Analyses & Opinions

Audio Invité du Jour: le 12 Janvier 2015 situation d'exception la constitution (Article 150) n'a pas prévu un système sans parlement dixit samuel Madistin devant un Me Brunache médusé

brunache madistin touthaiti

Après avoir écouté l'ancien Sénateur et Avocat de son Etat Samuel Madistin donnant une leçon à Me Brunache porte-parole de Laurent Lamothe sur les conséquences de se retrouver au deuxième Lundi de Janvier 2015 sans élection avec le départ de la chambre des députés et l'absence de 2/3 du sénat nous nous posons la question suivante. Pourquoi les conseillers de Michel Martelly l'ont-ils conduit dans ce bourbier ? Il va se retrouver sans légitimité et il ne pourra pas diriger par décret car l' article 150 stipule : Le Président de la République n'a d'autres pouvoirs que ceux que lui attribue la Constitution. Passant outre ses garde-fous, Martelly deviendra un président de Facto avec toutes les conséquences que de droit et surtout politiques.

Ou kwè lap  sove ?

Martelly est pris dans une trappe comme une bête traquée, Article 150 de la constitution stipule : Le Président de la République n'a d'autres pouvoirs que ceux que lui attribue la Constitution. Donc il ne pourra pas diriger par décret il ne peut pas non plus organisé les élections, donner décharge à Lamothe etc ... et le pays n'est pas prêt pour donner tous les pouvoirs à ce bandit légal.

Nous comprenons maintenant pourquoi le MOPOD réclame que la tête de Martelly soit également mise sur la table des négociations et comme nous pouvons le constater Laurent Lamothe c'est du passé dans un futur proche.

Tout Haiti vous invite a écouter les échanges entre Me Samuel Madistin et Me Brunache porte-parole de Laurent Lamothe qui a été mis dans ses petits souliers quand la journaliste Marie Lucie Bonhomme a insisté pour reprendre ses déclarations à la Cyrus Sybert ou mieux à la Guyler Cius Delva que le premier ministre détient sa légitimité du président de la république qui lui même, admettons le, ne contrôle plus son avenir politique.

Avec l'intensification des manifestations à Petit-Goave, Cap-Haitien , aujourd'hui à Jacmel et prochainement aux Cayes Martelly et ses conseillers ont joué au poker avec l'avenir du pays et nous payons les conséquences de leurs inconséquences. Il devient de plus en plus claire que nous nous acheminons vers un gouvernement de transition et la tenue d'élection générale.

 Tout Haiti
Audio: Vision2000

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Les Dernieres Nouvelles