Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Analyses & Opinions

De bambocheurs à « bandi légal », l’équipe Têt Kalé est devenue cocasse et ldique.

jovenel martelly gabriel fortune touthaiti

Par Davidson Alcimé  --- Seuls les dupes auraient cru que Martelly et ses ouailles pouvaient apporter des changements réels dans le pays. Martelly dont les « E » malgré propagande et intoxication étaient restés muets n’avait fait qu’augmenter notre tragédie en occasionnant des dégâts inestimables à nos structures étatiques déjà branlantes. Bref nos déboires se sont amplifiés avec Sweet Micky. Pour preuve,un des artisans zélés de ce régime qualifie la période( 2011-2016) du bouffon Martelly de « Gouvernance festive » de laquelle Jovenel Moise, le poulain de Martelly , se doit de s’en délimiter. Paradoxe !

Et Martelly sans scrupule aucune et en fin calculateur a choisi Jovenel Moise pour chausser ses bottes de dictateur corrompu et défroqué. Stupides qui s’imagineraient que Jomo n’allait pas diriger sur les traces de son créateur. Une créature conçue sur mesure au service de l’oligarchie. Effectivement, Martelly vient d’annoncer par la voix de son ‘’popétwèl’’ la tenue de son énième carnaval national dans une ville des Cayes réduite en lambeaux après le passage de l’ouragan Mathieu en octobre 2016. Le professeur Manigat aurait dit que le chien retourne à ses vomissures. Le président élu fils du Grand Nord, très tot se revele un soumis, un ‘’tyoul des bandi legal’’ sans grande surprise pour les avisés. Le masque est tombé. Les bandits deviennent ludiques et cocasses.

Cela dit, les conseils vitement prodigués par certains à Mr Moise pour se démarquer d’un Martelly qui visiblement revient en charge resteront lettre morte. Car il est pris au piège dans un étroit corset cousu au fil rose de la corruption et de la bêtise par une bourgeoisie traditionnelle qui a financé sa campagne de concert avec les eternels racketteurs du pays. Et tout ceci concocté par des jouisseurs cocasses, incompétents et inconscients aux détriments d’une population haïtienne vivant allègrement une paupérisation accélérée.

Somme toute et sans être un oiseau de mauvaise augure, on peut conclure que Jovenel Moise, en enclenchant la continuité du brigandage de Martelly, incarne déjà le dindon d’une farce condamné à être carbonisé tôt ou tard à la canicule de la colère d’un peuple haïtien trop longtemps bafoué.

Davidson Alcimé
Journaliste / Présentateur