Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Analyses & Opinions

À l’oral comme à l’écrit, Martelly-Lamothe, des chiffres et des lettres

chiffre-lettres-martelly-lamothe

Ici tout est différent. Tout est unique. Tout est à part. Cela fait presque trois ans depuis le pouvoir Tèt Kalé joue à ce jeu télévisé: « Des chiffres et des lettres ». Dans les chiffres, le compte n'est jamais bon avec cette administration. Côté lettres, ce régime s'en sort impeccablement bien avec le mot le plus long:  MENSONGES.  
 
Etat des lieux le 14 mai 2011 : Installation de Michel Martelly comme président. 
 
MENSONGE #1
 
A l’oral : Martelly avait 30,000 maisons depuis la campagne électorale attendant des terrains de Préval pour les installer. Maintenant qu’il est président où sont ces maisons ? On attend toujours.
Source : Jacqueline Charles, Miami Herald 23 août 2011.
Lien : http://www.miamiherald.com/2011/08/23/v-print/2371042/haiti-president-martelly-marks.html
 
Extrait : “President Martelly stood right there,’’ said Anier, 43, pointing to a spot in front the Champ de Mars public plaza-turned-tent city near the palace, “and said ‘I have 30,000 houses but your president won’t give me the land to build them.’ Well, now he’s president. So where are the 30,000 houses? We’re still waiting.’’ 
 
A l’écrit : 0 maison installée de ces 30,000 promises durant la campagne électorale jusqu’à ce jour 10 octobre 2013.  
 
MENSONGE #2 (le plus astucieux et méchant) 
 
A l’oral : Après 15 mois au pouvoir, le 18 août 2012, Martelly annonce à la presse dominicaine qu’à son arrivée au pouvoir, il y avait plus de 1,500,000 personnes sous les tentes et aujourd’hui 18 août 2012, il ne reste que 200,000 sinistrés sous les tentes. Ce qui implique qu’il a relogé en 15 mois 1,300,000 victimes. 
 
A l’oral : Extraits du discours du Premier ministre Laurent Lamothe à l’ONU le 26 septembre 2013 : « Avant de vous exposer ces réalisations, il est important de rappeler l'état dans lequel se trouvait Haïti lorsque le président Michel Martelly a prêté serment » «Enfin, toujours sur ce registre, j'aimerais rappeler quesur les 1,500,000 réfugiés du séisme qui vivaient sous les tentes, dans des conditions infrahumaines, plus de 1,200,000 ont été relogés » (13 mois auparavant Martelly avait dit à Santo Domingo 1,300.000).
 
A l’écrit : Pourtant à l’arrivée de Martelly au pouvoir il n’y avait qu’environ 650,000 réfugiés sous les tentes {voir ci-après c) et d)} 
 
Extrait : Le Nouvelliste : Martelly :« Est-il besoin de rappeler que, quand nous sommes arrivés à la tête de l’Etat, il y avait plus d’un million et demi de personnes sous des tentes (1,500,000). Il n’en reste que quelque 200 000;  cela n’a pas été du tout facile. Nous avons bien planifié, bien calculé la réparation et la construction de nouvelles habitations pour permettre à ces déplacés de vivre sous un toit. Nous avons construit plus de 3,000 maisons pour notre peuple et avons donné des frais de loyer d’une année à des familles démunies. Nous remettrons très prochainement la balance de quelque 500 maisons qui n’étaient pas encore prêtes pour le relogement. »
 
Je me demande combien de victimes ces 3,000 maisons (appelées par la milice populaire « kaloj pijon ») peuvent-elles accommoder quand Martelly parle d’un chiffre de 1,300,000 réfugiés qu’il a personnellement relogés ? On doit assumer les « familles démunies » n’ayant bénéficié d’une maison ont reçu du président « des frais de loyer d’une année ». On y reviendra.
 
Source: Entrevue Martelly avec Listin Diario 18 août 2012 après 15 mois au pouvoir.
Lien :  http://www.listindiario.com/la-republica/2012/8/17/243965/Martelly-pide-que-comision-mixta-trate-posible-tratado
 
Source : Traduction en français « Listin Diario » par Le Nouvelliste du 21 août 2012 :
Lien :  http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=108262
Lien Lamothe ONU: http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=121870 
 
A l’écrit : Le 10 septembre 2012 ( à peine 23 jours après l’entrevue de Martelly au Listin diario), la Primature publie un Communiqué titré «Relogement des victimes du séisme du Parc Sainte Thérèse à Pétion-Ville et de l’Ecole nationale République du Guatemala » dans lequel elle annonce, tenez-vous bien, qu’avec ces nouveaux cas 255,000 personnes ont été déjà relogées par le Gouvernement Haïtien. (C’est moi qui souligne: entre le 14 mai 2011 et le 10 septembre 2012,soit 16 mois après l’arrivée au pouvoir de Martelly)  
 
Source : Communiqués Primature 10 septembre 2012 :
Extrait : « Ces familles qui avaient été victimes du tremblement de terre du 12 Janvier 2010, vont être relogées dans leur quartier d’origine dans le cadre du Projet 16/6 grâce auquel des milliers d’autres familles ont pu quitter des espaces publics comme le Champ-de-Mars, les Places Saint-Pierre et Boyer à Pétion-Ville et le Gymnasium Vincent. Ces nouveaux cas portent en effet à 255.000 le nombre des victimes déjà déplacées par le Gouvernement haïtien. » (fin de citation)
 
Entre « l’oral » de Martelly/Lamothe et « l’écrit » des « techniciens » de la Primature, (1,300,000  255,000) il y a un extra démesuré de 1,045,000 personnes soi-disant relogées que les deux compères MJM/LSL font passer comme de grands accomplissements de leur gouvernement tantôt en 15 mois (août 2012), ensuite en 28 mois (sept 2013). Si ces deux larrons s’étaient donnés la peine de consacrer au moins une (1) heure de lecture par jour pour se familiariser avec les grands dossiers de l’état et meubler en même temps leurs esprits, ils éviteraient à la nation beaucoup d’embarras. Ils auraient su bien avant leur installation au pouvoir :
 
A l’écrit :
 
a) Le nombre total des réfugiés sous les tentes était à leur paroxysme en 2010 évalué à 1,500,000 personnes par toutes les organisations de renom.
 
b) Au premier anniversaire du séisme le 12 janvier 2011, une « note de presse » daté du 11 janvier 2011 de IOM (International Organisation for Migration) informait que le nombre total des sinistrés était passé à 810,000 personnes sous les tentes, soulignant en passant que c’était pour la première fois la population dans les camps était tombée au-dessous de un million.
Lien pour vérification : http://www.acpmigration-obs.org/node/780 
 
IOM-HAITI Strategic Plan 2013-2014 Graph: Number of displaced individuals from July 2010 to December 2012 (page 11)
Lien pour vérification : http://www.iom.int/files/live/sites/iom/files/pbn/docs/Strategy-IOM-Haiti-Updated-Jan-2013.pdf
 
c) L'International Crisis Group dans un article publié le 28 Juin 2011 dans son bulletin: « Latin America/Caribbean Briefing N°25, Port-au-Prince/Brussels », rapporte le nombre de victimes attendant d'être relogées se chiffrait à 650,000 personnes. Ce bulletin publié exactement un mois et 14 jours après l'installation de Martelly au pouvoir. Ce Chiffre est un peu plus élevé que celui de IOM dans la graphique mentionnée plus haut dans b), pour le mois de mai 2011 qui est 635,000. Pour cette analyse je garde 650,000 pour faire plaisir au pouvoir.
 
Lien pour vérification :  http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/latin-america/haiti/B25%20Post-quake%20Haiti%20-%20Security%20Depends%20on%20Resettlement%20and%20Development.pdf    
 
d) Donc du 14 mai 2011 au 10 septembre 2012, si le chiffre de 255,000 publié par la Primature n’a pas été augmenté exagérément, comme le fait habituellement ce gouvernement dans tous ses rapports, il resterait au 10 septembre 2012 un total de 395,000 victimes pour être relogées soit : (650,000  255,000). Prière de noter  pour le troisième anniversaire du séisme le 12 janvier 2013, selon OCHA et Frakka deux organisations très réputées en Haïti il y aurait encore quelques 400,000 victimes en attente d’être relogées. Le mardi 18 décembre 2012 voici ce qu’a affirmé Nigel Fisher, le coordonnateur de l’Ocha, en la circonstance: «  Il n’y a vraiment pas de changement de la situation de vie des gens dans les camps ». (Notez la proximité des chiffres ci-dessus : 395,000 versus 400,000)
 
Lien pour vérification :  http://www.alterpresse.org/spip.php?article13926#.Uk0GVdJwq6N 
 
Quand on sait la majorité pour ne pas dire la totalité des victimes relogées par le gouvernement Martelly/Lamothe sont celles qui avaient établies domiciles là où il y avait beaucoup de visibilité : Champ-de-Mars (27960 réfugiés, soit 4651 familles), Place St-Pierre, Place Boyer, Sylvio Cator/EDH, Maïs-Gaté, Gymnasium Vincent, Primature et Canapé-Vert (29 562 personnes) et si on ajoute Parc Sainte Thérèse à Pétion-Ville et l’Ecole nationale République du Guatemala (3670 relogés) les 7 et 8 septembre  2012 (derniers relogés, semble-t-il, et dernier communiqué de la Primature sur ce sujet daté du 10 septembre 2012).
 
En faisant la comptabilité des relogés ci-dessus cela nous donne, à l’écrit, un grand total seulement de 61,192 réfugiés vivant aux endroits cités plus haut et c’est ce chiffre relativement mince qui nous a valu toute cette propagande à la télévision dont on nous a rassasiée jour et nuit et continue de plus belle. La balance, (255,000 – 61,192) soit 193,808 réfugiés prétendus relogés par le gouvernement, n’est pas comptabilisée par la Primature et j’ai cherché sans succès s’il existait un communiqué, de ces professionnels de la propagande, antérieur à celui du 10 septembre 2012. Les 193,808 pourraient être aisément les profits ajoutés par ces manipulateurs de chiffres comme bonus pour les 61,192 réfugiés déplacés des places et endroits visibles. On n’a qu’à penser aux chiffres de l’Education !
 
Lien pour vérification :  http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/politique/6654-le-champs-de-mars-vide-le-president-martelly-tient-parole 
 
En comparant « à l’oral » de Martelly/Lamothe 1,300,000 relogés (du 14 mai 2011 au 18 août 2012) avec « à l’écrit » de  la Primature 255,000 relogés (du 14 mai 2011 au 10 septembre 2012) il y a une ahurissante différence de : (1,300,000  255,000) soit 1,045,000 réfugiés imaginaires relogés : entre les 14 mai 2011 et 10 septembre 2012 non documentés et localisés  qui requiert urgemment une intense investigation. Quel a donc été le coût du relogement de ces1,045,000 victimes additionnelles non comptabilisées relogées par le tandem Martelly/Lamothe à l’oral ?
 
Quand on considère, selon les propres propos du président, cela coûte pour reloger une famille victime à peu près US $ 500 pour 1 an.
En partant de la théorie, par exemple, la famille haïtienne serait composée en moyenne de 8 personnes donc: 1,045,000 personnes divisées par 8  nous donne un total de 130,625  familles et si on multiplie par US $ 500/famille  on obtient la grassouillette somme de US $ 65,312,500. Oui US $ 65,312,500  que pourrait coûter le relogement de 130,625 familles selon la formule utilisée plus haut. (se pa jwet neg yo ka fe ou bouboul lajan pou nouri plizie jenerasyon). 
 
Ce colossal mensonge avec des chiffres imaginaires aussi élevés, à moins qu’on puisse prouver le contraire,  signalerait l’audace sans vergogne et sans limites de ces «inventeurs de chiffres» à une fin bien déterminée : « pou plimen poul lan net al kole ». Par ces agissements criminels, ils seraient guidés exclusivement par « l’appât du gain illicite ». Ceci devrait interpeller chaque contribuable. On doit inviter la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (sitôt qu’elle aura recouvré sa légitimité) pour une investigation en profondeur des chiffres avancés par le duo Martelly/Lamothe et complices au sujet du nombre exorbitant et imaginaire de réfugiés soi-disant relogés par cette administration pour savoir d’où proviendraient les fonds pour déplacer les 1,045,000 victimes fictives etqui aurait(ent) empoché cette chimérique somme (séparation du gâteau).
 
C’est un cri d’alarme et de réveil je lance à la société civile, la presse, les partis politiques, le parlement pour un suivi sur la vérification du nombre de relogés selonMartelly/Lamothe (1,300,000 à l’oral) et celui publié par la Primature (255,000 à l’écrit). La différence est scandaleuse. Où sont nos « illustres parlementaires » dont la mission est de contrôler l’exécutif ? Une convocation du Premier Ministre s’avère nécessaire et indispensable car il a récidivé et à Paris (Europe) et à l’ONU (New York, USA) en confirmant le chiffre d’environ 1,300,000 annoncé par Martelly à Saint Domingue le 18 août 2012 pour impressionner certains partenaires étrangers de leur « efficacité » au timon de l’état, mais  surtout pour justifier, quand la nation demandera des comptes, toute somme pharaonique qui manquerait dans les caisses de l’état plus particulièrement dans les fonds de Petrocaribe au nom de soi-disant réfugiés relogés. La vigilance et l’urgence sont de mise. 
 
MENSONGE #3
 
Travaux de réhabilitation de l’Aéroport International Cap-Haitien
 
A l’oral : Le duo Martelly/Lamothe a fait une vidéo mensongère pour manipuler le peuple (voir lien vidéo ci-dessous), diffusée à satiété sur la TNH intitulée :(« Grande Vision Martelly/Lamothe »  Airport International Cap-Haitien) se faisant passer comme les inspirateurs et exécutants de ce projet alors qu’ils n’ont rien à voir ni de près ni de loin avec la conception encore moins le financement de ce projet, ils sont 2 usurpateurs de la « vision » des autres. Quelle audace et quel toupet ! Lamothe était si ignorant de ce dossier qu'il a eu à déclarer au Cap-Haitien, alors qu’il était ministre des Affaires Etrangères, que l’aéroport international en construction dans cette ville était « un don du président Chavez ». Postérieurement à cette annonce, de retour en Haïti, le 4 décembre 2011, d’un Sommet Fondateur du (CELAC) à Caracas-Venezuela, où il avait accompagné le président, le ministre Lamothe confia à Radio Métropole : « Qu’il a « promis » au président vénézuélien, Hugo Chavez, de puiser des fonds Petro Caribe des sources de financement pour la réalisation d'un grand nombre de projets, dont la construction d'un aéroport dans la ville du Cap. » Quelle gaffe ! Ce n’est que lundi 7 octobre 2013 qu’il a  réalisé, après un séjour de 24 heures au Venezuela, qu’il restait une balance de 10 millions de dollars non encore versée sur le prêt de 33 millions pour terminer la construction de l’aéroport du Cap-Haitien. Alors que tout était prévu dans ce prêt de 33 millions (Construction piste, aérogare et acquisition d’instruments, radar etc..) le premier ministre eut à dire au Nouvelliste en octobre 2012 « Un ajout de 20 millions de dollars est nécessaire à la construction du terminal ». D’où venait cette évaluation ?
 
Lien vidéo manipulatrice « Grande Vision Martelly-Lamothe ?? » : http://www.youtube.com/watch?v=SkwCwQSCZpA
  
Source : Radio Métropole 5 décembre 2011
Lien : http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=20032
 
Source : Le Nouvelliste du 22 octobre 2012
Lien : http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=110145 
 
 
A l’écrit : « Les travaux de réhabilitation de l'aéroport international du Cap-Haïtien ont été lancés officiellement en juillet 2010. Le financement de ce projet se fait à partir d'un prêt obtenu de la Banque de développement économique et social du Venezuela (BANDES) après près de trois années de négociations. Il convient de préciser pour la population qu'il ne s'agit pas d'un don, mais bien d'un prêt que l'on aura dans le futur à rembourser. Ce n'est nullement une réalisation de l'actuel gouvernement qui n'informe pas la population sur les enjeux et les coûts de cette initiative. » (voir vidéo ci-dessus)
 
Source : Le Nouvelliste du 16 mai 2013 « Privert en bémol »
Lien : http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=116847
 
MENSONGE #4
 
A l’oral : « En conseil des ministres mercredi 16 janvier 2013, le chef du gouvernement, Laurent Salvador Lamothe a indiqué que dans les six prochains mois, soit en juillet 2013, l’électricité sera distribuée 24/24 dans le pays. »
 
Source : Haiti Press Network 17 janvier 2013
Lien : http://hpnhaiti.com/site/index.php/politique/8421-haiti-energie-electricite-2424-dans-six-mois-dixit-laurent-lamothe 
 
Le PM souffre d’amnésie : « Le premier ministre Laurent Lamothe, également ministre de la planification et de la coopération externe, nie avoir jamais promis l’électricité 24/24. Il s’agissait plutôt d’un objectif du gouvernement qui ne peut encore être atteint en raison des problèmes de l’EDH remontant avant son arrivée à la Primature, a-t-il déclaré vendredi, à l’issue d’une semaine consacrée à la revue du portefeuille de la coopération internationale avec Haïti. » (Fin de citation) En somme, le PM n’a pas le courage d’assumer une déclaration qu’il avait faite au Conseil des ministres le 16 janvier écoulé et qui lui avait valu de chaux applaudissements de ses pairs et flatteurs ce jour-là, les téléspectateurs peuvent en témoigner.
 
Source : Radio Kiskeya 21 septembre 2013
Lien : http://radiokiskeya.com/spip.php?article9763
 
A l’écrit : Note de Presse de la Primature au sujet d’une rencontre organisée le jeudi 3 Octobre 2013, au ministère de la Planification et de la Coopération externe, avec la BID, l’USAID, la Banque Mondiale, l’envoyée spéciale du Département d’État américain, Mme Cheryl Mills, l’Ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, Mme Pamela White et des représentants de quelques bailleurs de fonds internationaux sur le problème énergétique en Haïti. Voici un extrait: « Dans son état actuel, l’Ed’H, ont convenu les parties, est incapable de répondre à la demande énergétique. Seulement 31 % des haïtiens  a accès à l’électricité. »
Constat bouleversant mais en retard d’environ neuf mois (16 janvier – 3 octobre 2013).
 
Source : Communiqués Primature en date du 4 octobre 2013
                                                                           
Ces mythomanes qui nous dirigent n’ont vraiment à leur actif qu’un vaste investissement et gaspillage des maigres ressources de l’état dans  une Propagande à outrance 24 sur 24 sur la Télévision Nationale d’Haïti (TNH) rebaptisée depuis belle lurette (TSM) «Tout Se Mateli» et devenue une succursale de Martelly TV.
 
Conclusion: Rater. Foirer. Louper. Le quinquennat de Martelly tend vers tout ça.
 
Dieudonne Saincy.
DS (Journaliste et Polémiste)

A Lire Aussi: