'il utilise comme bras armé et non comme responsable et garant de la protection des vies et des biens de tous les citoyens sans distinction. Il est opportun de souligner, ne serait-ce que pour fixer les idées, certaines violations systématiques de la Constitution et des lois de la république par l'Exécutif, durant l'année de 2013.

Nous citerons :

a) Les manœuvres persistantes pour vassaliser les autres pouvoirs d'Etat qui ont abouti à la mort du juge d'instruction Jean serge Joseph dans les circonstances que nous savons.

b) Le refus de promulguer et/ou publier l'arrêté de nomination des membres de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif constitutionnellement choisis par le Sénat de la République, la loi sur le financement des partis politiques et celle sur l'académie créole

c) La volonté maintes fois exprimée du chef de l'Etat d'instaurer un pouvoir dynastique et dictatorial dans le pays notamment à travers le slogan « sak pa kontan anbake »

d) l'utilisation abusive des maigres ressources de l'Etat souvent mobilisées dans de nombreux déplacements à l'étranger et utilisés à des fins non productives

e) La déstructuration et l'affaiblissement des institutions de l'Etat au profit de la famille et des proches du Président de la République, érigeant ainsi la corruption en système de gouvernance

f) la perception illégale et l'utilisation illicite de taxes prélevés sur les transferts d'argents de l'étranger et sur les appels internationaux, le Parlement n'ayant pas voté le projet de loi y relatif

g) l'incapacité de justifier les dépenses réalisées à partir des dons reçus de l'Uruguay et des ressources du Trésor Public rendus disponibles dans le cadre de la gestion des dégâts post-cycloniques

h) l'utilisation abusive des fonds provenant de l'Accord Petro Caribe pour financer sans aucune transparence et sans souci des règlements sur les marchés publics, des dépenses non rentables, endettant ainsi inconsidérément l'Etat Haïtien pour le présent et pour l'avenir

i) Le refus obstiné de défendre les intérêts supérieurs de la nation dans le cadre des grands dossiers stratégiques comme la souveraineté nationale, l'intégrité du territoire, l'aménagement de ports et d'aéroports et le commerce international

j) Les violations des droits humains et des libertés fondamentales à travers des cas d'emprisonnement arbitraires, la persécution des opposants politiques et la répression violente des manifestations pacifiques.

k) La mise en place d'un Conseil Électoral Présidentiel, créé de toutes pièces, sans aucune référence constitutionnelle, ouvrant ainsi la voie à l'intervention étrangère dans les affaires de la république

l) La tentative de remobiliser arbitrairement une milice armée et les
Forces Armées d'Haïti dans l'opacité la plus totale

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, les principaux bénéficiaires des gros contrats de reconstruction post-séisme en Haïti sont les ressortissants de l'Etat Dominicain alors que ce dernier vient de prononcer, par l'intermédiaire de sa Cour Constitutionnelle, un arrêt portant dénationalisation des centaines de milliers de citoyens dominicains d'origine haïtienne. Force est pourtant de reconnaitre que la démarche diplomatique et politique de l'Etat Haïtien laisse beaucoup à désirer jusqu'à cette date. Heureusement, la société civile veillait au grain. Parmi les différentes prises de positions observées en la circonstance, il convient de mentionner celle du MOPOD qui a organisé un sit-in devant l'ambassade de la République Dominicaine, suivi de la remise formelle d'un document de réprobation contre cette mesure inhumaine et raciste. Après la réponse appropriée, spontanée et désintéressée de la communauté internationale dans sa fonction de vigie des droits de l'homme, l'Etat Dominicain s'est retrouvé sur la sellette mais l'Administration Martelly / Lamothe a vite fait de dédouaner ce dernier en signant un protocole d'accord qui rappelle curieusement celui de 1937 après le massacre des 37 000 Haïtiens en territoire dominicain.

Chers Compatriotes,

Depuis l'Assemblée du MOPOD tenue au Gonaïves qui a entériné les résolutions du premier forum du Cap-Haitien, de celui de l'Arcahaie et de celui de Léogane, nous avions jeté les bases pour la mise en œuvre d'une stratégie partagée de l'opposition démocratique. En addition à ces résolutions, l'Assemblée des Gonaïves avait consacré l'option stratégique qui pouvait se résumer dans les termes simples et clairs suivants : élections en 2013 ou démission du Président en exercice.

Après les tergiversations, les manœuvres dilatoires et les machinations de l'Exécutif pour ne pas organiser les élections dans les délais impartis par la Constitution et la promulgation tardive de la loi électorale, la crise de confiance est aujourd'hui totale. Aujourd'hui, le nouveau mot d'ordre est Démission ou Elections Générales en 2014. La revendication fondamentale qui consiste à demander et à obtenir le départ du pouvoir Martelly-Lamothe pour avoir failli à ses obligations constitutionnelles d'organiser à temps des élections libres, honnêtes et démocratiques, pour avoir créé et entretenu une crise institutionnelle en ne respectant pas le principe fondamental de la séparation des pouvoirs, pour avoir institué un fonctionnement opaque de l'Etat avec un niveau de corruption jamais encore vu dans l'histoire récente de notre singulière république, reste et demeure d'actualité et devra se concrétiser pour permettre au pays de se replacer sur la voie d'une démocratie véritable et d'un développement auto-entretenu.

C'est pourquoi le MOPOD interpelle toutes les forces vives du pays, en particulier les socioprofessionnels, les directeurs et professeurs d'écoles, les médecins, infirmières et auxiliaires, les juges, les avocats, les greffiers, les ingénieurs et architectes, les journalistes et travailleurs de presse, les paysans-agriculteurs, les ouvriers et ouvrières, les artisans, les artistes, les étudiants, les écoliers, les fonctionnaires publics, les chauffeurs du transport public, les associations de femmes, les associations de jeunes, les syndicats, les entrepreneurs, les marchands et marchandes des marchés publics, les commerçants, les haïtiens d'outre-mer bref, tous ceux qui s'activent tous les jours pour faire reculer la misère et l'ignorance en Haïti, pour que nous puissions de manière concrète marquer un cran d'arrêt dans la répétition de nos bêtises séculaires, de nos erreurs récurrentes, pour enfin amorcer un vrai virage vers des réalisations majeures, un progrès sensible, significatif, mesurable et un développement durable visant à changer la vie de tous les haïtiens sans exception.

Enfin, cette année de 2013 qui a vu la concertation et la mobilisation des forces progressistes haïtiennes a aussi permis une décantation et la mise en évidence de stratégies connues ou cachées de certains secteurs se réclamant à tort ou à raison de la large famille démocratique haïtienne. En effet, les contradictions liées à la dynamique de la lutte démocratique ont permis aujourd'hui de mieux voir qui est qui et qui fait quoi.

A l'orée de l'année 2014, nous osons espérer que les différents tenants du statuquo en Haïti prendront conscience de l'état déplorable de la situation et œuvreront dans le sens de la résolution définitive de cette grave crise haïtienne qui menace les fondements même de notre démocratie et de notre société. Les vieux démons de la division ont refait surface dans notre ciel politique. Le projet de société, à la fois rassembleur et démocratique, voté par voie référendaire le 29 mars 1987, sans être un monument parfait, a fait l'objet pendant longtemps de sévères attaques issues des forces rétrogrades et des factions antinationales de la république. Le dernier amendement élaboré minutieusement par l'administration Préval et publié par celle de Martelly a été la goutte d'eau qui a fait renverser le vase du renouveau démocratique. Il faut renforcer l'unité des forces progressistes et la cohésion nationale en insistant sur la mobilisation de la population à travers des manifestations pacifiques sur toute l'étendue du territoire national.

Le projet national du Mouvement Patriotique d'Opposition Démocratique auquel il convie toute la population à adhérer s'articulera autour de quatre idées- forces :

A- La récupération de notre souveraineté nationale sans enfermement autarcique

B- La formation et le maintien de l'Unité nationale qui n'est ni uniformité ni unanimité

C- L'élaboration d'un programme socio-économique axé sur un développement endogène sans nationalisme étriqué mais avec une bonne et claire conscience nationale et patriotique

D- Une coopération internationale active répondant aux intérêts du pays sans ingérence étrangère dans nos affaires internes

Le Mouvement Patriotique de l'Opposition Démocratique (MOPOD) prend le ferme engagement de poursuivre son combat pour le respect des libertés publiques et démocratiques, le respect de la Constitution haïtienne et l'instauration d'une gouvernance efficace et transparente capables de nous conduire à un Etat organisé, responsable, tolérant et prospère. Cet engagement se traduira d'abord par le renforcement de la mobilisation populaire, la poursuite des pourparlers sans candeur ni illusion mais de manière réaliste avec tous les secteurs vitaux de la Nation, par l'élaboration et la présentation d'une solution alternative en termes de nouvelle orientation et de programme de gouvernement qui permettront au pays de mettre en œuvre une véritable transition vers des élections libres, honnêtes et démocratiques et vers la stabilité politique, garante de la durabilité des progrès socio-économiques.

Nous nous sommes également résolus à présenter une offre patriotique et démocratique plus consistante au peuple haïtien déjà maintes fois bafoué par ceux-là même qui prétendaient défendre ses intérêts. Nous devons assumer toutes nos responsabilités afin de constituer un leadership éclairé, juste, ferme et déterminé capable de créer, face à l'adversité et aux multiples contradictions qui animent le champ politique haïtien, cette voie lucide, cette parole organisée et ces actions concrètes capables de constituer la rampe de lancement pour le renouveau d'Haïti. Une assemblée extraordinaire du MOPOD sera tenue à l'aube de l'année 2014 afin de considérer la faisabilité des stratégies retenues et la pertinence des résultats escomptés.

Le Mouvement Patriotique de l'Opposition Démocratique (MOPOD) formule ses vœux patriotiques de clairvoyance, de persévérance, de combativité, de changement ordonné, de paix, de progrès et de prospérité à la nation haïtienne en ayant soin de citer à l'ordre du jour tous les citoyens qui ont fait rayonner le nom d'Haïti, grâce à leurs performances individuelles.

Port-au-Prince, le 30 décembre 2013
Pour le Comité de Pilotage de MOPOD
Pour authentification : Dr Dunois Erick Cantave
KONAKOM: Le parti politique moderne pour le renouveau d'Haiti

  A Lire Aussi: