Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Mer11142018

Last update03:29:29 AM

Conseils de lecture et critiques de livres

Résumé du livre : " Haiti, ce pays de Contrastes " par Esau Jean-Baptiste

livre haiti ce pays de contrastes - esau jean-baptiste-touthaiti

Tout Haiti vous invite à lire le résumé du livre écrit par Esau Jean-Baptiste et Jesula Prophète « Haiti, ce pays de contrastes »…

Par Esau Jean-Baptiste --- Par ses plages et sa culture, Haïti est un pays qui fascine et surprend toujours les touristes lorsqu’ils reviennent de vacances dans cette île des Caraïbes. Il n’empêche que ce pays « interpelle car il est tout en contrastes, ce qui engendre chez la plupart des gens des émotions fortes, des plus belles aux plus insupportables ».

Certes, depuis le départ de Jean-Claude Duvalier en 1986, ce pays demeure politiquement instable. Il est le pays le plus pauvre de l’hémisphère, selon des experts internationaux qui, de leur côté, détiennent une part non négligeable de responsabilité dans cette instabilité. C’est précisément ce qui frappe davantage : le fait que cette misère chronique soit considérée comme normale par les autorités et les gens de la classe possédante du pays. Le contraste entre ces hommes et ces femmes aisés, qui exhibent leur richesses par leur train de vie, leur voitures de luxe, leurs tenues vestimentaires et leurs bijoux, et les autres qui vivent dans des bidonvilles déshumanisés où, le plus souvent, ils meurent de faim, ne peut laisser personne indifférent. En un mot, Haïti est le pays de deux peuples, de deux modes de vie contrastés.

 À Port-au-Prince, la capitale, certaines personnes sont au top des technologies modernes. Par contre, ceux qui vivent dans les bidonvilles de Cité Soleil, La Saline, Solino, Lafosset, Raboteau et Sainte-Hélène, n’ont même pas accès à l’eau potable et à l’électricité. Par ailleurs, certaines routes, où roulent les voitures de grandes marques appartenant à la classe aisée du pays, sont restées dans le même état qu’à l’époque coloniale : pour une grande partie, elles ne sont même pas goudronnées.

Quand on est jeune, on pense qu’on a le pouvoir de tout changer. C’est pourquoi on est fréquemment tenté, pour y parvenir, de prendre une part active à des reunions orientées vers le chambardement d’un certain statu-quo. C’est ainsi que l’on se trouve encouragé à collaborer à des manifestations contre différentes mouvances politiques, notamment quand on vit dans un pays comme Haïti.

Ce qui explique, comme beaucoup d’autres gens de notre génération, nous avons donc activement participé à toutes sortes d’actions revendicatrices pouvant mener au renversement de tout régime que nous jugions injuste. « Comme les problèmes politiques sont les problèmes de tout le monde, et les problèmes de tout le monde sont des problèmes politiques. « C’est pourquoi, durant une certaine période, nous nous sommes fréquemment retrouvés dans les rues pour affirmer notre opposition formelle aux apprentis dictateurs haïtiens, sans jamais mâcher nos critiques contre les différents gouvernements, tous flétris par la corruption. Nous exprimions une amertume sans fard envers des dirigeants immoraux et incompétents.

Cependant, en dépit de tous ces efforts pour encourager différentes améliorations dans la situation sociale et politique, celle-ci poursuivait dans la voie de la dégradation. C’est ce qui nous a amenés, compte tenu de l’expérience militante ainsi acquise, à modifier notre stratégie revendicatrice.

Il fut un temps, différentes stations de radio et de télévision haïtiennes savaient nous inviter à nous exprimer sur des sujets brûlants de l’activité du pays. Puis, d’invités que nous étions, nous sommes passés au stade de dirigeants d’opinion.

Certes, comme nous l’avons appris dès notre jeune âge, les paroles s’en vont mais les écrits restent. Telle est la raison d’exister de ce livre. On y trouve un nouvel encouragement dans l’opinion de Madame Mirlande Hippolyte Manigat, ancienne candidate aux élections présidentielles en Haïti de 2010 : « Le langage parlé touche le plus grand nombre, mais l’expression écrite demeure comme le témoignage d’une position et d’un engagement. «

C’est pourquoi, devant l’ampleur des problèmes politiques que connut Haïti durant vingt-neuf années de crise, cet ouvrage apparaît non seulement comme une œuvre d’une brûlante actualité, mais démontre également son utilité certaine pour toute personne qui s’intéresse en particulier à la problématique haïtienne, tout au long du processus de transition démocratique que ce pays à traversé.

 Résumé

 “Haiti Pays de Contrastes” est une compillation de textes publiés durant les dix dernières années écoulées dans les colonnes du quotidien le Nouvelliste et du Journal Le Matin. Ces articles rédigés par Me. Jesula Prophète et Prof. Esau Jean Baptiste traitent de l’instabilité politique d’Haiti, de la crise économique et de la mutation de la société haitienne.

 Les sujets auxquels on s’intéresse sont les mêmes qui hantent l’esprit de nombreux citoyens en quête d’un mieux être, d’une nouvelle souffle, d’un nouveau départ. Ces publications portant sur des aspects du vécu social de certaines catégories de la population permettent d’exposer la complexité des défis à relever par ceux qui nous gouvernent, mais aussi, par tout un chacun indépendament de son champs d’activité, de sa formation académique ou encore de son rangs social.

Jesula Prophète est journaliste et productrice d’émission de radio. Elle a débuté sa carrière de journaliste á Radio Kiskeya. Elle a travaillé pour le compte de Telemax, Ticket Magazine/ Le Nouvelliste, et magazine Anayizz. Elle a aussi offert ses services au bureau de communication de la Mission des Nations-unies en Haiti (MINUSTAH) et á Panos Caraibes. Versée dans la problematique du genre, elle a animé plusieurs seminaires de formation á l’intention de quelque organisations de femme et organisations communautaires regroupant des jeunes á Port-au-Prince. Présentement (Janvier 2016), Mme Prophete est entrain de besau  jean baptiste touthaitioucler un programme de maitrise á Queens College (New York, USA).

Esau Jean-Baptiste,  est professeur de sciences politique dans des univiversités privées et publiques d’Haïti. Il a une mastrise en Administration Urbaine de l’université Brooklyn College, New York (USA). Il est aussi l’auteur de plusieurs livres: The rise, the fall and the failing of JB Aristide (Publish America, Baltimore USA décembre 2006), Les élections présidentielles des Etats-Unis (L’Harmattan, France juin 2014) et Haïti 7 février 1986- 7 février 2015, Vingt-neuf ans d’échec démocratique (Editions Dédicaces, juillet 2015.

Pour contacter l'auteur:
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
(516) 360-6331