Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Jeu08222019

Last update12:57:33 AM

Actualités

Quel est le sort réservé à Jean Henry Céant ?

ceant-interpellation-garry bodeau

Jean Henry Céant retournera en Haiti demain dimanche après-midi et se présentera quelques heures après devant le Sénat de la République. Dans une lettre adressée à Céant, le président du Sénat demande au premier ministre de se présenter entre minuit et 9 heures du matin ce lundi. Donc, la séance du grand corps se tiendra avant la séance de la chambre des députés, et il se peut que Céant ait un vote de confiance de la part des sénateurs. Dans ce cas, Jean Henry Céant aura six mois devant lui pour travailler. Travailler pour faire quoi ? Michel Martelly est celui qui dirige le pays et qui veut le départ de Céant parce que le premier ministre veut lâcher Jean Roody Aly, ministre de la justice et le ministre de l’intérieur. Une réunion a eu lieu cette semaine à l’Hôtel Oasis entre un très influent patron de presse et Reynold Deeb pour asséner le coup fatal à Jean Henry Céant. Durant l’opération « peyi lock », Gary Bodeau et Carl Murat Cantave se sont présentés à la résidence officielle du premier ministre pour négocier avec lui croyant que Céant était derrière tout cela. Gary Bodeau a demandé au premier ministre une certaine somme d’argent et Céant lui a dit où va-t-il trouver de l’argent alors que la présidence ne veut pas donner un sou à la primature via le Ministère de l’Economie et des Finances. Nous nous rappelons bien ce qui s’est passé entre le chef de Cabinet de Jean Henry Céant et le Ministre de l’économie Ronald Décembre. La réunion s’est terminée en queue de poisson.

 Depuis la nomination de Céant, il ne fait que gérer des crises et le président Jovenel Moise ne le supporte pas parce qu’il s’est entouré de beaucoup de lavalassiens et a de bons rapports avec l’opposition extrémiste, ce qui déplait Martelly et Jovenel. Jovenel a essayé de court-circuiter Céant en donnant mandat à Gabriel Fortune pour réaliser le dialogue avec l’opposition pendant que le premier ministre avait reçu l’ordre du président d’agir et ensuite, il voulait que le premier ministre entame le dialogue national, et puis il a nommé une commission. Martelly se sent trahi par Céant. Une frange de la bourgeoisie veut la tête du premier ministre parce que « Céant pa sevi ». Jean Henry Céant veut appliquer une politique d’austérité, mais la bande à Martelly ne veut pas. Jean Henry Céant montre une certaine velléité de faire la lumière sur le dossier Petrocaribe même quand je ne lui fais pas confiance puisqu’il a participé à l’élaboration des documents constitutifs de nombre d’entreprises indexés dans le dossier. Depuis la semaine dernière, sur certaines stations de radio de la capitale, on dit du mal de Jean Henry Céant et la semaine à venir le lynchage va continuer. Je ne crois pas que Céant peut réaliser grande chose parce qu’il est bloqué dans toutes ses actions. Jovenel croit dur comme fer que Céant veut le remplacer. Andy Apaid a bien essayé de concilier les deux hommes, mais cela n’a pas marché.

 Jovenel Moise croit qu’en tant que Chef du CSPN, Céant devrait être plus dur avec Gédéon durant le lock pour colmater ce mouvement. Les bandits légaux attendent la fin du mandat de Gédéon pour s’assurer que le prochain chef de la police soit un bandit légal, capable de matraquer la population et empêcher le peuple d’exercer son droit de manifester. Michel Martelly a la tête en boule. Les devins et magiciens lui ont dit qu’il ne sera pas président en 2022, et si par malheur, il force les choses, il risque de connaitre le sort de Vilbrun Guillaume Sam. Les gens de bien de ce pays doivent éviter Martelly qui peut contaminer comme la peste. Martelly veut faire croire à qui veut l’entendre qu’il est un charognard et que tout le monde est comme lui. Il accuse tout le monde d’être corrompu. Le peuple n’est pas dupe. Il connait les petrovoleurs, il connait les « machann mikwo », il connait les patrons de presse qui travaillent pour Martelly et Jovenel à visière levée et dans l’ombre. Il y aura un déchouquage dans ce pays, même des chiens seront abattus. Martelly a déclaré cette semaine lors de son passage à Radio Caraïbes que si l’opposition choisit la guerre, il gagnera parce qu’il est puissant et mieux armé. Nous savons bien que beaucoup de cargaisons d’armes à feu ont débarqué dans le pays et que les bandits légaux ont de quoi pour massacrer le peuple. Mais, c’est bien compté mal calculé. Le monde entier verra ces atrocités et au nom de la décence, Martelly finira par être neutralisé et être jugé pour crimes contre l’humanité.

 A ces messieurs de l’opposition qui jouent sur deux terrains, vous êtes au moment de vérité. Vous avez négocié avec Jean Henry Céant, il peut être expulsé si le coup du Sénat ne passe pas. Ne croyez pas que vous allez mettre le pays à feu et à sang pour vos intérêts personnels. Le peuple attend que ses conditions de vie soient améliorées. Que proposez-vous ? Le peuple finira par éjecter Jovenel de la chaise présidentielle et vous serez en disgrâce aussi. Je m’adresse aux intellectuels de ce pays. N’importe lequel d’entre vous qui croit pouvoir prendre la tête d’un gouvernement avec Jovenel et atterrir, tu te leurres. Les bandits légaux ont les mains liées et n’ont aucune velléité de changer les conditions matérielles d’existence du peuple et ils n’ont pas les moyens. A moins qu’ils restituent les fonds du Petrocaribe volés. Nous sommes véritablement dans une impasse. Yo di lajan fè chyen danse, mwen pa kwè kaka aran Jovenel gen nan menl la ka achte tout moun. Dans ce bras de fer entre Céant et Martelly, le premier ministre finira par laisser sa peau même s’il arrive à obtenir un vote de confiance du Sénat de la République. Michel Martelly, patron de Jovenel ne veut pas lâcher du lest. Jean Henry Céant veut faire la lumière sur l’affaire des mercenaires et cherche à détecter d’autres mercenaires qui opèrent en toute impunité dans le pays. Mais, les bandits légaux du PHTK ne veulent pas le laisser faire. Jean Henry Céant a assez d’argent pour vivre. Qu’il jette l’éponge et retourne à son étude ou qu’il démissionne et prend sa retraite.

Jovenel Moise, malgré le support des Américains finira par partir parce que ces derniers ne font que le supporter en paroles, mais ils ne lui donnent pas les moyens pour fonctionner. Au Venezuela, les Américains supportent l’opposition par rapport à Maduro à coup de millions. Mais, dans le cas d’Haiti même pas des miettes sont jetées à Jovenel Moise. Les bandits légaux qui sont à la solde des Américains ne comprennent pas la relation d’hypocrisie qui lie Haiti et les Etats-Unis d’Amérique. Les mêmes Américains qui les payent comme Conzés pour détruire le pays peuvent les éliminer un bon matin. Nous avons l’exemple avec Toto Constant et Guy Philippe. Les Américains considèrent les nègres en Haiti comme des chiens. Que vous soyez bandits légaux, que vous soyez de la classe moyenne, que vous soyez intellectuels, que vous soyez pauvres, vous êtes de la merde pour eux. Michel Martelly doit tirer leçon de la vie de Michel François qui était le véritable Sweet Micky qui était l’homme fort de Septembre 91 à Septembre 94. Michel François est mort au Honduras dans le chagrin, loin de ses amis et loin de ses proches. Un jour Michel Martelly cherchera les flatteurs qui sont autour de lui et ils ne les trouveront pas. La révélation est déjà faite : l’élu sortira de l’eau avec sa robe de festin. 2022 et 2026 seront deux dates charnières dans la lutte pour la libération d’Haiti. Les bandits légaux sont en train de fouiller leurs trous comme lavalas l’avait fait avec Aristide et ensuite avec René Préval. La question qu’il faut se poser en cette fin de week-end est : quel est le sort qui est réservé à Jean Henry Céant ?

 Kerlens Tilus   
Futurologue
03/16/2019
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tel : 631-639-0844

Caricatures sources: LeNouvelliste

LES DERNIERES NOUVELLES