Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Actualités

Non, Daly Valet, ce sont le Groupe 184, les Gnbistes, la CI, le couple Clinton qui ont "engendré Tèt kale"

assassinat-izmery-jpgAssassinat d'Izmery

Tout Haiti invite ses lecteurs à lire une réponse à un texte publié par le journaliste et chef de campagne de la plateforme Pitit Dessalines Daly Valet sur la nouvelle conjoncture qui se développe en Haiti.." Président Privert ! - Lavalas a engendré Tèt Kale ... Et Tèt Kale vient de réengendrer Lavalas… (Daly Valet)

Non, Daly Valet, ce sont le Groupe 184, les Gnbistes, la CI, le couple Clinton qui ont "engendré Tèt kale"

Il y a chez les journalistes dominants  haïtiens ce constant déni de réalité qui, pour nous qui lisons la presse étrangère nous estomaque, et "engendre" de la confusion, laquelle tend à maintenir Haïti dans le pareil au même.

Daly Valet est journaliste, de par son métier, on devrait s'attendre à ce qu'il lise les informations fortement documentées sur la brève et toujours interrompue expérience Lavalas, sur le pourquoi du choix de Martelly qui était une option choisie par la CI.

En effet, suite au coup d'Etat de 2004, des gouvernements Latortue et Préval, et grâce à l'opportunité du tremblement de terre, la CI a pensé que c'était le moment idéal pour asseoir ce qui avait été initié en 2004.( Voir Naomi Klein)

Il faudrait quand même, un jour, que ces journalistes haïtiens, fassent preuve d'un peu d'objectivité et arrêtent de faire croire à leurs auditeurs que Lavalas aurait eu un tapis rouge déployé à ses pieds et que son "échec" serait  dû uniquement  à ses "errements".

 Il est temps d'arrêter la désinformation.

C'est tout simplement infantile et grotesque dan la mesure où les documents existent et peuvent être consultés.

Ils font comme si, je l'ai déjà dit, il n'y avait pas eu un coup d'Etat sanglant en 1991, 7 mois après l'arrivée de ce gouvernement, presque 4 ans de gestion du pays par les ascendants des Tèt kale : l'armée etle Fraph,  comme si en 2004 il n'y avait pas eu un second coup d'Etat.

Tout ceci a été relaté en détails par la presse étrangère, de gauche comme de droite.

Daly Valet devrait, en tant qu'analyste politique, comprendre qu'il s'agissait d'un agenda. Et que l'attaque contre Aristide ne visait pas sa personne, mais le symbole. Et le peuple haïtien qui avait mis, à tort ou à raison, ses espoirs en lui.

Démoniser Aristide était démonisé le peuple haïtien - comme d'ailleurs se sont employés avec succès les gnbistes et leurs alliés Tèt Kale en la personne du chanteur Sweet Micky

Valet devrait comprendre que si "lavalas  revient sur la scène",  comme il le dit, c'est uniquement parce que la population a refusé de se voir imposer, encore une fois, un candidat "éli" par la CI.

Et que si la CI  a accepté ce compromis c'est parce qu'elle essaie d'éteindre l'incendie qu'elle a elle-même allumé. Et d'éviter de tout perdre.

Les apprarachiks du parti "Fanmi Lavalas", dans ce contexte, n'ont fait que suivre le mouvement populaire dans ses revendications d'un Etat de droit.

Dire que Lavalas a engendré les Tèt Kale  de par ses "errements", c'est faire l'impasse sur le rôle de la CI et de l'oligarchie dans la lutte contre cette mouvance et l'instauration de la démocratie en Haïti dès 1986.

Et dédouaner, de manière subtile,  les Gnbistes qui ont été à la maneuvre pour collaborer à la déstabilisation de l'Etat haïtien et le faire occuper par la Minustah.

Ceux qui se réclament du mouvement grenn-nanbounda,  leurs financiers de la CI et de l'oligarchie - Guy  Philippe n'avait-il pas déclaré que l'argent ne  lui manquait pas pour ses opérations ?- refusent de remettre en question leurs actions puériles et sottes de 2004.

Ce refus de prendre en compte leurs responsabilités consiste à mettre dos à dos Tèt Kale et Lavalas, sautant à pieds joints sur le rôle joué par les G184 et leurs inféodés gnbistes.

Cette présentation de Tèt Kale et Lavalas comme des frères siamois, alors même que leurs programme politiques sont à l'opposé, évidencie l'absence de sérieux et de maturité de ces journalistes d'une manière générale et en particulier de Daly Valet.

Ce n'est pas parce que dans ces deux partis peuvent se retrouver des "bandi legal" et on en a eu la preuve,  qu'ils se ressemblent.

Même un chef de parti peut être contesté par sa base - Hollande en France, par exemple.

 En démocratie ou pseudo-démocratie,  ce ne sont pas les hommes mais les programmes qui font la différence.

Cette différence est notable dans le traitement réservé par la CI à Fanmi Lavalas - considéré comme des suppôts de satan - et celui octroyé aux Tèt Kale - perçus comme des anges roses, nonobstant leur refus de réaliser des élections.

Il suffit de regarder du côté des USA : ce n'est pas la personnalité de Mme Clinton qui rebute les électeurs mais son bilan en tant que ministre des Aff. étrangères, son programme politique annoncé et ses liens collés/serrés avec les multinationales.

A l'inverse, si Sanders remporte des voix, c'est d'une part, en relation avec son vécu de politicien en tant que gouverneur du Vermont, et son programme politique qui fait rêver les jeunes de toutes les couleurs des USA.

Je dis bien fait "rêver" parce qu'entre les  annonces et  la real politque le chemin n'est pas rose. On l'a vu avec Obama et ce qu'est devenu deux mandats plus tard son "Yes we can"

 Quand les zentelletectuels haïtiens auront opéré leur mue en intellectuels dignes de ce ne nom, quand ils s'offriront le luxe  d'étudier et  de comprendre la géopolitique et les rapports de force, espérons qu'ils s'abstiendront de verser dans la démonisation bête et méchante, un truc pratique pour éviter de se confronter aux racines des conflits - eh bien ça ferait vraiment avancer ce pays vers l'Etat de droit réclamé par la majorité de sa population.

Tant que ces zentellectuels persisteront à ne pas ouvrir un livre mais à asseoir leurs analyses sur des zen, des anecdotes et des amalgames, ils continueront à nourrir le terreau fertile des politiques rétrogrades appuyées par la CI.

Bien sûr, à la fin de son article, M. D. Valet souhaite bonne chance à M. Privert. Mais ce " bonne chance " à première vue sincère, pourrait être interprété, ne serait ce qu'à la lecture du titre de l'article comme..."provisoire". En attendant le fracas ...

Source: Elsie-News-Blog