Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Actualités

Pourquoi le juge Lamarre Belizaire maintient toujours en prison sans jugement les prisonniers politiques (Frères Florestal) un an après leur arrestation ?

prisonniers politique en haiti
 
Le 16 aout 2014 marque le Premier Anniversaire de l’arrestation d’ Enold Florestal et le Deuxième Anniversaire de la plainte dénonciatoire déposée par Me. Newton Louis St Juste contre Sophia et Olivier Martelly au Parquet de Port-au-Prince.
 
Voici quelques faits et dates importants dans le dossier des frères Florestal, prisonniers politiques du pouvoir Tet kale :
  
En date du 26 juillet 2013 le Juge d’Instruction Lamarre BELIZAIRE a procédé à l'arrestation de Josué FLORESTAL et a émis le même jour deux mandats d'amener contre Enold FLORESTAL et  son avocat, Me André MICHEL, dans le cadre de l’instruction ouverte depuis en novembre 2010 suite à l’assassinat par des policiers du jeune Frantzy Duverseau , qui, selon un communiqué daté du 29 octobre 2010 du CARLI (Le Comité des Avocats pour le Respect des Libertés Individuelles) ont agi en état de légitime défense.
 
Pour exécuter ce mandat d’amener contre Me. André MICHEL, le Juge Lamarre BELIZAIRE s'est transporté personnellement aux abords du Cabinet de l'avocat contrairement aux dispositions de l’article 49 du Code d’Instruction Criminelle qui précisent péremptoirement : «« Lorsque le juge d'instruction se transportera sur les lieux, il sera toujours accompagné du commissaire du gouvernement et assisté du greffier du tribunal »».  Et, selon la conversation rapportée par la presse le 5 aout 2013 tenue pendant l’arrestation de l’avocat entre Lamarre BELIZAIRE et Roro Nelson, membre influent du pouvoir qui le félicitait pour cette opération le Juge a déclaré : « «  Mwen plante piket mwen devan Kabinè l la. Depi li sòti map aretel. Si sete Komisè Lucmane yo tap pale. Se yon Jij enstriksyon ki vini  aretel la. De ti vakabon kap bay yon prezidan kap travay konsa problèm. Map arete yo grenn pa grenn…. » »
 
Or, dans ce dossier Me. André MICHEL est avocat du citoyen Enold FLORESTAL. Et, selon l'article 53 du décret du 29 mars 1979 régissant la profession d'avocat dispose qu'aucune contrainte par corps  ne peut être  exercée sur un avocat dans l'exercice de sa profession et dans l'accomplissement des actes de son ministère si ce n'est  que dans les cas déterminés par la loi ; 
 
Dans sa frénésie arbitraire le Magistrat Instructeur a également ordonné à l’Immigration d’interdire jusqu'à date à l’avocat André MICHEL de laisser le pays alors que l’interdiction de départ n’est prévue par aucun texte de loi.
 
Enold Florestal qui a endossé la plainte contre la famille présidentielle a été arrêté dans la soirée du vendredi 16 aout 2013 par plusieurs patrouilles de  la zone métropolitaine, qui l’ont  sévèrement battu au moment de son arrestation.
 
Dans une interview accordée quelques jours avant son arrestation  à Radio Kiskeya, Enold Florestal a déclaré détenir des preuves de sa conversation avec Laurent Lamothe en date du 10 juillet 2013 au cours de la quelle le Premier Ministre lui a promis de l’argent et un poste dans la Diplomatie haïtienne pour le convaincre d’abandonner l’action judiciaire engagée contre la famille présidentielle.
 
Le 11 juillet 2013 au cours d’une rencontre au Cabinet de Me. Gary Lissade, le Président Michel Martelly, le Premier Ministre Laurent Lamothe et le Ministre de la Justice Jean Renel Sanon ont proféré des menaces de mort à l’encontre du Magistrat pour qu’il mette un terme le 16 juillet au plus tard au dossier. Visiblement paniqué, le Juge Jean Serge Joseph sera admis le lendemain à l’hôpital Bernard Mevs pour une hémorragie cérébrale. Il est décédé  le 13 juillet 2013.
 
Selon le rapport de la Commission d’enquête du Sénat, Léon Charles, ancien Directeur Général de la PNH est rentré de Washington en toute urgence, rappelé selon ses dires par le Gouvernement, pour obtenir le désistement d’Enold Florestal relativement au dossier de la famille présidentielle. Le mercredi 10 Juillet 2013 au cours d’une rencontre, Léon Charles lui propose d’abandonner la poursuite, de laisser tomber l’affaire, de retirer sa plainte contre la famille présidentielle. Monsieur Florestal refuse. Devant son refus, l’ancien Directeur Général de la PNH appelle au téléphone le Premier Ministre Laurent Lamothe. Celui-ci entretient Enold  Florestal pendant quelques minutes et lui propose en outre un poste à l’extérieur du pays et de l’argent pour qu’il abandonne la poursuite initiée contre la famille du Président.
 
Rappelons que le Juge Jean Serge Joseph, conformément à l’article 400 du Code d’Instruction Criminelle, a pris le 2 juillet 2013, une décision  ordonnant au Président de la République de prendre une ordonnance spéciale aux fins de permettre la comparution des Grands Fonctionnaires de l’Etat : Laurent LAMOTHE, Wilson LALEAU, Thomas JACQUES, Florence DUPERVAL GUILLAUME, Magalie RACINE, Yves Robert JEAN, Pierre Hérold ETIENNE, Pierre Guy LAFONTANT, Guirlène CHARLITE RAYMOND, Ernt Nono Jean Baptiste, Gérard Junior MATTHIEU, Jean Hubert LEBRUN, Charles CASTEL.
 
Depuis plus d’un an Enold Florestal et Josué Florestal croupissent derrière les barreaux du Pénitencier National sur les ordres de Lamarre BELIZAIRE agissant pour le compte du pouvoir Tet Kale.