Analyses & Opinions

Michel Martelly Rejeté Partout dans la diaspora

manifestation-anti-martelly-meli-melo-500

Misogynie, machisme, cleptomanie, grivoiserie, indécence et impudeur sont les expressions dénonciatrices et accusatrices qui donnent raison aux communautés haïtiennes de l’étranger pour contester la présence du leader du Parti-Haitien-Tet-Kale (PHTK), Michel Martelly, en Amérique du Nord. Les haïtiens de Mont Real ont initié cet acte socio-patriotique, le vendredi 22 mars 2019, en chassant de leur ville, l’ancien « président de la honte » qui n’a jamais cessé de souiller la présidence haïtienne, même après la fin de son quinquennat. Les résidents de New Jersey, de la ville de Union, ont suivi l’héroïsme des montréalais, ce vendredi 14 juin 2019, jour de la fête des pères, en annulant un bal nauséabond planifié, pour le lendemain, dans l’auditorium de l’église St Demetrios. Puis, le nauséeux Martelly s’est fait humilier à New York, par des contestataires en colère, à sa sortie d’un restaurant. Des verbes outrageux comme « voleurs », « sans honte », « Petrovoleur » et autres sont écoutés dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Ce calvaire de Sweet Micky semble annoncer une triste fin de carrière musicale, si l’on considère le poids des communautés haïtiennes de l’extérieur dans la survie des groupes musicaux. C’est un Martelly au visage maussade et désespéré qui est vu dans les rues de la Big Apple, après avoir essuyé ce deuxième échec dans le New Jersey. Les haïtiens des USA se disent prêts à se rebeller partout contre cet énergumène de notre race. Les promoteurs du Compas ne savent à quel dieu s’adresser pour arranger un bal de Sweet Micky. Tout parait impossible. Pourtant, l’ancien président, apôtre de l’anti-socialité, ne se repent guère. Dans l’intervalle, sa carrière artistique va decrescendo. On ne veut plus de lui dans la diaspora haïtienne.

Certains analystes pensent que Martelly est en train de blanchir les fonds détournés avec certains mafieux de l’Industrie Musicale Haïtienne (IMH), sous prétexte de faux gains de bal. Par exemple, un promoteur, sous couvert d’anonymat, nous a confié qu’il a été approché par Sweet Micky pour faire, en son nom, un dépôt de plusieurs milliers de dollars transférés d’une banque de la Caraïbe, après un bal l’an dernier ; alors que cette somme a été totalement supérieure à celle gagnée dans la soirée. Autrement dit, les soirées prévues par Martelly ne sont qu’une tentative de blanchiment d’argent. Pour preuve, après l’annulation du bal 89 d’Union, les promoteurs ont trouvé un autre endroit surpayé pour l’organiser.  

Michel Martelly est le président le plus corrompu de l’histoire d’Haïti. Il a institutionnalisé le vol durant son ère. Les fonds du PetroCaribe, les $1.50 de la Diaspora, les impôts sur les appels téléphoniques sont les plus recensées de ses malversations. Aujourd’hui, c’est en vain qu’il essaie de revendre ses grivoiseries d’antan. Les ans de naïveté du peuple ont passé.

 

Prof. Jean-Rony Monestime
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

LES DERNIERES NOUVELLES