Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Economie

Le droit à l’avenir : l’initiative Xaragua 2030 (2 de 5)

carte Caraibes

par Alin Louis Hall ---  Pour mettre le cap sur 2030, afin de planifier l’aménagement du territoire de la péninsule méridionale, on doit tenir compte des facteurs sociologiques, économiques et environnementaux et mettre en évidence des lignes de force indissociables. Autrefois rythmée par les activités agricoles, agro-industrielles et portuaires, la régénération de l’économie péninsulaire autrefois née de la mer représente la première étape de la consolidation d’une singularité économique méridionale. Une réflexion qui passera par la renaissance des activités traditionnelles et la promotion des filières existantes.

Des enjeux majeurs, des escales incontournables

Quelle dimension accorder demain à l’activité portuaire? L'activité portuaire, c'est le port de cabotage, le port de plaisance et les activités de transbordements qui représentent beaucoup d'emplois. Pour s'adapter au nouveau contexte économique international, la péninsule du sud doit se transformer en une plate forme nationale et internationale de négoce, de transformation et de distribution pour devenir un maillon important de la chaîne logistique mondiale. Si elle tourne le dos a la mer, c’est au monde entier et à son émergence qu’Haïti tourne le dos. L’agriculture fait partie de notre tradition et demeure indispensable. Elle joue aussi un poids important par les emplois qu’elle génère. Dans un contexte économique incertain marqué par de fortes pressions foncières, comment inciter les jeunes péninsulaires à abandonner le taxi-moto pour rendre pérenne la production et soutenir une agriculture dynamique et innovante ?

Si la péninsule était une couleur, du bleu parsemé de vert ! L’image d’un pays passe avant tout par la beauté de ses paysages, et la conscience environnementale qu’on en a. Entre la mer, les cours d’eau douce, la région méridionale possède de merveilleux attributs. Mais il reste à y mener une réflexion robuste pour les mettre en valeur, mieux les protéger et les intégrer comme éléments centraux dans les politiques d’urbanisation et de développement économique. Comme nous venons de le constater une fois de trop, ils sont souvent considérés comme sources de catastrophe, alors qu’ils devraient être catalyseurs de développement. Nos rivières doivent être adaptées au développement économique, touristique et à l’urbanisation. Pour les péninsulaires, leur valorisation doit représenter un enjeu majeur pour l’irrigation des zones agricoles et la production de l’énergie blanche. De l’eau découlera une économie prospère et un cadre de vie inégalable.

Tourisme culturel, tourisme vert ou tourisme nautique, la péninsule en a pour tous les goûts. Encore un autre atout! Pourtant beaucoup de choses restent à faire tant du point de vue des infrastructures d’accueil (gîtes, hôtels, hôpitaux) détruites par l’ouragan Mathieu que de l’aménagement des circuits touristiques… L’élaboration d’une stratégie cohérente et respectueuse de l’environnement devra prendre source dans l’âme de la péninsule qui possède un atout fondamental. « Ce maillage de villes et de bourgs organisé autour de noyaux qui ont su préserver leur identité procure aux péninsulaires un cadre de vie naturel : la campagne et la mer à proximité. Toutefois les constructions anarchiques pourraient remettre en cause cet équilibre urbain, ternir la beauté du paysage avec l’amplification de l’éclatement spatial des villes qui s’étalent. Au cœur de la problématique, donc, le logement, l’économie d’espace et les déplacements. » (1)

Une vision novatrice pour une péninsule émergente

carte zone economiques sud

Les économies régionales, en tant que pôles de croissance, sont essentielles pour un rééquilibrage de l'économie nationale. De tels développements doivent être planifiés en conformité avec les exigences de maximisation durable du potentiel de la péninsule dans un cadre multidisciplinaire, un élément clé de tout plan de développement envisagé. L’Initiative Xaragua 2030 propose la création d’une zone spéciale économique autonome qui engloberait le Sud, la Grande-Anse et les Nippes. Ce regroupement territorial s’alignera sur un schéma traditionnel géographique et permettrait une organisation administrative plus efficace et économique. Avec la notation négative née de l’effacement de la dette, ce serait à terme la stratégie qui devrait permettre de contourner le risque inhérent de la solvabilité devant les agences multilatérales de financement. Ainsi, avec ce statut semi-autonome, la péninsule du sud serait libérée du fardeau lié au passif de l’état haïtien.

L’Initiative Xaragua 2030 recommande aussi la création de l'autorité de développement de la péninsule en tant qu'entité parrainée par le Gouvernement Haïtien. Cette entité gouvernementale autonome sera responsable de la promotion et du développement économique de la région méridionale. Son objectif sera d'agir comme une autorité de coordination qui assumera, intègrera et unifiera les fonctions des organismes ou des commissions sous un même conseil d'administration pour atteindre une efficacité maximale des opérations, éviter la duplication des services, des postes et des responsabilités, réduire les dépenses pour le personnel, les installations physiques et des opérations et développer des programmes complets de développement économique par l'exercice des pouvoirs et des devoirs de toutes les entités dans le cadre de l'objectif global de promouvoir le développement économique de la péninsule.

carte caraibes haiti jamaiqueLa péninsule méridionale est située dans le sud-ouest d’Haïti. Sa topographie est caractérisée par des hectares de terres relativement plates avec des zones pittoresques en bord de mer. Elle est dominée par le système Massif de La Hotte. Avec l'élargissement du canal de Panama et le manque de ports pour gérer les nouveaux navires à conteneurs de taille, plusieurs baies naturelles et profondes ont été repérées le long de la côte méridionale comme des endroits idéaux pour un port de transbordement. L'aéroport régional des Cayes a beaucoup de potentiel et peut être transformé en un grand aéroport international de transbordement de fret aérien.

L’Initiative Xaragua 2030 vise non seulement à promouvoir le potentiel extraordinaire de la péninsule du sud mais aussi à renforcer la conviction fondamentale que la création d'une zone autonome économique reste l’unique moyen efficace de décentralisation et de développement durable. Pour être pertinent, le processus de planification devra identifier non seulement les défis contemporains qui préoccupent les gens, les travailleurs, les propriétaires fonciers et les gens d'affaires, mais aussi les questions émergentes qui seront importantes à l'avenir. Il permettra de déterminer les enjeux communautaires en impliquant les divers dirigeants communautaires, les organismes communautaires et les citoyens ordinaires. La base d'une planification globale provient de la fonction régalienne de l’Etat de s’assurer du bien-être de ses citoyens. Le cadre juridique nécessaire à la mise en œuvre de ce projet de planification régionale procèdera de l'application des règlements de zonage existants (Office National du Cadastre); qui fourniront à l'autorité de développement. In extenso, le cadre juridico-légal pour s'engager dans l'aménagement du territoire.

Il s’agit ici de commencer par inverser l’ordre de la déresponsabilisation collective en mettant en œuvre un développement de la péninsule, maîtrisé par les péninsulaires, en résonance avec nos fondamentaux historiques et culturels qui structureront de façon pérenne notre cadre existentiel. Des richesses de tous ordres sont en effet encore mobilisables. Au nom de ces richesses accessibles à tous dont la péninsule a les ressources naturelles, foncières et patrimoniales, les péninsulaires doivent hisser le politique à son plus haut degré de responsabilité, celui d’un pouvoir d’action assumé et apte à fonder leur droit imprescriptible à l’avenir. En résonance aux principes féconds du droit à l’avenir, cette vision novatrice pour le développement durable de la péninsule méridionale est solidement ancrée dans les fondements de la stabilité macro-économique et exige la création de richesse supportée par les piliers de la durabilité.

Le pilier économique vise à créer un modèle économique durable qui assurera une répartition équitable et une allocation efficace des ressources. Cela permettra d'assurer un équilibre sain avec l’écosystème méridional. Les secteurs prioritaires qui ont le potentiel de créer la majorité des emplois formels du pays doivent être ciblés: agro-industrie, agriculture, services maritimes, infrastructures et production d'énergie. Le pilier social soutient les initiatives de réduction de la pauvreté et d'amélioration de la qualité de vie en ciblant l'éducation, la santé, l'habitat et l'urbanisme. Le pilier environnemental prend en charge des initiatives telles que les énergies renouvelables, la réduction de la consommation de combustibles fossiles et les émissions à effets de serres, l'agriculture durable et biologique et la pêche, le reboisement et la réduction de la déforestation, le recyclage et gestion des déchets.

(à suivre)

(1) Alin Louis Hall, « Un projet de territoire pour la péninsule du sud », publié le 9 juillet 2013 sur www.lenouvelliste.com

 Voir Aussi:  Le droit à l’avenir : l’initiative Xaragua 2030 (1 de 5)