Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Analyses & Opinions

La solidarité nationale, le vide institutionnel, les élections

dunoix-eric-cantave

Bien que nous soyons à la fois raison et émotion, nous devrions cependant éviter d'agir avec trop d'émotion pour ne pas compromettre cette solidarité et ce volontarisme agissant qui peuvent dans certaines circonstances nous être très salutaires. Nous ne pouvons et ne devons en aucun cas demander à la population de supporter ni de financer un processus électoral que ce même peuple haïtien a déjà dénoncé et rejeté. Le CEP de monsieur Berlanger n'a pas eu le courage ni l'honnêteté de mettre en application le résultat de la Commission d'évaluation et de vérification électorales (CIEVE) dans sa totalité. Il a préféré faire semblant en mutilant le rapport  de la CIEVE et en choisissant unilatéralement de le tronquer afin de  poursuivre les élections dirigées et contestées du CEP croupion de monsieur Opont sous la dictée de la dite communauté internationale. D'un coté, il décide de reprendre les présidentielles et de l'autre de conserver les législatives et les municipales du même processus.  Il s'agit là d'une décision arbitraire, erronée, illégale, inconstitutionnelle, injuste et incohérente. Ce CEP participe donc à la fragilité de nos institutions et à la reproduction du système traditionnel qui génère des crises successives au pays.

Dans la situation actuelle où il nous faut statuer en priorité sur le vide au niveau du pouvoir exécutif, sur le dysfonctionnement du pouvoir législatif,  sur le contenu de la transition et sur le processus électoral à adopter, tout compromis politique sérieux pour un dénouement heureux de la crise doit passer par un accord formel entre les différentes forces sociales et politiques du pays. C'est le gage d'une sortie durable de la crise politique et institutionnelle que traverse le pays et d'un possible renouveau national.  Le CEP de monsieur Berlanger n'a pas le droit de  nous mettre devant le fait accompli en utilisant les résultats frauduleux issus de ce même processus décrié, poussant ainsi hors de la course électorale certains regroupements et partis politiques et en obligeant d'autres à les cautionner. Ceci est inacceptable. Ainsi, en grand corrupteur, la misère et la précarité du milieu aidant, le CEP a préféré jouer le jeu sordide de la corruption institutionnalisée , en accordant une prime au vice et à l'immoralité, en flattant les bas instincts de certains de nos compatriotes qui ont suivi la voie illégale,  facile et dangereuse  de la violence, de la corruption et de la fraude.

Nous saluons toutefois l'élan patriotique de certains compatriotes qui se proposent de faire appel et de stimuler l'effort national pour la pleine participation de tous et de chacun pour rapatrier et rationaliser les élections qui sont un acte fondamental de souveraineté. Il s'agit là d'une contribution pertinente, consciente, osée et nécessaire dans un pays qui subit l'ignominie d'une occupation étrangère qui ne dit pas son nom. Ce sacrifice et cette grande solidarité nationale ne seront possibles que si la confiance règne. Ces propositions citoyennes viennent en réponse  à la décision du gouvernement des Etats-Unis d'Amérique de ne plus aider financièrement les autorités haïtiennes dans l'organisation des élections au pays. Serait-ce ce catalyseur qui permettra le démarrage d'un véritable projet national ?... L'ambassadeur des USA en Haïti, parlant au nom de son gouvernement, a nettement fait comprendre que son pays ne pouvait s'engager ni supporter un processus dans lequel il ne croit pas et qui ne va pas dans le sens qu'il l'aurait souhaité.  Bien que l'on dise « qu'un ambassadeur est un honnête homme qui a pour mission de mentir pour son pays », dans ce cas précis, nous pensons qu'il a peut-être tenu cette fois-ci un langage direct, celui de sa vérité...

Nous devrions donc mettre à profit cette  louable initiative de participation citoyenne nationale de nos fiers compatriotes pour préparer et réaliser, sans précipitation aucune, en toute indépendance, après les importantes et nécessaires réformes institutionnelles, de véritables élections libres, honnêtes et démocratiques pour le renouvellement de notre personnel politique et tarir ainsi cette source inutile de crises répétitives au pays.

Capsule no : 381
KONAKOM: Le parti politique moderne pour le renouveau d'Haiti http://mopod.org.ht/