Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Mar07232019

Last update12:40:15 AM

Actualités

Que reste-il de l’Alternative ?

OpL-vs-Fusion-sauveur-pierre-etienne-edmonde-beauzile1L’Alternative est en dégénérescence. Elle n’existe que de nom. Les crises intestines minent les relations entre les partis qui composent cette plateforme de l’opposition. Intérêts divergents. Crise de positionnement et de représentativité. Le mal qui ronge ce regroupement politique est profond et semble pour le moins incurable. Le risque d’implosion est imminent. Les idéaux qui, jadis, soudaient les différents éléments, semblent de plus en plus s’évanouir.

Les problèmes sont déjà étalés sur la place publique. Les responsables ne peuvent plus les cacher. Toutefois, Evans Paul, de la Kid (Konvansyon inite demokratik), a expliqué que les contradictions au sein de la plateforme ne l’empêchent pas d’exister, mais tout simplement de trouver la cohésion nécessaire dans ses prises de position.

Le conflit entre Sauveur Pierre Étienne et Edmonde Supplice Beauzile est caractéristique de l’état d’esprit qui règne entre la Fusion des sociaux démocrates et l’OPL, deux des partis qui composent l’Alternative. Aucun des membres, des deux clans, n’a jamais désavoué son leader, a fait remarquer M. Paul.

La radicalité des uns et des autres affaiblit l’Alternative dans sa capacité de résistance au pouvoir. La conciliation est difficile, mais elle est toujours possible, selon l’ex-maire. L’Alternative est aujourd’hui inefficace, a-t-il avoué, arguant que les responsables des partis devront sous peu décider de l’avenir de la plateforme. « Nous ne pouvons rester paralysés trop longtemps ». Nous avons pour mission aujourd’hui, a-t-il soutenu, de faire un plaidoyer valable pour pousser les autorités à satisfaire les revendications de la population. « Nous devons être une opposition responsable.».

L’opposition face au pouvoir Martelly doit se nourrir de l’inconsistance, l’incohérence et l’illégalité des mesures adoptées par le gouvernement. Comme preuve de manifestation de cette illégalité, Evans Paul cite l’amendement de la constitution qui a été récemment publié. C’est un scandale, a-t-il lancé. Le programme de scolarisation universelle est aussi attaqué par l’homme politique qui croit qu’au-delà d’une bonne idée, l’exécution est une véritable démagogie. « Le Psugo (programme de scolarisation universelle, gratuit et obligatoire) est un outil de propagande ». Le Président Martelly semble, dit-il, l’inscrire dans une logique de « campagne électorale permanente ».

Par ailleurs, Evans Paul accuse également le système de népotisme. La femme du président et son fils n’ont aucune qualité pour dépenser l’argent de l’État, a-t-il fait remarquer. La première Dame est un poste de présentation, non pas de gestion, a fait remarquer K-Plim. Et le fils du président qui dépense l’argent de l’État dans la construction de stade est encore une autre anomalie que le leader de la Kid a dénoncée. Est-il responsable devant le Parlement ? S’est interrogé M. Paul.

Une opposition multiforme…

L’Alternative est au bord de l’abîme, estime pour sa part Rosemond Pradel de la Fusion. L’Alternative n’existe que sur le plan théorique, puisque jusqu’ici, a-t-il avancé, aucun document légal n’est venu mettre fin à cette alliance. Chaque membre fait cavalier seul. L’Alternative trépasse lentement. Entre optimisme et scepticisme, M. Pradel souhaite un apaisement dans la situation de tension entre la chef de file de la Fusion, Edmonde Supplice Beauzile, qui semble se chercher entre l’opposition et le pouvoir, et le coordonnateur de l’OPL, Sauveur Pierre Étienne.

La Kid et l’OPL se rangent dans l’opposition contre l’équipe Martelly-Lamothe, alors que la Fusion se déclare être une force de proposition. « Le régime a son agenda, nous n’avons aucun lien avec lui, nous ne voyons pas comment nous pourrons faire des propositions », a expliqué Evans Paul. La fusion n’a aucune capacité de contrainte, et aucun podium valable pour exprimer ses propositions sinon la presse, a commenté l’ancien maire, qui minimise les capacités de son allié d’influencer les prises de décision de l’Exécutif.

Les élections, une autre alternative

alternativeBien que divisée, l’Alternative opte pour un conseil électoral provisoire. Le tout dernier, selon Evans Paul. Cependant, ce conseil devra être le fruit de négociations politiques entre tous les éléments de la classe politique. En ce qui a trait au Conseil électoral permanent, il devra attendre la fin de cette législature, et un nouveau projet d’amendement qui aidera à corriger les erreurs et les manquements de la récente loi constitutionnelle publiée, a analysé M. Paul.

L’Alternative ne dispose plus de la même capacité de mobilisation. Les dissensions au sein de cette plateforme contribuent à l’affaiblir de plus en plus. Malgré tout, les élections paraissent être la seule porte de sortie. Le boycottage des scrutins est une mauvaise stratégie dans une bataille politique, estime Evans Paul. La conquête du pouvoir passe par les scrutins dans toute société démocratique, a-t-il lancé. Il entend donc adopter une attitude de combattant pour limiter les dégâts et offrir à la population une autre alternative.

Les vieilles figures de l’opposition entendent toutefois faire front commun contre le pouvoir en place. Ainsi, aux élections, ce sera une force politique consensuelle qui défiera le président Martelly et ses alliés. Cette position serait celle de tous les partis formant l’Alternative. Des réflexions et négociations sont en cours, a informé Evans Paul, sur les modalités de création de ce nouveau « Front patriotique », qui devra représenter les desiderata de la population.

La crise de succession qui fait rage au cœur du pouvoir est toutefois une aubaine pour l’opposition. Le Premier ministre, Laurent Lamothe et le ministre de l’Intérieur, Thierry Mayard Paul, sont à couteaux tirés et se battent déjà pour la succession, selon M. Paul. La guerre des graffitis (viv ou aba Lamothe, Thierry minis pèp la) sur les murs de la capitale, est un probant témoignage de l’état d’esprit qui règne au sein des fractions qui constituent le pouvoir. Ce duel ouvre la voie à l’opposition pour grappiller une partie de l’électorat «Martellyste ».

La conservation du pouvoir via la mise en place de « conseils électoraux personnels », n’a jamais été favorable aux chefs d’État, a tenu à rappeler Evans Paul, qui a insisté sur la nécessité pour tous les partis politiques de participer aux élections quoi qu’il advienne.

Lionel Edouard
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Source: Le Matin

Lire aussi:

  1. OPL vs Fusion : Les accusations d'Edmonde Supplice Beauzile contre Sauveur Pierre Etienne de l’OPL
  2. Contre accusation et défi de Sauveur Pierre Etienne à l’encontre d’Edmonde Supplice Beauzile de la Fusion