Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Jeu09212017

Last update06:53:57 PM

Actualités

Pétition pour freiner la débauche juvénile, la dévalorisation du carnaval et la généralisation du phénomène " Martelly-Ti Sourit "

fleurs rouges

 

Port-au-Prince , 8 Mars 2017  ---- Tout Haiti vous présente une pétition lancée par un ensemble d’organisation de la société civile (RNDDH, SOFA et CE-JILAP Commission Episcopale Nationale Justice et Paix… etc.) Face aux dérives de Michel Martelly et de la dégénérescence de la société en général.

 Opération de réveil de la population en vue de préserver la jeunesse haïtienne :

Fanm Deside, SOFA, AFASDA, CONHANE, RNDDH, CE-JILAP, CARDH, POHDH et MOUFHED exigent que les autorités haïtiennes freinent la débauche juvénile et la dévalorisation du carnaval et de la culture haïtienne.

Le carnaval haïtien, depuis les temps immémoriaux, a toujours été considéré comme l’événement culturel le plus attendu de l’année.

Au début, les groupes musicaux et les bandes à pied puisaient dans des histoires vécues, des épopées pour chanter et dépeindre la réalité sociale haïtienne. Des groupes de danse et de théâtre, pour leur part, faisaient usage de leur créativité pour représenter des scènes de la vie courante et faire passer des messages de sensibilisation et de formation aux membres de la communauté.

Depuis plusieurs années, cette forme de communication, appréciée par la société, a disparu pour laisser la place à des textes crus, sans inspiration, sans aucun respect pour la culture haïtienne et les habitudes ancestrales et surtout, pour le corps des femmes et des jeunes filles. Aujourd’hui, les incitations à la violence et à la débauche juvénile, sont légion. Les injures à peine voilées à l’encontre des femmes et des jeunes filles constituent la seule inspiration des auteurs de la majorité des textes carnavalesques.

Cet état de fait a atteint une proportion inquiétante lors du carnaval national de 2017 où, pendant les trois (3) jours gras, l’ex-Président Michel Joseph Martelly, a attaqué l’intégrité morale et psychique de deux (2) personnalités bien connues du pays, savoir, Jean Monard Métellus et Marie Liliane Pierre-Paul.

La jeunesse, ignorante, emportée par le rythme, la musique et les festivités en général, se déhanchait, buvait de l’alcool en scandant, avec Michel Joseph Martelly, des propos injurieux, dans l’irrespect total des principes et valeurs de droits humains. De nombreux médias ont retransmis en direct ces dérapages, offrant ainsi aux autres jeunes qui n’étaient pas présents sur les lieux, la possibilité de suivre en temps réel, ce spectacle abject.

De son côté, l’appareil judiciaire haïtien n’a pas assumé ses responsabilités. Or, l’ancien président Joseph Martelly, a, au cours des dernières festivités carnavalesques, violé non seulement les règles élémentaires de la morale mais aussi les dispositions des articles 281 et 283 du Code Pénal annoté par Maître Patrick Pierre-Louis, relatives aux mœurs et à la pudeur.

Par ailleurs, de nombreux Disc-Jockey ont pris l’habitude de diffuser des musiques injurieuses, attaquant les femmes et les jeunes filles dans leur dignité.

Des femmes et des jeunes filles nues ou presque, sont payées pour danser de manière lascive, ce qui change aujourd’hui les représentations chorégraphiques et les vidéos-tubes en film de scènes X.

Il est donc clair que la société haïtienne est loin du temps où le carnaval haïtien était synonyme de couleurs. Elle assiste à la dépravation de la jeunesse haïtienne et à la dévalorisation du carnaval et de la culture haïtienne.

Les rares dispositions légales portant sur la débauche de la jeunesse ne répriment pas ces situations où dans la frénésie générale, des mineurs et de jeunes adultes, sont amenés à poser des actes contraires aux valeurs et principes de droits humains, à scander des propos discriminatoires les uns à l’égard des autres, à donner une couleur sexuelle à toutes leurs paroles et à attaquer les autres dans leur dignité.  

C’est pourquoi, les organisations suivantes, Fanm Deside, SOFA, AFASDA, CONHANE, RNDDH, CE-JILAP, CARDH, POHDH et MOUFHED invitent tous les haïtiens – pères et mères de famille, membres d’organisations de la société civile, acteurs politiques, membres d’organisations de base, membres d’organisation de la jeunesse – indignés par la mauvaise direction prise par la jeunesse haïtienne sous l’incitation de nombreux musiciens haïtiens et Disc-Jockey, à prendre part à une opération de réveil de la population en signant la présente pétition qui sera adressée au Parlement haïtien, dans le but de le porter à freiner la débauche juvénile ainsi que la dévalorisation du carnaval et de la culture haïtienne. Cette pétition exige :

  • Que le Parlement haïtien légifère sur les risques de débauche de la jeunesse haïtienne, la dévalorisation du carnaval et de la culture haïtienne et édicte des sanctions sévères à l’encontre des groupes musicaux, des Disc-Jockey et de toute personne qui incitent la jeunesse à se débaucher ;  
  • Qu’un organe de protection de la communication audiovisuelle soit mis sur pied dans les plus brefs délais, avec pour obligation de vérifier la conformité des textes par rapport à la culture haïtienne en général et au principe des bonnes mœurs en particulier;
  • Qu’un contrôle des textes musicaux soit réalisé et que les textes à caractère discriminatoire, xénophobe, injurieux, dénigrants, contraires à la protection des mineurs, incitant à la débauche et irrespectueux de la culture haïtienne, des droits de la personne humaine, des droits des femmes, ainsi que les textes, soient interdits de diffusion ;
  • Que les activités nocturnes soient proscrites aux mineurs et que les responsables de clubs leur interdisent l’entrée ;
  • Qu’il soit clairement interdit aux mineurs de fumer et de consommer de l’alcool ;
  • Que les activités qui s’adressent à la jeunesse à savoir, journées récréatives, after‑school, soient rigoureusement contrôlées ;
  • Que tous les programmes nationaux et officiels de débauche, tels que Ti Sourit, soient interdits sur le territoire national et qu’ils soient remplacés par des forums communautaires ; que ces forums soient réalisés en fin de semaine et dans l’après-midi.

La présente pétition est ouverte à la signature et est disponible aux locaux des organisations instigatrices de la présente ainsi que dans leurs structures départementales.

Une société se construit sur le respect. Apprenons à nos jeunes à se respecter et à respecter les autres. Réveillons-nous et préservons la jeunesse haïtienne !!!

 

Pour authentification :

Jessie Ewald Benoit, MOUFHED
Maxime Rony, POHDH
Pierre Espérance, RNDDH

 

Port-au-Prince, le 8 mars 2017

Liste des organisations signataires:

Fanm Deside

Solidarite Fanm Ayisyèn – SOFA

Asosyasyon Fanm Solèy Dayiti – AFASDA

Conseil Haïtien des Acteurs Non Etatiques – CONHANE

Réseau National de Défense des Droits Humains – RNDDH

Commission Episcopale Nationale Justice et Paix – CE-JILAP

Centre d’Analyses et de Recherches en Droits de l’Homme – CARDH

Plateforme des Organisations Haïtiennes des Droits Humains – POHDH

Mouvement des Femmes Haïtiennes pour l’Education et le Développement - MOUFHED