Analyses & Opinions

La saison Makaya dans la plus pure Tradition du vodou haïtien

makaya

La Saison Makaya dans la civilisation bantoue (kikongo) débute le 21 décembre de chaque année et prend fin le 6 janvier de la nouvelle année. Cette journée du 21 décembre coïncide avec le solstice d’hiver qui marque la renaissance du soleil. Elle correspond à la nuit la plus longue de l’année contrairement au solstice d’été du 21 juin qui constitue la journée la plus longue de l’année ou le soleil se trouve à son zénith.

Il est important de mentionner que cette période spéciale est marquée par la célébration d’un certain nombre d’évènements dans plusieurs grandes civilisations et religions.

Dans la civilisation chrétienne, elle correspond à la célébration de l’épiphanie qui coïncide avec la naissance de leur messie libérateur, Jésus-Christ et à la visite des trois rois mages. Selon le récit de l’Evangile selon Mathieu dans l’ancien testament, les trois rois mages guidés par une étoile, étaient venus de l’orient après avoir appris la naissance de l’enfant Jésus. Ils lui ont apporté à Bethleem de l’or et de l’encens.

Makaya dans la langue Kikongo de la civilisation africaine des Bantous signifie « Feuilles».

Makaya c’est la fête de la purification par les feuilles. Durant cette saison, on nettoie les maisons et les lieux sacrés avec des feuilles vertes et fraiches. Les familles haïtiennes surtout celle d’origine paysanne procèdent à un bain purificateur pour accueillir la nouvelle année. Ce bain purificateur sert à expier les énergies négatives et attirer les énergies positives de la nouvelle année.

Pour les Yorubas et les Nagos du Nigeria et du Benin, cette période de purification devrait servir à expier les esprits négatifs et attirer les énergies positives. Le 1er dimanche de janvier ou le 6 janvier de chaque année correspond à une grande célébration festive pour clôturer la période.

Chaque 6 janvier, dans le « Lakou Badjo » de tradition Nagos qui vénèrent surtout les divinités Ogou , on célèbre symboliquement la fin de cette période à travers les danses, les offrandes, les prières, les rites initiatiques, les incantation et les bains purificateurs, etc. Généralement, les Lakous de tradition Nago (Ogou) au niveau du département de l’Artibonite profitent de ces célébrations pour annoncer du même coup la saison du « Rara ».

Traditionnellement,   dans le Vaudou haïtien les Prêtes profitent de cette saison pour octroyer un bain purificateur aux Pitit Fèy, bénir symboliquement les feuilles qui serviront au traitement des maladies et à l’éloignement des mauvais esprits, purifier tous les matériels (Ason, Cruche, Tambour, etc.) et tous les espaces sacrés (Djevò, Potomitan, Badji, etc.).

Il faut dire que Makaya était aussi connu comme un jeune esclave bossal d’origine Bantou (Congo) qui était recruté par Mackandal, son père spirituel, pour organiser la résistance contre l’oppression esclavagiste dans le Sud durant la colonisation Française. Plusieurs témoignages font ressortir le lien entre l’esprit vénéré dans le sommet du Pic Makaya aux menées révolutionnaire de cet esclave. Les chants réservés à Makaya dans les cérémonies vaudou font aussi ressortir les liens entre les feuilles, les forets sacres et le marronnage. L’histoire retient le rôle prépondérant d’un certain Makaya aux côtés de Sonthonax dans l’affaire Galbaud. Mais il est difficile de prouver si c’est le même Makaya évoluant aux côtés de Mackandal considérant la durée moyenne de vie des esclaves.

Mackandal qui lui a transmis tout son savoir,   avait une solide connaissance des plantes et des feuilles, il les utilisa dans la lutte pour guérir les maladies, mais aussi pour combattre les colons par le poison des feuilles. Mackandal fut brulé vif sur la Place du Cap-Haitien le 20 janvier 1758 pour ses menées révolutionnaires contre les autorités coloniales.

 

Joyeux Noel, Joyeuse saison Makaya

Jean Garry Denis

Les Dernieres Nouvelles