Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Analyses & Opinions

Victoire de la presse indépendante , Défaite de Salim Succar vs OMEGA NEWS aux Etats-Unis : une boite de Pandore pour Laurent Lamothe et le Pouvoir Tet Kale

salim-lamothe-brunache-predateurs presse

Le Tribunal Fédéral de Floride a donné gain de cause à Parnel Duverger, l’un des propriétaires du média en ligne OMEGA NEWS, dans le cadre du procès en diffamation intenté par Salim Succar, ancien chef de cabinet de Laurent Lamothe. Le juge Daryn Gayles a rejeté d’un revers de main l'action de Salim Succar en se déclarant incompétent rationae materiae.

En effet, dans la plainte de Salim Succar il a agi en tant que citoyen haïtien n’ayant aucun rapport avec le Gouvernement haïtien et a réclamé $ 600.000 US à  titre de dommages-intérêts pour les préjudices subis par la publication d’un article d’Emmanuel Roy en mars 2014 et titré : «  Laurent Lamonthe: Money, Guns, Drugs and a Leggy Blonde » 

Salim Succar a donc sciemment caché sa nationalité américaine pour induire en erreur la Justice américaine (ce qui est un crime appelé « perjury » dans le system judiciaire américain) et pour persécuter des journalistes qui disent la vérité en révélant les dérives et actes de corruption du régime Tet Kale.

La décision du Tribunal fédéral américain est sans appel et n’a reconnu déjà à Salim Succar le droit à aucune réparation parce que n’ayant constaté aucun dommage. Et, OMEGA NEWS peut à son tour poursuivre Salim Succar et ses patrons agissant dans l’ombre pour obtenir réparations pour les dommages subis suite à cette persécution judiciaire.

Victoire pour la presse independante

C’est une victoire historique pour la presse indépendante qui fait l’objet de plus de 12 poursuites orchestrées aux Etats-Unis  par Laurent Lamothe et ses alliés en moins de 2 ans contre Haiti-Observateur, Tout Haiti et Omega World News.

Ce plan conçu par Laurent Lamothe vient d’essuyer une défaite totale.

Ce jugement nous porte à faire au moins 7 considérations :

-          Laurent Lamothe et consorts utilisent depuis plus de 2 ans l’argent des citoyens haïtiens pour payer des avocats déjà riches afin de réduire au silence tous ceux qui osent dire la vérité en dénonçant ou révélant leurs dérives et corruptions.

-          Cette affaire montre à quel point le pouvoir Tet Kale utilise l’appareil de l’Etat à des fins personnelles et criminelles car Salim Succar a déclaré dans l’une de ces dépositions qu’il n’a jamais été un fonctionnaire de la primature mais un membre du Cabinet Lissade attaché au Bureau du Premier, alors que c’est lui qui a signé la réquisition pour l’achat de plusieurs milliers d’armes de guerre et de point pour le compte de l’Etat haïtien d’après des documents fournis par l’ex député Arnel Belizaire. Il a nié avoir rempli la fonction de Chef de cabinet de Laurent Lamothe pendant 6 mois alors qu’il l’affiche sur son profil de plusieurs réseaux sociaux. Il a aussi menti sur la mort suspecte du Juge Jean Serge Joseph décédé 3 jour après une rencontre au cabinet Lissade en disant au Juge américain qu’il n’a jamais entendu parler de cette affaire ;

-           En portant plainte comme citoyen haïtien Salim Succar est considéré comme un agent étranger travaillant pour un Gouvernement étranger sans une autorisation conformément aux lois américaines. Bref un espion ;

-           Etant considéré comme un citoyen américain, il doit payer des taxes sur ses revenus de toutes sortes notamment les commissions sur ces achats d’armes en Israël et celles provenant des Fonds du Petro Caribe comme représentant du Cabinet Lissade auprès de la Primature. Dans le cas contraire il peut être poursuivi aux Etats-Unis pour fraude et ou évasion fiscales ;

Faux et usage de faux, Salim Succar doit être exclu du Barreau de Port-au-Prince

-          Cette affaire avilit la profession d’avocat en Haïti, en particulier le Barreau de Port-au-Prince qui a inscrit sur son Tableau un individu en violation de l’article 5, paragraphe 2 du Décret du 29 février 1977 sur la profession d’avocat qui dispose péremptoirement que pour être avocat il faut être haïtien. On est en présence d’un cas de faux, et Salim Succar qui a même été un influent Conseiller de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince  doit être exclu du Barreau de Port-au-Prince et déféré au Parquet pour les suites de droit.  Les dossiers juteux traités par Salim Succar à titre d’avocat pour son compte personnel ou celui du Cabinet  Lissade considéré par certains comme le plus riche de la place sont entachés de cet acte de faux intellectuel. Les parties d’en face qui s’en estiment lésées peuvent contester les décisions obtenues contre elles. Sachant que ce Cabinet traite des dossiers qui avoisinent souvent de très fortes sommes d’argent, il faut croire que la liste des dommages et des victimes est conséquente.

-          Au cas où ce dossier continue aux Etats-Unis, on remontra à Laurent Lamothe et sa vraie nationalité cachée sous les décombres de plusieurs millions au Parlement haïtien sera connue. Quelle boite de Pandore !  

-          Cette affaire ouvre la voie à une enquête sérieuse sur les plaintes déposées par l’ex député Arnel Bélizaire au Parquet de Port-au-Prince les 25 mars et 15 décembre 2015 contre Laurent Lamothe, Salim Succar, Fresnel Jean Baptiste et consorts pour corruption, détournement de fonds, blanchiment d’argent, association de malfaiteurs et trafic illégal d’armes, chasse gardée du terrorisme.  

 Au nom de la vérité, l’ancien Député Arnel Bélizaire et l’avocat Newton Louis St Juste sont invités à mener cette affaire jusqu'à la fin. Ils doivent descendre jusqu’au fond du puits.

 NSJ