Actualités

Le chef de facto de la police nationale Léon Charles est un tortionnaire !

Léon  Charles nouveau directeur général a.i. de la Police nationale dHaïti

Port-au-prince  ce 19 Novembre 2020 --- J’ai pris lecture de la note de félicitation du Directeur général de facto de la PNH,Léon Charles, adressée aux policiers et policières, suite à la Journée de Mobilisation Nationale du 18 Novembre 2020. Dans cette note, Monsieur Léon Charles a tenu à féliciter les policiers et policières qui ont fait preuve de professionnalisme dans la gestion de la journée du 18 Novembre 2020. Ce n’est pas sérieux !

A Port-au-Prince, par exemple, la Presse a constaté la brutalité avec laquelle la Police Nationale a dispersé la Manifestation de l’opposition plurielle à hauteur de Delmas 48 alors qu’elle se déroulait dans l’ordre et la discipline. La presse locale et internationale le reconnaît. Toutes les tentatives de remobilisation de la Manifestation ont été sévèrement réprimées. Je rappelle que la PNH a été régulièrement notifiée de l’organisation de cette manifestation.

Le bilan est lourd : des blessés, deux morts, une vingtaine d’arrestations.

Mais bon Dieu !! Comment un directeur général de la PNH, tenu de respecter les droits Humains, peut-il prendre la liberté de féliciter des policiers qui ont battu et assassiné des citoyens à l’occasion d’une manifestation pacifique ?

En principe, Léon Charles aurait dû demander à l’inspection générale de la PNH d’ouvrir une enquête administrative pour déterminer la sanction disciplinaire à prendre contre les policiers coupables de violations de droits Humains. Léon Charles assume donc les actes de violation de droits Humains commis à Port-au-Prince et dans les villes de province par les agents de l’Ordre qui étaient en service.

Nous devons changer de stratégie de combat !

Nous sommes à moins de 80 Jours de la fin du Mandat constitutionnel de Jovenel Moise.

Jwèt la pral bosal. J’appelle celles et ceux qui sont véritablement dans l’opposition  à assumer leurs responsabilités politiques face à la répression d’Etat, aujourd’hui clairement assumée. Timoun pa rantre nan Jandam. Nous devons changer de stratégie de combat. Il faut trouver la bonne pédagogie pour impliquer la population dans ce changement de stratégie. L’opposition doit être plus combative, plus agressive.                                                                                                

Pèp la pa ka ap konte kadav toutan. Pèp la pa ka ap konte plese toutan.                                                              

André Michel, Avocat,
Défenseur indépendant de droits Humains
Porte-Parole du Secteur Démocratique et Populaire

Les Dernieres Nouvelles