Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Analyses & Opinions

1er Janvier 2014: Martelly parle d’unité mais se fait accompagner par deux tortionnaires Prospère Avril et Jean Claude Duvalier

avril-jean-claude-duvalier-gonaive-janv-2014Prospère Avril et Jean Claude Duvalier- 1er Janvier 2014, Gonaives

GONAIVES, Haiti 2 Janvier 2014 (touthaiti.com)  ---  Il est de notoriété publique que l’impunité ne fait pas bon ménage avec la démocratie et l’unité nationale. Car, à titre d’exemple nous pouvons prendre le cas de Michel Martelly qui viole systématiquement la constitution d’une main mais réclame du bout des lèvres l’unité nationale sans comprendre que les plaies encore béantes causées par les dictateurs Jean Claude Duvalier et Prospère Avril ne sont pas encore fermées et continuent à faire des traumatismes.

En faisant appel aux anciens dictateurs et putschiste Prospère Avril et le dictateur Jean Claude Duvalier poursuivi pour crime contre l’humanité, Michel Martelly veut montrer que ses agissements anti démocratiques ne sont qu’une goutte d’eau à côté de ces dinosaures et qu’il lui reste une certaine marge de manœuvre pour faire d’avantage de dérives et de crimes.

Un crime est un crime pour certains mais pas pour d’autres.

C’est justement cette attitude qui traverse une bonne partie de ce qui reste de la classe moyenne et pas des moindres  qui justifie leur sympathie pour Michel Martelly par le fait qu’il n’a pas encore fait autant de crimes que ses prédécesseurs. Comme si l’aune pour mesurer un président se résume aux actes illégaux et anti constitutionnels de ses prédécesseurs. Un crime est un crime. Que faire d’un président qui a passé 3 ans sans organiser des élections pour renouveler le personnel politique des institutions de l’état ? Que faire d’un président qui a ordonné l’arrestation d’un député en fonction ? Que faire d’un président qui fait arrêter illégalement un avocat qui défend un cas de corruption contre sa femme ?

Le Mopod a répertorié 12 violations graves de la constitution par Martelly. Ces violations ne sont pas des « briganday » comme certains se plaisent à le dire pour minimiser l’étendu des actes illégaux du président Tet Kale, ces violations sont des CRIMES. Et en tant que tels renvoient à des sanctions prévues par la constitution, la haute cour de justice et le renvoi du président inculpé.

Absoudre les crimes des  dictature Militaro Duvaliériste

En imposant Jean Claude Duvalier et Prospère Avril à la société comme si de rien n’était, Michel Martelly octroie un blanc sein aux anciens dictateurs. Par cette attitude, Martelly ne fait que renvoyer aux calendes grecques toutes possibilité d’unité nationale ou de dialogue national car quelqu’un peut-il nous rappeler ou, quand et comment les tortionnaires avaient reconnu leurs forfaits et demander pardon à la société ou bien où et comment ces tortionnaires avaient payé pour les crime qu’ils ont commis contre des innocents ou leurs adversaires politiques ? Jean Claude Duvalier est allé jusqu’à qualifier les prisonniers politiques de son régime de délinquants que le régime avait mis en prison. Même attitude pour le régime Martelly-Lamothe, digne heritier de la tendance militaro-Duvalieriste, qui qualifie de délinquants les 4 prisonniers politiques officiellement détenus dans les geôles du régime Tet Kale.

De telle attitude constituent une forme de violence non physique qui risque d’antagoniser d’avantage les victimes toujours présentes face à des tortionnaires qui aujourd’hui ne font que les narguer.

Pourquoi Martelly se conformerait-il aux prescrits de la constitution ?

Pourquoi Martelly se conformerait il aux prescrits de la constitution quand Jean Claude Duvalier et Prospère sont maintenant vénérés ? Mais, Martelly-Lamothe et leurs stratèges doivent pourtant s’interroger sur le pourquoi du choix des autres chefs d’état démocratiquement élus et ceux qui ont occupé légalement cette position qui refusent toujours de se faire le complice de ses démarches de l’absolution des crimes de la dictature Militato-Duvalieriste.

Tout Haiti,

A Lire Aussi: