Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Sam08172019

Last update12:57:33 AM

Les Caraibes

Du front patriotique au front anti-haïtien.

edwin-paraisonPar Edwin Paraison  ----  SANTO DOMINGO, République dominicaine, le 24 Février 2014. - L´ex président Leonel Fernandez reconnaissait récemment dans un article publié par le Listin Diario sous le titre « Le pouvoir et le leadership : entre postes et enveloppes » qui d' ailleurs, provoqua de nombreuses réactions, que sa première victoire électorale en 1996 était due " en grande partie " au soutien du président Joaquim Balaguer, a travers le " Front patriotique ".

A l´époque, cette plate-forme, composée de membres de différents partis politiques et des secteurs de la droite eut, en effet, a mettre sur pied une campagne agressive contre le défunt Jose Francisco Pena Gomez, le définissant comme le " mauvais chemin" et " une grave menace contre la souveraineté", sous rubrique qu´ il provoquerait inévitablement « l´unification de l'île » .Tout ceci parce que Peña Gomez était d'origine haïtienne.

Haïti et les Haïtiens en République dominicaine constituaient le fondement d'un discours de rejet, de haine et de division; le tout irrémédiablement cristallisé et orchestré par une alliance électorale belliqueuse. Celle-ci correspondait, selon ce que Balaguer énonçait à Fernandez a des" raisons strictement patriotiques. "

Compte tenu de la gravité de la situation de ce moment-là, et sans doute pour faire bonne figure, le candidat Fernandez dépêcha alors, un émissaire spécial auprès du Président René Préval. En substance, il était question d'exprimer au mandataire haïtien, que cette campagne spécifiquement anti-haïtienne, quoique en sa faveur, n'était pas de son initiative et jusqu' a certain point ne lui plaisait pas. Conviant du même coup le président Préval, -au cas où il gagnerait les élections-, a venir à son installation.

Préval n'y est pas allé, dissuadé par ses conseillers. Il se fit représenté par son Premier ministre Rosny Smarth .

Malgré les bonnes relations personnelles et politiques que les deux chefs d'Etat de l'ile allaient entretenir, paradoxalement, en ce qui concerne Haïti, un petit groupe de fonctionnaires du parti officiel dominicain et leurs allies, dont certains d'origine trujilliste -ayant appartenu a l'ancienne plate-forme électorale, animent virtuellement au sein même du pouvoir dominicain un « front anti haïtien ». Ainsi, s´expliquent les contradictions profondes qui surgissent dans le discours officiel face a notre pays, et les ambiguïtés incompréhensibles et déconcertantes a partir des plus hautes sphères.

A titre d´ exemple, le câble 000273 du 25 Janvier 2006 de l´ ambassade des États-Unis, publié par Weakileaks, qui permet de comprendre comment Fernandez reprend un élément clé des secteurs anti- haïtiens croyant opportun d' alerter ses compatriotes sur la possibilité d' une «balkanisation» dans le cas de la migration haïtienne en République dominicaine .

De 1996 à 2012: (16) seize années se sont écoulées. En pleine période électorale, des éléments du front anti haïtien sont nommés dans la fonction publique, cette fois, à des postes hautement sensibles pour les relations dominico haïtiennes.

Le gouvernement haïtien exprima ses préoccupations au président Fernández, face a un geste qui pourrait être qualifié d´inamical voir même contradictoire avec la solidarité dominicaine après la tragédie soufferte par Haïti lors du tremblement de terre de 2010. La réponse reçue à ce message a consisté en ces termes « ...il s´agit d'alliances conjoncturelles qui vont de la gauche la à droite. "

Il est impossible de nier que l'administration dominicaine actuelle a hérité du maintien de ce " front anti-haïtien", qui détermine, tout au moins dans débat public, la position à tenir en relation avec Haïti. Or, malencontreusement, cette situation alimente la méfiance entre les deux gouvernements, favorise la stigmatisation des migrants haïtiens et ce qui est pire, promeut l'affrontement entre les deux peuples.

Néanmoins, nous constatons et nous l´avons dit, que le chef de l'Etat de la République Dominicaine gère une crise, celle provoquée par l'arrêt 168/13 de la Cour constitutionnelle qui n'est pas de son agenda politique. Nous avons également dit que cette malheureuse situation devrait être transformée en une opportunité.
Car, au-delà des attentes relatives à sa loi spéciale pour répondre au cas des personnes dénationalisées par l'arrêt en question, ce qui est souhaitable de l'adresse à la nation du président Danilo Medina, ce 27 Février, est un changement de direction et une attitude plus convaincante en ce qui s´agit d´ Haïti. Ceci est important pour la réussite du dialogue bilatéral en cours.

Edwin Paraison
Soumis par Michelle Mevs Portes
Version espagnole
http://www.acento.com.do/index.php/blog/12817/78/Una-linea-frente-a-Haiti.html

A Lire Aussi: