Analyses & Opinions

Les américains et les autres, les américains et Haiti

sous-secrétaire dÉtat aux Affaires Politiques David HaleSous-secrétaire d’État aux Affaires Politiques, David Hale encadré par à droite par Ministre des affaires Etrangères Bocchit et à gauche par le president inculpé Jovenel Moise

Le 12 mars 1947 le président américain Harry Truman déclare : « J'ai la conviction que les États-Unis doivent aider les peuples libres qui résistent aux tentatives d'asservissement... (et)... que le principe de notre assistance devrait s'exprimer en termes d'aide économique et financière essentielles à la stabilité économique et, partant, politique, de ces pays. » (1).

De 1948 à 1951, les Etats-Unis d'Amérique ont apporté une aide massive aux pays de l'Europe occidentale par le biais du Plan Marshall. Pendant quatre ans, les Etats-Unis fournirent, sous forme de dons (en majorité) environ 14 milliards de dollars d’aide (soit, aujourd'hui, l'équivalent de 200 milliards de dollars environ.) Cette aide massive a permis la reconstruction de la France, de l'Italie, de la Belgique, du Royaume-Uni, de l'Allemagne et de douze autres pays de l'Europe.(2).

Dans la logique du Plan Marshall, en avril 1949, le président Truman et le Japon ont signé le Plan Dodge pour la reconstruction du Japon grâce aux capitaux injectés par les américains. Cette aide a permis la stabilité financière et économique du Japon. Grace à ce plan, le Japon a créé une politique économique qui permettra de lutter contre l’inflation galopante, il a relancé son économie et stimulé ses exportations.

De 1945 à 1956, les américains ont apporté une aide à la Corée du Sud de 7,4 milliards $ par le biais de plusieurs programmes (soit, aujourd’hui l’équivalent de 100 millirads de dollars environ) (Voir Fall Bernard B). Les americains ont aussi apporté une assistance techinque à ce pays et ont ouvert leur marché pour les produits sud-coréens. Ce qui a permis, en grande partie, à la Corée du Sud d’être le grand pays qu’il est aujourd’hui. Je pourrais continuer avec d’autres exemples d’aides importantes que les américains ont apporté à d’autres pays, surtout en Asie du Sud-Est.

On peut dire que le contexte de la guerre froide a été une opportunité pour ces pays. En Europe il y avait l’ex-URSS et en Asie il y avait la Chine communiste (Surtout avec l’arrivée au pouvoir de Mao en 1949). Ainsi, les américains voulant lutter contre le communisme, asseoir leur hégémonie dans ces régions et aussi établir leur domination sur l’économie mondiale, ils (les américains) n’avaient pas d’autres choix que d’aider ces pays pour en faire des alliés. On pourra avancer d’autres arguments justifiant ces aides américaines et expliquer même les conditions et les côtés obscures de ces aides. Mais, il est un fait que ces aides ont permis à ces pays de décoller économiquement et socialement.

Dans la Caraïbe, les Duvalier faisaient la sale besogne des américains, la chasse aux communistes. Ils sont des milliers, des intellectuels, des jeunes qui ont été massacrés, emprisonnés et envoyés en exil sous prétexte qu’ils étaient communistes. Qu’est ce que Haïti a bénéficié ? Quelles aides substantielles que les américains ont apportées à l’économie du pays ? Quasiment rien, sauf que les américains ont permis aux Duvalier de rester au pouvoir pendant 29 ans pour les conséquences catastrophiques que nous connaissons. Par contre, avec l’aide de l’ex-URSS à la même époque, Castro a pu faire des merveilles à Cuba.

Les américains, au lieu de nous aider, ont contribué à détruire notre pays. On peut citer en exemples, l’extermination des cochons créoles de nos paysans, l’élimination de la production du riz dans la vallée de l’Artibonite avec le président Clinton au profit des producteurs du riz de l’Arkansas (ce que Clinton a reconnu ouvertement). Sans oublier le coup de grâce, avec les milliards volés dans le cadre de la CIRH après le séisme du 12 janvier 2010, sans compter les multiples coups d’Etat, les élections truquées et leurs conséquences. Ce ne sont là que quelques exemples de mise à mort du pays avec toujours la complicité des américains (même quand on doit reconnaitre la responsabilité de nos dirigeants dans notre désastre).

Pour sortir Haiti de cette situation catastrophique, les haïtiens doivent compter d'abord sur eux mêmes, et doivent pouvoir negocier avec tout pays dans les intérêts d’Haiti. Ceux qui pensent encore qu’avec les américains Haiti peut avancer, ils ne sont pas différents aux enfants qui croient au Père Noel. Haiti n’a pas d’autre choix que de prendre la voie de l’autodétermination. Maintenant, nous devons réfléchir pour nous donner les voies et les moyens. La réflexion (acte de l'esprit qui réfléchit ; suite de pensées et de jugements qui découlent les uns des autres) est notre seule porte de sortie.

Se pou nou poze bouda nou, pou nou sispann voye monte, pou nou sispann lage slogan, pou nou reflichi pou nou bay peyi a yon lòt direksyon.

Seule la pensée nous sortira de notre situation.

Hervé Saint Preux

1-Fall Bernard B. . Corée et Indochine. Deux programmes d'aide américaine. In: Politique étrangère, n°2 - 1956 - 21eannée. pp. 175-190;
2- Ignacio Ramonet. Marshall Nostalgie in Le Monde diplomatique. Juin 1997.

Les Dernieres Nouvelles