Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Mer09202017

Last update06:53:57 PM

Actualités

Les salopards Haïtiens et leur fausse indignation face à l’aide Dominicaine

youri latortue armee aide dominicaine ouragan matthew mathieuSenateur contesté Youri Latortue en compagnie des soldats dominicains

L’aide de la République Dominicaine à Haïti, est-elle un cadeau empoisonné?

 « Tout à fait mon frère Kerlens. Notre pays est "toutouni" et je félicite le président Privert pour l'acceptation de cette aide combien nécessaire voire indispensable. Le comportement des sénateurs est démagogique mon frère Kerlens. Pourquoi ne protestent-ils pas celle des Américains, des Français, des Canadiens? Je remercie en fait tous les pays qui ont volé à notre secours. »

 D’habitude, je n’écris pas à la va vite. Je prends toujours mon temps pour observer, effectuer des recherches, contacter des sources crédibles, des acteurs clés avant d’émettre une opinion sur la situation sociopolitique de mon pays Haïti. En ce qui a trait au geste que les responsables dominicains viennent de faire à l’égard d’Haïti, j’ai pris le soin non seulement d’observer et de faire des recherches, mais j’ai contacté des responsables au plus haut niveau des deux côtés de la frontière haitiano-dominicaine. Je crois que tout le tohu-bohu qu’on est en train de faire sur ce sujet n’est que l’expression de la honte et d’une certaine petitesse. La République d’Haïti et la République Dominicaine sont deux pays sœurs qui sont appelés à vivre ensemble jusqu’à la fin des temps et les habitants de ces deux pays doivent toujours faire l’effort de vivre dans une atmosphère de convivialité. Avant d’être des nationalistes, nous sommes des frères. Youn sipoze veye sou lòt. J’ai lu la lettre de protestation du Sénateur Jean Renel Senatus. J’ai entendu les déclarations de plusieurs sénateurs dont le tristement célèbre Youri Latortue. J’ai entendu les déclarations des ministres Pierrot Delienne et François Anick Joseph. J’ai écouté avec attention les commentaires de certains directeurs d’opinion et des amis intellectuels avisés. Je crois pour ma part que les acteurs gouvernementaux ont bien fait d’accepter l’aide dominicaine. Nous ne sommes plus en situation d’afficher notre nationalisme. Nous avons un pays à genoux, dépouillé de tout. Il faut que nous assumons notre laideur face au monde.

 Ma formation académique a été faite tant en Haïti ainsi qu’en Amérique du Nord. J’ai travaillé dans les deux systèmes. Je crois que nous avons un sérieux problème en Haïti. Nous sommes un peuple en déni. Haïti est bel et bien un état failli. Ceux qui se disent dirigeants ne sont pas en mesure de gérer le pays pour faciliter un mieux-être aux plus démunis et à l’ensemble de la population. Les Haïtiens même les plus instruits se comportent comme de vils imbéciles et de véritables inconscients qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts. L’aide des Dominicains à Haïti est l’expression non seulement de l’amitié du peuple voisin, mais aussi c’est une action stratégique de la part des dirigeants dominicains pour assumer le leadership régional. Les Dominicains réalisent qu’avec la pauvreté endémique en Haïti, la mauvaise gouvernance, l’insouciance des dirigeants haïtiens et les retombées catastrophiques de l’ouragan Mathieu, des milliers d’Haïtiens vont chercher à entrer sur leur sol pour trouver un mieux-être. Alors, ils sont proactifs en accordant l’aide à Haïti. Ils ont fait plusieurs coups avec la pierre de l’aide. Ils ont stoppé la masse des appauvris haïtiens, ils sont en train de montrer leur capacité de gestion en terme d’influence internationale et en dernier lieu, ils ont accepté de mettre en branle le R2P qui se traduit en anglais par Responsibility to protect (Responsabilité de protéger). Nous sommes en train de subir une colonisation douce de la République Dominicaine parce que nous sommes incapables de gouverner notre pays. Nous devenons un mal pour la communauté internationale et la République Dominicaine essaie à son tour, après l’échec de nombreux pays de prendre en mains le mal que représente Haïti.

 Je sais qu’il y a de vrais patriotes qui sont offusqués du fait que les bottes dominicaines sont sur le sol national. Je leur demanderais de bien réfléchir. S’ils peuvent prendre des armes et s’armer de courage pour combattre les voleurs et les malfrats en Haïti, je les suivrai du regard et je militerai autant que je peux à leur côté. S’ils n’ont pas le courage de faire la révolution que requiert le cas d’Haïti pour qu’enfin la masse puisse jouir d’un certain mieux-être, qu’ils avalent leur orgueil et laissent les Dominicains faire. Ce n’est pas possible que plus de 200 ans après notre indépendance, nous ne pouvons même pas assurer la gestion des détritus, voire nourrir et éduquer notre peuple. Je vois que beaucoup de malfrats qui ont aidé les gouvernements successifs durant ces trente dernières années à piller Haïti sont en train d’élever leur voix pour crier à l’infamie. De quel droit tiennent-ils un discours patriotique ? Michel Martelly vient de dilapider trois milliards de dollars des fonds de Petrocaribe. Avec cet argent, Haïti pouvait bien se faire une santé économique, construire des infrastructures et mettre le pays sur les rails du développement. Nous sommes des malpropres. Je comprends mal que des apatrides sont en train de citer le nom de nos héros pour empêcher qu’une nation sœur puisse venir en aide à nos paupérisés, nos frères les plus vulnérables. Mon message au peuple haïtien c’est qu’il se mette debout pour se révolter contre tous ceux qui affichent un sentiment de faux nationalisme. Je ne suis qu’un simple citoyen qui n’a pas contribué à l’état végétatif dans lequel se retrouve le pays. Je suis un patriote qui aime son pays et qui réfléchit constamment sur les moyens à adopter pour trouver une porte de sortie. Je n’ai jamais été dans le cercle des voleurs et des dilapidateurs de fonds publics. Je le dis haut et fort que Jocelerme Privert a bien agi. L’aide dominicaine est conditionnée et je crois qu’elle est dans l’intérêt des plus vulnérables. Pour une fois, je suis contre la démarche du Sénateur Jean Renel Senatus. Je suis contre la logique du « pito nou lèd nou la ». Que les faux nationalistes s’asseyent gentiment pour apprendre des Dominicains qui en moins de 50 ans ont eu la grandeur d’âme pour construire un pays viable, démocratique et s’efforçant d’améliorer de jour en jour les conditions de vie de leurs frères et sœurs.

 La MINUSTAH est en Haïti depuis tantôt 12 ans et ne fout presque rien avec un budget faramineux. A part de Moise Jean Charles et de quelques militants, je n’ai jamais entendu d’autres politiciens qui montent au créneau aujourd’hui demander le retrait de cette force amorphe qui a contaminé la population avec le choléra. La majorité des politiciens haïtiens a un pied à terre en République Dominicaine. Quand ils sont malades, ils se font soigner là-bas. Ils ont des intérêts chez nos voisins. Nombreux sont sur le payroll de la Dominicanie comme apatrides. Pourquoi Haïti n’a-t-il pas une armée comme c’est prévu dans la Constitution ? Pourquoi parler de souveraineté nationale quand nos frontières sont protégées par une force étrangère ? Je trouve que ceux qui élèvent la voix pour crier à l’infamie sont assez hypocrites. Pourquoi accepter l’ingérence des Etats-Unis et du Canada et non la République Dominicaine ? Nos élites ont déjà livré le pays à la République Dominicaine, pourquoi pleurnicher à présent ? La RD, n’est-elle pas notre deuxième partenaire commercial après les Etats-Unis d’Amérique ? Cessons la politicaillerie. Il est temps que les vrais patriotes puissent lancer un mouvement pour soulever le peuple. Nous n’irons nulle part avec cette classe politique pourrie et sans vision. Haïti ne fera un pas kita ni un pas nago avec cette bourgeoisie répugnante et malpropre qui se positionne en califourchon devant la République Dominicaine. Je suis sûr que si la République Dominicaine avait donné une enveloppe de 10 millions de dollars à Haïti, les chiens couchants qui crient au scandale auraient un autre discours puisqu’ils auraient l’opportunité de détourner l’argent. Je peux comprendre que les « sangwen » qui nous dirigent en Haïti ont une myopie intellectuelle, mais je m’attends à mieux des Haïtiens qui vivent en dehors d’Haïti, surtout en Europe et en Amérique du Nord, là où il y a une gouvernance performante et viable. Cessons de nous comporter en racaille. Il est temps que l’on décide de déchouquer les abolotchos et les grands mangeurs de la terre d’Haïti. L’aide dominicaine, empoisonnée qu’elle soit est la bienvenue en Haïti. Que les chiens couchants se taisent et laisser l’espace à ceux qui sont compétents et capables d’aider le peuple haïtien à surmonter son calvaire.

 Je mourrai pour la vérité et je mourrai pour défendre l’honneur de mon pays. Je le répète une fois de plus : les politiciens haïtiens ne sont pas en situation de sainteté pour refuser l’aide étrangère dominicaine accompagnée par des soldats de la protection civile dominicaine. Ils sont tous des menteurs et des malfrats qui réalisent qu’ils ne peuvent pas détourner l’aide dominicaine puisque sécurisée par les Dominicains eux-mêmes. A quand la venue d’une classe d’hommes debout en Haïti capable de charrier les revendications réelles du peuple haïtien ? Nous sommes à bout de souffle. Je présente mes excuses à tous les vrais patriotes qui peuvent être offusqués par ma position, mais ils doivent me donner le bénéfice du doute. Il n’y a aucun salut pour Haïti avec ces politiciens qui constituent la classe politique actuelle. Je crois dur comme fer qu’Haïti doit subir une intervention étrangère directe sans malice cachée comme le font les Américains depuis belle lurette pour que le pays puisse remonter la pente du développement durable. Les patriotes qui veulent aider sont repoussés et relégués en arrière-plan. Ils sont en minorité et n’ont pas la force de se battre. Si une force étrangère peut nous aider à combattre les thuriféraires en Haïti, qu’elle soit la bienvenue. Trop de misère, trop de souffrance en Haïti. Il y a de l’espoir pour mon fils qui est né aux Etats-Unis d’Amérique. Les progénitures des politiciens haïtiens résident et étudient à l’étranger. Ils sont bien lotis. D’où viendra l’espoir pour les fils et filles des incompris, des déshérités, des paysans et des vilipendés ? Je n’écris pas pour faire plaisir à quiconque. Je suis maitre de mes pensées. Je crois que Jocelerme Privert a pris une décision historique d’accepter l’aide dominicaine accompagnée des soldats dominicains pour empêcher que nos politiciens et nos agents de malheur puissent la détourner. J’attends la résolution prochaine du parlement croupion pour demander à la MINUSTAH de mettre les voiles. Il arrivera un temps où le peuple haïtien assoiffé de justice s’érigera contre ses bourreaux et ce sera la fin de nos malheurs. Le soleil de la liberté et du développement endogène durable pointera enfin à l’horizon. Que Dieu ait pitié d’Haïti et qu’il nous vient en aide !

 Kerlens Tilus  10/15/2016
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.