Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Dim08252019

Last update12:57:33 AM

Analyses & Opinions

Et si le parlement devient le poids plume ?

garry bodeau parlement 2016Au centre - depute Garry Bodeau allié du PHTK qui a exigé la direction de l'OFATMA en plus des autres ministeres qu'il controle

À suivre de près l’évolution de la conjoncture politique dans le contexte d’après la date butoir du 14 Juin 2016, sensée marqué la fin du mandat du Président Jocelerme Privert selon l’accord du 05 février 2016 signé à la veille de la fin du mandat constitutionnel entre guillemets de Michel Joseph Martelly ; on peut dire sans nul doute, que le parlement FORT qu’on avait au lendemain de la signature de ce dit accord est en déclin depuis la mise sur pied de la Commission Indépendante d’Évaluation et de Vérification Électorale (CIEVE) en dépit de leur farouche opposition, pour devenir en 120 jours, le POIDS PLUME avec une minorité agissante qui a n’a pas su lire le temps de la "REAL POLITIC ".

Jocelerme Privert est mandaté comme président provisoire par le parlement (élire au second degré), et il n’y a aucun texte constitutionnel évoquant cette possibilité, et c’est pourquoi qu’on parle d’ACCORD qui sous-entend, qu’on passe outre momentanément de la règle établie et reconnue par tous, la constitution, pour se mettre d’accord sur une entente après le constat de la non application de la constitution dans un contexte bien précis tout en  travaillant pour revenir à la constitution (la normalité) le plus vite possible.

Et suivant ce même ACCORD, à l’article 7 de ce dernier, on parle du CAS ÉCHÉANT, AU BESOIN, L’ASSEMBLÉE NATIONALE PRENDRA LES DISPOSITIONS QUI S’IMPOSENT. Mais le hic dans tout ça, c’est que l’Assemblée nationale des parlementaires n’arrive pas à prendre les dispositions qui s’imposent après trois (3) tentatives non abouties pour des raisons diverses et de politicailleries.

Du coup, l’image que le parlement n’est qu’une assemblée de politicards se renforce auprès de l’opinion publique, et le BLANC (le Core Group) se confine dans une position de « Wait & See » tout en continuant à tirer les ficelles dans l’ombre pour faire avancer ses pions.

Le problème qu’il y a avec ce parlement, c’est que le courant ne passe pas avec la population, et l’impression que le parlement est pris en otage par des imposteurs facilités par le CEP de Pierre-Louis Opont ne joue pas en leur faveur, et le projet d’une minorité agissante de vouloir à tout prix renverser PRIVERT en bloquant toutes tentatives de réunir en Assemblée Nationale pouvant aboutir à un vote favorable pour la prolongation de ce dernier en utilisant toutes sortes de tactiques malsaines ne fait qu’affaiblir la 50ème Législature.

L’image d’un parlement fort qu’on avait après l’accord du 05 février 2016 s’effrite au fur et à mesure, et s’il continue dans cette voie, le parlement n’existera que de nom puisqu’il ne pourra pas vraiment influencer grandes choses et on a pour preuve, que Privert est encore là comme président provisoire de la république sans être en mesure de décider sur son sort, et qui pis est, il n’arrive même pas à dégager le consensus  minimum pour élire un nouveau président à la tête du sénat après la démission de Jocelerme Privert, pour occuper la fonction du président provisoire.

Et dans un tel imbroglio, le parlement devient le poids plume comme acteur. L’opinion n’est pas avec lui, il ne peut pas mobiliser le béton en sa faveur, et il a des alliés encombrants qui ne font que cracher en l’air avec un discours contre-productif dans les médias, et les récents actes de terreurs ne font qu’enfoncer le clou de son isolement.

Et si cela continue ainsi, on va tout simplement laisser les beaux gosses du bord de mer dans leur costume parlementaire à encaisser leur chèque de fin de mois tout en les ignorant, et Privert va continuer son petit bonhomme de chemin entant que président provisoire tout en continuant à composer avec ses alliés pour calmer le béton et avec le BLANC (la MINUSTHA) pour se protéger d’une folie démesurée du parlement dans un élan de survie dans leur maigreur.

Ricardo VINTRIS
 Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Les Dernieres Nouvelles