Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Diaspora

Thomas Lalime décrypte l’épargne et la littératie financière au Canada

Thomas Lalime et Pierre Carl MichaudThomas Lalime et Professeur Pierre Carl Michaud

Pour l’obtention de son doctorat en économie, Thomas Lalime a soutenu une thèse présentée sous forme d’articles scientifiques à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). L’économiste haïtien passe au crible l’épargne et la littératie financière au Canada dans cet essai dont la pertinence et la rigueur rédactionnelle sont évoquées par les membres du jury

 « Essais sur l’épargne et la littératie financière des ménages au Canada » est le titre de la thèse complétant les études de troisième cycle de Thomas Lalime à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Comme le titre l’indique, la thèse, soutenue dans la matinée du 8 mai 2017 devant un jury composé d’experts en économétrie appliquée, en microéconomie et en économie comportementale, englobe deux concepts fondamentaux : l’épargne et la littératie financière du pays occupant la plus grande partie de la portion nordique de l’Amérique du Nord. Le travail de recherche de Thomas Lalime s’ouvre sur une revue de littérature sur le sujet. Trois autres chapitres élaborés sous forme d’articles scientifiques se succèdent tout en ayant l’épargne et la littératie comme fil conducteur.

 « Du point de vue microéconomique, la littérature récente sur les modèles de cycle de vie relate que certains ménages n'épargnent pas suffisamment durant leur période de travail et ne préparent pas adéquatement leur retraite », résume l’étude de M. Lalime. La thèse explore principalement cet angle des « inégalités de richesse et du manque de préparation à la retraite de certains ménages » au Canada. Elle s’inscrit dans le contexte de vieillissement croissant de la population du Canada. Cet État contient, en effet, plus de personnes de 65 ans et plus d’enfants de 14 ans et moins. Statistique Canada dénombre, à titre d’exemple, 16,1% de personnes âgées et 16% d’enfants. Ce qui pousse les gouvernants à amorcer une politique d’immigration massive depuis quelque deux décennies.

Ce phénomène de vieillissement de la population est une préoccupation majeure dans la majorité des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Dans ce contexte, la population des retraités de ces pays ira en augmentant pendant que celle des travailleurs diminuera. Par exemple, au Québec, en 1941, il y avait 10 travailleurs pour un retraité. Actuellement, il existe 5 travailleurs pour un retraité pendant que les prévisions estiment à 2 travailleurs pour un retraité en 2031.

De plus, avec l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance de 2 ans tous les 10 ans, les retraités vivent plus longtemps à la retraite, ce qui pose un problème de soutenabilité des régimes de pensions. La responsabilité de la préparation à la retraite est le contexte particulièrement considéré pour cette thèse dont la pertinence, la cohérence et la rigueur rédactionnelle sont saluées par les membres du jury. « Il s’avère primordial de comprendre les déterminants de l’épargne et du manque de préparation à la retraite », soutient l’impétrant. Ce dernier jette un regard nouveau sur, écrit-il, les inégalités de richesse des ménages ainsi que le rôle joué par l’éducation, et de manière spécifique, la sophistication financière ou encore la littératie financière, dans ces inégalités.

 Dans «Littératie financière et préparation à la retraite au Québec et dans le reste du Canada", titre du premier article paru dans une revue spécialisée, le Dr Lalime analyse, en utilisant les données de l’Enquête canadienne sur les capacités financières (ECCF), les différences de préparation à la retraite entre le Québec et le reste du Canada. L’auteur de la thèse analyse, entre-autres, « la possibilité que les différences soient expliquées par des difficultés socioéconomiques, démographiques et des spécificités institutionnelles telles que la prépondérance des régimes de retraite d’employeur à prestations déterminées au Québec ».

 Le chercheur s’appuie sur des données de l’Enquête sur la sécurité financière (2005 et 2012) pour la rédaction du deuxième article constituant la thèse. Il analyse « l’impact du taux marginal de taxation effectif sur la fraction de l’épargne financière investie dans le Compte d’épargne libre d’impôt (CELI) et le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ». Le résultat de cette étude révèle que « le taux marginal de taxation effectif pendant la période de travail (ou courant) n’a pas d’effet statistiquement significatif sur la probabilité d’avoir un CELI ou un REER quand nous contrôlons pour le revenu avant impôt, les effets fixes province et les variables sociodémographiques ». À ce sujet, poursuit la recherche de Lalime, « il n'y a pas d'effets statistiquement significatifs du taux marginal de taxation effectif courant sur la part investie dans le CELI ou le REER quand les variables de contrôle sont utilisées ». Nos résultats, poursuit le chercheur, montrent que « les ménages ne profitent pas effectivement des avantages offerts par ces produits ».

Chargé de cours à l’UQÀM et chroniqueur au Nouvelliste, le Dr Thomas Lalime préconise un programme d’éducation financière ciblé par niveau d’éducation afin de permettre aux ménages de bénéficier des taux de rendement plus élevés sur les marchés financiers au cours du cycle de vie. L’éducation financière, dit-il, représente le mécanisme par lequel les individus augmentent leur niveau de littératie financière. Celle-ci devra leur permettre de mieux profiter des avantages du système de taxation.

Dans le troisième article soutenu par un modèle économique résolu par les méthodes numériques, l’économiste haïtien étudie la manière dont l’éducation influe sur la consommation et l’épargne au cours du cycle de vie. Une différenciation est établie, dans ce dernier texte, entre les mécanismes à travers lesquels l’éducation influe sur la consommation en estimant les préférences pour l’épargne par groupe d’éducation, en tenant compte des différences dans les niveaux de revenu et d’incertitude sur le revenu, les différences de longévité et les différences démographiques.

 Le contenu scientifique présenté dans cette thèse s’avère très pertinente aux yeux des membres du jury qui a octroyé le grade de Dr en économie à Thomas Lalime qui a vu ses efforts récompensés après des années de dur labeur au département des sciences économiques de l’UQÀM. Lalime est un pionner dans ce domaine, a mentionné Pierre-Carl Michaud, le directeur de recherche. Il utilise des méthodes assez variées pour répondre aux questions soulevées. « Il est assez rare de voir ces méthodes relativement diverses être utilisées dans une même thèse », indique un autre membre du jury avant de mentionner que « les compétences techniques nécessaires à la réalisation de cette thèse sont élevées ». Les jurés ont également relaté la qualité du travail réalisé tout en mentionnant quelques points faibles à améliorer. Des membres de l’assistance, dont les Dr Samuel Pierre, Serge Philippe Pierre et Fritz Dorvilier ainsi que Me Yves Lafortune, expert en gouvernance publique, sont unanimes à reconnaître la contribution de l’économiste haïtien à la recherche scientifique au Canada.

Claude Gilles
Source: Le Nouvelliste

 


Littératie: 

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la littératie est « l'aptitude à comprendre et à utiliser l'information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d'atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités » (dans le rapport publié le 14 juin 2000 : La littératie à l'ère de l'information). La notion de littératie va au-delà de la lecture-écriture dans laquelle le terme officiel en France littérisme la contraint, il s'agit de pouvoir communiquer à l'écrit autant qu'à l'oral, au quotidien pour interagir autant dans la sphère personnelle, familiale, socioculturelle que professionnelle.

LES DERNIERES NOUVELLES