Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Mar07232019

Last update12:40:15 AM

Analyses & Opinions

Impression des bulletins à DUBAÏ : J’accuse de l’ex député Beguens Théus

beguens theus ancien depute lagonave 2 Impression des bulletins à DUBAÏ, J’accuse 

J’accuse le PNUD qui, dans un souci avéré de saboter les droits et la souveraineté du peuple, profite d’un État totalement irresponsable pour oser permettre l’impression des bulletins à DUBAÏ, en orient, là où le concept « élection » reste encore un tabou. Depuis longtemps, le programme des nations unies pour le développement, avec ses gros moyens, contribue, aux cotés de ses paires onusiennes, au développement accéléré du sous-développement national, avant de s’ingérer à fond aujourd’hui dans l’opération et la manipulation des élections en Haïti, de manière active et intéressée. Rappelons-le, dans les 55 millions US tirés de la poche du pauvre peuple pour les élections de 2016, le couple glouton onusien PNUD et UNOPS gardent pour eux seuls près de 10 millions US dans le budget électoral, sans compter le méga montant US de l’année électorale avortée de 2015 qu’ils ont accumulé sur le dos du peuple. Oh !!!
 
J’accuse les firmes locales qui, dans un souci d’accumulation aveugle à l’instar du secteur privé des affaires, n’arrivent jusqu’ici à développer des capacités d’offre nécessaires pour répondre à temps à une si faible demande locale correspondant à la seule impression des bulletins et matériaux électoraux qui n’incluent ni chambre des députés ni 2/3 du sénat ni municipales. A en croire le directeur exécutif du CEP, ces firmes exigent plus, offrent moins et pour un temps trop long. Par ailleurs, on divulgue qu’elles n’ont même pas d’équipements ni d’intrants appropriés sur place et qu’elles souhaitaient les importer avec l’argent du peuple. Cet état de fait prouve à quel niveau ce secteur des affaires se contente de l’enrichissement individuel sans penser en retour à une offre compatible à la demande locale ni à un cadre attrayant de service au pays. De plus, on ne s’entend non plus pour le développement des capacités collectives d’offre et la création des mégas centres d’affaires ou de services dont l’impression à haut volume. Pourtant, depi tikonkonm ap goumen ak berejèn, ces entreprises existent ; et elles expriment toujours leur fierté pour leur ancienneté à chaque anniversaire. Il s’agit, à la pensée de Gary Victor, des entreprises traditionnelles tikounouk émergeant à l’image d’un État tikounouk dont leur capacité tikounouk d’offre et d’accueil laisse à désirer.  
 
J’accuse l’État qui, dans ses composantes électorale, exécutive, législative et judiciaire, se révèle assez irresponsable et irrespectueux des valeurs républicaines de droits du peuple et de souveraineté nationale en trahissant ainsi le sacrifice de nos ancêtres pour sortir du joug colonial étranger et de la dépendance et poser les fondements de cet État dans la souveraineté. Quel scandale ! L’État a dépouillé ce peuple martyr pour ensuite donner son argent au PNUD qui en prend pour lui et pour UNOPS avant le transfert aux riches de DUBAÏ pour l’impression des matériaux électoraux, en violation du principe de la souveraineté, de la loi et de la constitution du pays. Oh ! LETA-KEP-PNUD-UNOPS ! Nou pa ta fè ti pèp la sa a ! pèp dosil, pèp mati, pèp inosan, pèp grangou sa a !
 
J’accuse la société qui, dans ses différentes couches sociales et ses configurations institutionnelles, sommeille encore quand bien même ses valeurs les plus fondamentales sont en péril, avec un État grand-mangeur irresponsable qui reste un loup pour le peuple et qui, après l’avoir dépouillé, lui impose des offres incompatibles à ses demandes le gardant toujours dans l’incertitude. A quand donc le réveil !
 
J’accuse le peuple qui, dans son innocence et sa docilité, lutte contre ce qu’il ne veut pas, mais qui ne lutte pas pour ce qu’il veut. Depuis plus de deux siècles, ce peuple martyr se tient courageusement débout dans les rues et ailleurs pour crier viv ou aba... Et, la lutte s’arrête là, abandonnant ainsi l’autre phase de la lutte pour ce qu’il veut. A quand la lutte du peuple pour ce qu’il veut !
 
Je m’accuse enfin de n’avoir pas de force pour faire rapatrier l’impression des bulletins et matériels électoraux en Haïti ; empêcher le sabotage des droits du peuple et de la souveraineté nationale ; permettre l’organisation des élections souveraines et crédibles sans miettes étrangères ni contamination onusienne de pnud-unops, et poser du même coup les bases de la nouvelle Haïti, de la refondation de l’État et de la reconstruction du pays.
 
Beguens Théus
12/08/16