Actualités

Cour des Comptes : Martelly a exclut l'un des juges parce qu’il était un « communiste », un autre parce qu’il est un ami d’un sénateur de l’opposition

cour-superieure-des-comptes-touthaitiLocal Cour des Comptes

Ces informations aussi incroyables qu’elles puissent paraitre en l’an de grâce 2014 ont été confirmées par des sénateurs et d’autres sources proches du régime.

La question des diplômes évoquée par Martelly et ses conseillers est un faux prétexte utilisé par Martelly parce qu’il a peur de la rigueur, en autre, du juge élu Mehu Melius Garçon qui, d'après les informations disponible est un incorruptible parce qu'il n'est pas attaché au bien matériel et aux avances du régime corrompu de Martelly-Lamothe si bien que dans la malice haïtienne on l'appelle des fois "communiste" . De plus, l'ancien sénateur Mehu Melius Garcon est, dit-on, un ami proche du sénateur Moise Jean Charles.

C'est le même scenario pour un autre juge élu du nom de Rogavil Boisguene, qui a été écarté parce qu'il était le chef de campagne du Senateur du Sud Francky Exius un opposant au régime. La troisième écartée, Madame Marie Neltha Fétière, haut fonctionnaire du ministère des finances dont l'étude supérieure en maitrise a été payée par l'état haïtien a été également indexée par le régime Martelly.

Ces informations aussi incroyables qu’elles puissent paraitre en l’an de grâce 2014 ont été confirmées par des sénateurs et d’autres sources proches du régime.

Voici donc des raisons évoquées par le régime Martelly et ses conseillers pour exclure trois des juges élus  constitutionnellement par le sénat de la république. Cette exclusion d'ordre politique était à la base du refus du président du sénat de signer cet  " accord pour job " accouché avec l’aide du nouveau cardinal haïtien qui s’est fait berné et humilié par Michel Martelly après  avoir donné la garantie formelle  au prélat de publier tous les noms des élus par le sénat.

Martelly a peur de ces juges qu’il ne contrôle pas

Martelly a peur de ces juges qu’il ne contrôle pas, car ce sont eux qui vont se pencher sur les détournements et vols perpétrés par son régime, notamment les 3.4 millions de l'Uruguay de même que les contrats sans appels d'offres octroyés a des entreprises en retour de kickbacks et de ristournes selon des informations mises a la disposition du public par des fonctionnaires anciens et actuels du régime.

Tout Haiti,

 A Lire Aussi: