Analyses & Opinions

Nuisances ou turbulences?

dieudonne-saincyTout semble avoir commencé le 29 novembre 2013. La mobilisation de l'opposition démocratique et populaire jusque-là atteignait son paroxysme. Martelly se sentait sérieusement menacé par la pression de la rue. Il aura fallu l'idée courageuse d'aller manifester devant l'ambassade américaine pour qu'on découvre la fragilité d'une frange de l'opposition. Sa face cachée. Usa: Le talon d’Achille de celles et ceux qui ont le verbe facile quand il s'agit de taper sur Martelly. Définitivement « Dan pouri gen fos sou Banan mi. » Touche pas à mon Ambassade US!

 Sans Mopod et Fanmi Lavalas, Moise, Arnel, Fopark + et Inite ont été dans une certaine mesure jusqu'au bout le 29 novembre dernier. Coup dur pour la mobilisation par cette division. Survient ensuite la note d'expulsion des parlementaires Moise Jean-Charles et Arnel Bélizaire par le directoire de Fanmi Lavalas. Nuisances internes. Nuisances externes. Dommages collatéraux. Trêve politique sollicitée à Noel par le pouvoir, puis respectée par l'opposition. La mobilisation entre temps bat de l'aile. La manif du deuxième lundi de janvier en témoigne. Meilleur pour la France.
 
Martelly occasionne les crises et crée les médiateurs (Religions pour la Paix et la Conférence Épiscopale), est en mode colombe et change le ton. Constat unanime: Des Gonaïves au Parlement, c'est l'apaisement politique. Profil bas. Harmonisation relative ou apparente entre les trois pouvoirs. Articulation presque parfaite avec l'opposition consensuelle ou dite modérée. L'opposition radicale désamorcée. Désarticulée. Besoin de retraite politique pendant trois jours comme l'avait initié le premier PM de Tèt Kalé, Gary Conille. On connaît la suite. Trop vrai pour être beau.  
 
Seulement voilà, deux os de poissons (2 zo pwason) remontent simultanément à la gorge du pouvoir et de l'opposition. D'abord le rebondissement depuis quelques jours de l'affaire Evens Daniel, un ami proche du président Martelly, présumé impliqué dans des histoires de drogues. Personnage quelque peu encombrant pour le pouvoir, il y a quelques jours des rumeurs faisaient croire à sa disparition étrange.
 
Informations confirmées ce week-end par la DCPJ. Bonne pioche pour l'opposition radicale. Cerise sur le gâteau pour relancer la mobilisation si on veut acculer ou nuire à Tèt Kalé. N'allons pas trop vite, le dossier Jean-Do semble remettre les pendules à l'heure. Sacré Guyler C Delva. Plus vite que la justice, le patron de SOS-Journaliste met les projecteurs sur quelques membres ou proches de Fanmi Lavalas jusqu'à indexer le leader national, Jean Bertrand Aristide, selon les témoignages du rapport du juge Dabresil. Pour l'heure, mutisme glacial de quelques ténors et partisans zélés du parti. Arnel, Moise ne sont plus. Malheureusement. Titid aurait-il coupé la branche (base populaire) sur laquelle il s'est toujours posé? Persécutions politiques, dit Ansyto Felix. Dans les deux  camps, il y a lieu de nuire. Car, ils ont (pouvoir et opposition) la capacité de générer leurs propres nuisances. Des nuisances qui ouvriront indubitablement la voie à des turbulences politiques. De l'opposition naîtra la lumière mais de la rivalité naîtra le spectacle. Et ça, on n'en veut plus. Shalom.
 

Dieudonne Saincy, DS (Journaliste, polémiste)

 A Lire Aussi: