Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Mer05222019

Last update01:28:20 AM

Actualités

La terre s'ouvre à Kikwa - Kenscoff

La terre s'est fendue dans différents endroits, à Kikwa, une localité de Kenscoff. Ce mouvement du sol a endommagé au moins trois maisons, selon la coordonatrice du Mouvement des femmes haïtiennes pour le développement rural (MOFHADER), citée par Radio Signal fm. La responsable a tout de suite lancé un appel pressant à l'attention des autorités "en vue d'éviter le pire".

C'est avec beaucoup d'étonnement que la population de Kikwa a assisté le 6 juin à cet étrange phénomène naturel. Les habitants de cette localité reculée de la commune de Kenscoff ont fait savoir que cela s'est passé aux environs de huit heures du soir en provoquant beaucoup de bruit. Cette situation a jeté un vent de panique au sein de cette population qui a dû, cette nuit-là, se refugier sur un vaste terrain, selon ce qu'a rapporté le photographe Yonel Louis, qui a accompagné une délégation du ministère de la Planification en visite là-haut la semaine écoulée.

Lire la suite...

Démolition à morne de l’Hôpital : une patate chaude

dmolitionmornedelhpitalLe courant ne passe plus entre le gouvernement Martelly/Lamothe et les habitants du morne de l’Hôpital. Malgré le mouvement de protestation de ces derniers en début de semaine, la démolition tient encore. Un délai de quinze jours leur est accordé pour déguerpir.

La protestation s’enfle. Après les habitants de Juvénat, ce sont ceux des quartiers défavorisés de Pétionville qui ont manifesté cette semaine. Ils accusent le Gouvernement de vouloir procéder à la démolition de leurs maisons. Même s’ils n’ont pas été avertis, la mesure est sans appel, avons-nous appris.

Lire la suite...

Haïti : un État en lambeaux

hatiuntatenlambeauxÀ l’instar du corps humain, l’existence et le bon fonctionnement d’un État se constatent à travers des signaux concrets : des signes de vie. Pourtant l’exercice de la souveraineté, fonction essentielle de l’État, devient une vaine attribution quand la faiblesse et l’incapacité – qu’elles soient d’ordre économique ou politique – entachent les actions étatiques. À ce moment, les ONG s’imposent comme le grand remède des États en détresse, comme une vitamine indispensable à un corps au bord du trépas. On comprendra donc pourquoi Haïti fait partie des pays qui remportent la palme en termes de nombre d’ONG présentes.

Lire la suite...

Face à la rue, Martelly nuance

mornelhopital« Une fois que la décision est bonne, on ne peut pas reculer. Nous avons un ministre de l'Environnement qui a pris une décision, peut-être que je n'étais pas au courant. Peut-être que je n'aurais pas utilisé la technique employée. Nous sommes un gouvernement qui est là plus pour construire des maisons pour les gens », a déclaré le président de la République, jeudi, sur les ondes de Radio Scoop FM concernant la décision de démolir environ 450 maisons à morne L'Hôpital.

« L'idée n'était pas d'aller marquer les maisons qui seront démolies. Je pense qu'on devrait d'abord interdire les constructions anarchiques. Une décision d'Etat. Une fois ces constructions interdites, il faudrait mettre sur pied une équipe qui supervise qu'il n'y a aucune maison en construction dans la zone. Après quoi, on pourrait se réunir avec les propriétaires des 100 maisons concernées (on m'a parlé de 100 maisons) pour leur dire, premièrement, on va vous donner une autre maison. Deuxièmement, on vous donnera un emploi. Si le mari travaille déjà, on le donnera à son épouse, parce qu'il y aura un parc industriel à l'endroit où il va être relogé. Troisièmement, des accompagnements pour les enfants. Terrain de jeux, écoles gratuites... », a avancé le chef de l'Etat en guise de proposition au ministre Ronald Toussaint.

Lire la suite...

Le guêpier de Jalousie

jalousie-petionville-soirLe ministère de l'Environnement a mis les pieds dans un guêpier. Sans aucune expérience en la matière, le jeune ministère s'approprie un dossier qui cadre plus avec celui des Travaux publics : la démolition de 450 maisons mal construites sur des aires protégées ou mettant en danger ceux qui y vivent. Le projet serait même plus ambitieux, on parle de plusieurs milliers de demeures qui doivent disparaître du morne L'Hôpital, faire place nette.

Pour le moment, ce n'est pas l'intention de réparer des torts faits à l'environnement, aux bassins versants ou aux réseaux de drainage qui pose problème, mais plutôt la manière brusque, expéditive et définitive de raser des habitations dans un pays qui vient de voir un séisme ravageur mettre à terre des milliers de logements.

Lire la suite...

Haïti-Viols-Justice : Sur 62 plaintes déposées, pas un seul jugement en 18 mois, selon la MINUSTAH


haiti-viol-P-au-P, 28 juin 2012-  Les victimes de violences sexuelles sont faces à d’énormes défis pour accéder à la justice dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, où sur 62 plaintes déposées, pas un seul cas n’a été jugé en 18 mois.

C’est ce qui ressort d’un rapport publié par la Section des droits de l’homme de la Mission des nations unies pour la stabilisation d’Haïti (Minustah) et du Haut-commissariat des Nations-unies aux droits de l’homme (Sdh), le mardi 26 Juin 2012.

Ce rapport porte sur la réponse de la justice pénale et de la police aux plaintes pour viols déposées dans cinq commissariats et sous-commissariats de la région métropolitaine de la zone métropolitaine dont les commissariats de Port-au-Prince, Cité Soleil, Delmas 33 et sous-commissariats de Fort National et Delmas 3, entre juin et août 2010.

Lire la suite...

Kenneth H. Merten: Les adieux discrets d’un ambassadeur US

kenneth-merten-michel-martellyPORT-AU-PRINCE, 15 Juin – Les journalistes invités à ce petit déjeuner avec l’ambassadeur américain en fin de mission et qui a sollicité lui-même ce dialogue ‘en toute liberté’, se sont acharnés à le décrire comme un super ambassadeur, bref un proconsul.

Or l’ambassadeur Kenneth H. Merten ne ressemble à rien de tout ça.

Maitrisant aussi bien le français que le créole haïtien, à aucun moment pendant ses trois années de mission en Haïti il n’a semblé vouloir en tirer avantage pour mieux s’imposer sur la scène politique.
Si l’ambassadeur américain est le personnage politique au bout du compte le plus influent aujourd’hui dans notre pays on ne peut plus ‘back yard’ ou arrière cour, au sens politique ou géopolitique ou politico-américain du terme – comme nos confrères ont voulu le démontrer en deux exemples emblématiques : 1) les pressions sur le conseil électoral ainsi que sur le président René Préval qui ont débouché sur l’élection de Michel Martelly à la présidence en mars 2011, et 2) la confirmation que Michel Martelly n’est pas un citoyen américain mais bien ‘un Haïtien’ (sic), ce qui mit pratiquement fin à la querelle autour de la citoyenneté étrangère présumée de notre actuel chef de l’Etat, la caractéristique de l’ambassadeur américain sortant est que ce super pouvoir n’a jamais été ressenti comme une provocation dans le pays hôte. Kenneth Merten c’est le proconsulat tranquille ! Comme si de rien n’était.

Lire la suite...

Partenaires dans le déboisement et la bidonvilisation

deboisement et bidonvilPar:Ayiti Kale Je - Des institutions humanitaires, de concert avec une autorité locale, ont – inconsciemment ou non – aidé à déboiser un quartier du Morne L’Hôpital – une zone sous protection spéciale d’après la loi haïtienne – avec leurs dons d’« abris transitoires » communément appelés « T-Shelters ».

Une enquête d’Ayiti Kale Je (AKJ) dans la zone de Haut Turgeau l’aire métropolitaine, a révélé que au moins une centaine de T-Shelters (abris d’une chambre, faits en bois et mesurant de 12m2 à 18m2), se trouvent aujourd’hui dans des endroits où, avant le séisme de 2010, il y avait des arbres ou des arbustes, et où il n’y avait aucune habitation.

Lire la suite...

Haïti-Constitution amendée : De la dynamite ?

constitution-87P-au-P, 20 juin 2012  Le président Michel Joseph Martelly paraît s’inscrire ouvertement, à partir du mardi 19 juin, dans la voie de la « falsification de la Constitution de 1987 » et déclenche du même coup le minuteur d’une crise institutionnelle, selon l’avis de plusieurs personnalités impliquées dans la vie politique en Haïti.

Au cours d’une cérémonie organisée au Palais présidentiel le 19 juin, Michel Joseph Martelly, a autorisé aux Presses Nationales, par arrêté, de « reproduire la version du texte amendé de la Constitution de 1987 » et ce « telle que votée par sénateurs et députés réunis en Assemblée Nationale le 9 Mai 2011, aux fins de publication au journal officiel Le Moniteur ».

Michel Martelly revient ainsi sur son arrêté du 3 juin 2011 au moyen duquel il avait demandé de rentrer la version amendée pour cause de fraude et d’irrégularités.

Lire la suite...