Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Economie

Financement électoral, diplomatie et lutte contre la corruption

tableau financement electoral

Par Leslie Péan, 8 août 2016  ---  Cela fait longtemps depuis qu’Haïti s’est privée du droit de financer ses propres élections. Une gageure que le gouvernement intérimaire de Jocelerme Privert est en train de tenir. Cet acte de souveraineté ouvre la voie à un voyage introspectif en faveur d’un autre modèle de rapport avec la vie tout court. Face à une société au bout du rouleau, cette ultime initiative est-elle celle de la dernière chance? Est-ce mettre un cautère sur une jambe de bois ? Au fait, comme l’indique le Tableau 1, Yves Romain Bastien, le Ministre des Finances, a dû abattre un travail colossal après la catastrophe financière et économique laissée par le parti PHTK en février 2016.

Lire la suite...

Exportation de mangues vers les USA, baisse considérable en 2016

mangue francisque exportation

L'exportation de mangues francisque vers les États-Unis d'Amérique en 2016 connaît une baisse visible par rapport à l'année dernière. Si le pays est en position de force pour atteindre les objectifs des acheteurs qui projetaient d'importer 2 345 459 boîtes de mangues d'Haïti, il faut toutefois admettre que les chiffres de cette année sont de loin inférieurs à ceux de 2015.

Lire la suite...

La diaspora dans l’effort du développement d’Haïti: Au delà des slogans

tableau envois de fonds-chart

Par Claude Joseph, New York  4 Juillet 2016 ---  Haïti est l’un des pays au monde où la fuite des cerveaux est la plus prononcée. Les statistiques montrent qu’en 2000 Haïti figurait parmi les pays de la région envoyant vers les pays OECD le nombre le plus élevé de travailleurs hautement qualifiés. Avec un taux d’émigration de 83.6% de travailleurs qualifiés, Haïti était en cinquième position après St. Vincent et Grenadine, la Jamaïque, la Grenade et la Guyane.[1] Par exemple, pour l’année 2004, 35% des médecins haïtiens ont laissé Haïti pour les Etats-Unis, le Canada, l’Australie ou le Royaume-Uni. En somme, il est estimé que 80% des haïtiens ayant un diplôme universitaire (licence, maitrise ou doctorat) ne vit pas en Haïti.[2] Paradoxalement, il est constaté que recruter des techniciens qualifiés constitue l’un des sérieux problèmes auxquels se trouvent confrontées les entreprises installées en Haïti. Cette situation est on ne peut plus gênante quand on considère que 45.7% des adultes représentant 60.5% des chefs de ménage n’ont jamais fréquenté un établissement scolaire ou n’ont pas achevé leurs études primaires.[3] Si la fuite des cerveaux est considérée par plus d’un comme un fléau pour les pays en développement, il y a peut-être lieu de s’interroger sur l’impact de ce mouvement sur l’économie haïtienne. Le déplacement des travailleurs qualifiés vers d’autres pays constitue, selon certains économistes, une perte nette des investissements publics alloués à la formation de la main d’œuvre des pays d’origine. Cependant, en dépit de ce constat, les statistiques montrent que la migration semble être une option rentable de génération de revenus pour de nombreux ménages en Haïti.

Lire la suite...

Les Haïtiens se serrent la ceinture pour régler leurs affaires

leslie pean sourire

Par Leslie Péan, 25 juillet 2016  ---  Six ans après le traumatisme du tremblement de terre, les Haïtiens semblent avoir fini par comprendre que pour sortir des affres qui jalonnent leur quotidien, ils doivent prendre les devants et agir vite. Cela demande de remettre les pendules à l’heure. Pour éviter coûte que coûte l’imposition d’un candidat se réclamant du « banditisme légal » comme vainqueur aux prochaines élections présidentielles du 9 octobre 2016, les Haïtiens n’ont d’autre choix que d’emprunter la seule voie qui correspond à la souveraineté : l’autofinancement. Une initiative du président provisoire Jocelerme Privert qui risque d’avoir l’effet d’un électrochoc sur les mentalités. La crédibilité des élections à tous les échelons est à ce prix par la mise en place d’un processus ouvert, démocratique et responsable.

Lire la suite...

Attaques armées contre des entreprises privées à Port-au-Prince

marriott digicel haiti touthaiti

Alors que le pays fait face à des incertitudes politiques, des individus non identifiés ont ouvert le feu, tôt vendredi matin, sur plusieurs entreprises privées dans l’aire métropolitaine. La présidence condamne, la police nationale ouvre une enquête, des Chambres de commerce dénoncent. Le P.D.G. de la Digicel, Maarten Boute, qualifie ces attaques d’actes violents visant à déstabiliser le pays.

Lire la suite...

L’ONA veut être remboursé d'une dette de 1,2 milliard de gourdes contractée par l'Etat haïtien sous Martelly

ona logo

L'ONA, entre le 25 septembre 2015 et le 21 janvier 2016, a octroyé à l'Etat haïtien, à travers le ministère de l'Economie et des Finances (MEF), quatre prêts totalisant 1 milliard 260 millions de gourdes. Le MEF demande aujourd'hui qu'on lui fasse « parvenir les copies des dossiers de prêts ».

Lire la suite...

Et si la diaspora développait Haïti ?

diaspora info touthaiti

Les transferts de la diaspora haïtienne représentent plus de 20 % du PIB national. Vu l'augmentation continue des chiffres au fil des ans, ne devrait-on pas envisager une opportunité de développement au moyen ces fonds ?

En Haïti, comme dans toute société moderne, les revenus sont multiples. Les salaires, les revenus commerciaux (profits, dividendes…) font bouger l’économie octroyant un pouvoir d’achat à chaque ménage. Mais un autre type de revenus pèse très lourd dans l’économie haïtienne : les transferts. Représentant plus de 20 % du PIB haïtien, les transferts de la diaspora vers Haïti s’élevaient à plus de 1,923 milliard de dollars en 2014. Ce montant est relativement la plus grande proportion de toute l’Amérique latine et des Caraïbes. Si ces transactions peuvent autant influencer  l’économie, sauraient-elles offrir une tournure favorable au développement d’Haïti ?

Lire la suite...